Les VRP de la démocratie (1)

Je vous propose de nous pencher sur un acteur géopolitique intéressant, les organisations visant à promouvoir la démocratie. Cette présentation sera en plusieurs volets et reprend des parties de mon mémoire de M1 pour lequel j’avais effectué un terrain en 2011. Certaines organisations dont j’avais interviewé des membres n’existent plus aujourd’hui, déjà. Mais je pense avoir établi un portrait valide du « paysage associatif » dans ce domaine spécifique et porteur de représentations assez « clivantes ». Après avoir répertorié les différentes catégories d’organisations et ce que cela implique sur leur influence ou leur mode d’action, il faudra regarder quels liens elles ont établies avec les autres acteurs présents. Comment sont perçues ces fondations étrangères par les différents éléments de la société ? Peut-on évaluer leurs actions ?

L’identité des ONG a évolué radicalement depuis la chute du mur de Berlin. La multiplication des associations et de leurs domaines d’intervention vide de plus en plus de sens l’idée d’un monde homogène et héroïque des ONG. Depuis 1990 l’assimilation du terme ONG à des organisations transnationales et dénuées d’intérêts économiques est devenue caduque. C’est une des raisons pour lesquelles, j’ai voulu utiliser une autre dénomination pour les institutions que j’étudie. Je ne m’étendrai pas sur la question de la mutation de la sphère des ONG en général, il existe des études sur ce sujet1. Simplement pour éviter le débat, qui est hautement important, mais pas aujourd’hui…

J’appelle ces organisations « à but non-lucratif » (NPO non-profit organizations).

L’Allemagne et les États-Unis dominent la sphère mondiale des fondations politiques en nombre et en visibilité. Je me penche particulièrement sur les américaines car le rôle moteur de la diplomatie et des organisations des États-Unis dans la région est patent. Des fondations des deux pays sont présentes à Bakou, mais les Stiftungen (fondations) allemandes ne semblent pas très actives2. Les NPO américaines ont pour beaucoup d’entre elles une relation quasi symbiotique avec les pouvoirs publics, leur diplomatie. Elles sont chargées par ces derniers de produire du consensus autour des stratégies établies à Washington3. Quels sont les paradigmes actuels ? « L’idéologie dominante », depuis la fin du vingtième siècle, a vu le passage de la lutte contre le « péril rouge » à la « lutte contre le terrorisme islamique » comme priorité de politique internationale d’influence, et donc une réorientation des aides et des études notamment vers les pays musulmans. C’est le fil directeur qui permet de comprendre l’évolution des missions générales de ces fondations. Il s’est superposé donc aux objectifs de construction de sociétés civiles analogue à celles des États-Unis dans les pays libérés de la tutelle soviétique. Comment cela se traduit-il en Azerbaïdjan ? Sur place le travail des fondations à but non-lucratif est de conduire des projets bien définis. Elles doivent par exemple choisir les organisations locales qu’elles vont soutenir à l’aide de financements (les fameux « grants »). Ou chercher à former des individus selon les standards occidentaux pour en faire des promoteurs des modèles de société démocratiques, toujours selon les critères américains. Au départ les choix d’actions se font en adéquation avec la politique que s’est fixée la fondation au niveau international. Mais nous verrons en quoi cette méthode a montré ses limites.

La classification initiale des différents acteurs internationaux se fait entre fondations publiques et privées. Les différences sont dans les sources de financement, les modes de fonctionnement et les relations avec les États. Mais cette distinction est, en pratique, difficile à tenir dans une étude sur le travail et l’action de ces organisations. Les fondations jouent souvent le rôle de « diplomatie parallèle », qui a de nombreux avantages, comme la plus grande continuité d’action par rapport à la temporalité courte des responsables politiques ou une plus grande souplesse dans les relations avec les pays officiellement « en froid » avec le gouvernement du pays d’origine de la fondation.

Le grand problème vient de la difficulté de mesurer l’efficacité de l’action de ces fondations sur les sociétés visées, « mesurer leur impact démocratique »4. C’est aussi l’enjeu de la lutte contre les « Gouvernemental Oriented NGO », ces organisations conçues pour diviser les milieux militants, la même tactique est utilisée contre les partis d’opposition qui se retrouvent concurrencés par des partis au nom similaire créés par des dissidents du parti originel « débauchés » pour affaiblir le parti originel. Ces «GONGO » tentent d’accaparer une partie des financements internationaux. Il est donc vital pour leur efficacité et leur crédibilité que les fondations internationales soient plus regardantes sur leurs investissements en Azerbaïdjan, surtout quand elles ne disposent pas de bureaux sur place.

Première partie : la théorie

Pour analyser l’action des organisations américaines en Azerbaïdjan, il me faut d’abord comprendre le monde particulier des democracy makers 5. Ce milieu s’est développé depuis les années 1980 en un véritable secteur de l’économie. Les différents visages, les différents statuts de ces organisations ne doivent masquer une certaine unité de formations et de pensées. La différenciation se fait entre fondations à but non-lucratif dépendant quasi exclusivement du Congrès, organisations subventionnées en partie par les administrations américaines, fondations aux instances indépendantes dans les statuts et poursuivant des objectifs en symbiose avec la diplomatie édictée par le département d’État. On peut lire ainsi sur le site de Freedom House : « Les divers membres du conseil d’administration de Freedom House sont tous d’accord sur le fait que la domination par les États-Unis des affaires internationales est essentielle pour la cause des droits de l’Homme et la démocratie. Le conseil est composé de dirigeants du monde des affaires, de leaders syndicaux, d’anciens membres éminents de l’administration, d’universitaires, d’écrivains et de journalistes. ». On comprend donc c’est une organisation indépendante du gouvernement américain et qu’elle revendique son adhésion à la vision très partagée dans cet univers des fondations que la démocratie va de pair avec la puissance des États-Unis et qu’il faut donc travailler de concert avec la diplomatie américaine. Ces entités se distinguent ensuite dans la stratégie d’intervention : directe ou par financement d’organisations locales. Suivant leur champ d’expertise, elles procurent des formations sur la surveillance des processus électoraux, l’évaluation du respect des droits de l’homme par les autorités, l’aide juridique, l’action vers les acteurs des médias.

 

Un monde avec ses codes

Promouvoir la démocratie, défendre les droits de l’homme et prêcher la bonne gouvernance sont les piliers des organisations visant à accompagner les processus de « démocratisation ». Ces organisations ne sont plus des groupes militants parfois radicaux, souvent informels au départ. Elles se sont transformées, « modernisées », par l’évolution  des profils de leurs membres, par les adaptations que ceux-ci ont initié des modes d’actions et de relations avec les institutions officielles, États, organismes internationaux comme le FMI, etc. Ce sont des entreprises professionnelles qui participent à un « marché » qui fait intervenir des sommes importantes. Des estimations font état de 700 millions d’USD par an investis par les États-Unis seulement6. C’est de ce pays que ce phénomène d’institutionnalisation est parti7. En russe s’est popularisée une expression pour identifier ce milieu, celle de « troisième secteur », à côté du public et du privé8.

Les membres des NPO sont souvent en même temps universitaires, conseillers pour des institutions officielles. Cela implique de ne jamais considérer ces acteurs comme ayant comme seule appartenance leur fonction dans une ONG ou une fondation. Ce ne sont pas des « membres de la société civile » uniquement, ou dit d’une autre manière, un individu n’est pas seulement un « militant des droits de l’Homme », il a plusieurs fonctions, il poursuit plusieurs intérêts et adapte ses actions et ses discours selon ces différentes situations.9 Cela confirme ma volonté de ne pas faire de distinction entre les ONG et les fondations publiques et parapubliques en employant le sigle générique de NPO, la frontière entre acteurs publics et non-étatiques étant devenue de plus en plus invisible dans le secteur qui est étudié ici.

La prise en compte de la multiplicité des engagements, de la complexité des parcours des acteurs ne veut pas dire qu’il faille remettre en cause la sincérité des actions. Au contraire, c’est la fidélité à la volonté de promotion et de diffusion des principes démocratiques qui a logiquement engagé les militants à se rapprocher des institutions établies par l’adoption de leur langage, donc de leurs concepts et de leurs façons de fonctionner. Dans les années 1980, ce n’est pas un ralliement de l’activisme humanitaire aux pouvoirs en place dans les pays démocratiques, mais plutôt un « tournant idéaliste » dans les relations internationales10. Cette expression ne doit pas être comprise comme un jugement ou un soutien à ce nouveau paradigme. Ce sont surtout les discours qui ont changé. La collaboration entre acteurs du « troisième secteur » et institutions internationales limite la liberté de manœuvre des ONG. Celles-ci ont désormais plus de mal à  apporter la critique aux états démocratiques, en partie seulement bien sûr.

Les fondements idéologiques, qui constituent la vision du monde de ces organisations, sont à chercher dans le terreau libéral des années 1980. C’est dans cette période que se créé le NED (National Endowment for Democracy). La stratégie est de transformer les citoyens « passifs » du monde soviétique en acteurs du changement démocratique qui induira le ralliement de ces sociétés au modèle des « démocraties de marché ». Un des mots clés est société civile. Dans le dictionnaire de la société civile, de la philanthropie et du secteur non-lucratif 11, la société civile est définie comme « la somme des institutions, des organisations et des individualités situées entre la famille, l’État et le marché, dans lesquelles les gens s’investissent volontairement pour faire valoir des intérêts communs.». La définition de Marc Howard rajoute que ces groupes sont « établis, protégés par la loi, fonctionnent de manière autonome et sont rejoints volontairement par les citoyens »12.

Au commencement de cette décennie charnière, le terme désigne à l’Est ce qui existe en dehors du contrôle du pouvoir soviétique, ce qui s’oppose à lui. Vaclav Havel a pu le résumer par l’expression « Les différents tournants politiques et les soulèvements dans le monde communiste ont tous un point commun : l’urgence inextinguible de créer une véritable société civile »13. Ce concept est réutilisé dès lors par les fondations, qui s’emparent de la mission de convertir au modèle qu’elles défendent les nouvelles sociétés libres à l’Est. Il permet notamment la jonction des orientations néolibérales en économie, qui s’appuient sur la notion de liberté individuelle, et des projets de société défendus par le versant progressiste du spectre politique américain. Il est important de comprendre le consensus politique aux États-Unis qui entoure ces fondations. Elles encouragent les mouvements associatifs dans les pays où elles décident d’intervenir, car l’équilibre entre secteur privé, secteur public et société civile est pour elles la condition de la réussite et de la pérennité des réformes démocratiques. Or derrière cette expression s’entend la participation aux débats publics de groupes qui défendent leurs intérêts. Ces groupes sont des associations, des syndicats, des partis ou encore des organisations non gouvernementales. Autant d’entités qui n’ont quasiment pas de visibilité dans la société azerbaïdjanaise.

Toute cette professionnalisation a entraîné la création de procédures, de rhétorique, de « jargon ». Le langage importé du management a contaminé le secteur des ONG, comme tous les autres. Les démarches sont centrées autour de « projets », mis en concurrence entre eux, qui seront ensuite « évalués ». La constitution de « réseaux » ou encore de « coalitions » est essentiel dans le fonctionnement des organisations14. L’obsession, au vu de la répétition du mot « sustainable », semble être de créer des activités durables. Peut-être est-ce la traduction d’une volonté de se raccrocher au prestige de l’écologie, une tentative de « greenwashing » du management de ces organisations. L’autre alibi est « démocratique ». Il faut absolument présenter les projets mis en place comme nés d’initiatives de la base, c’est le fameux terme « grassroot » qui le symbolise. Or, la plupart du temps, tout se fait du haut vers le bas et non l’inverse.

Ce phénomène se répercute sur les ONG locales. Elles sont poussées à s’adapter, à rentrer dans le moule, pour pouvoir obtenir les financements indispensables à leur existence. La question est de savoir si ces transformations, adaptations, à un modèle extérieur ont pu déformer l’action de ces ONG ou si ce n’est qu’un mal nécessaire. Le temps consacré à traduire un projet, une demande de subventions, en novlangue de NPO, est du temps perdu pour les actions de terrain. Les associations azerbaïdjanaises, qui ont toujours des effectifs restreints et peu de moyens, sont sans cesse tiraillées donc entre le temps à consacrer au fundraising  et leurs véritables activités. Les ONG locales se sont-elles pour autant professionnalisées, institutionnalisées ?

En Russie15, comme en Azerbaïdjan, les créations d’ONG sont nombreuses très tôt. Elles apparurent dès l’installation et le début de l’action des fondations étrangères. Ainsi, un parallèle peut être tracé pour ces deux pays pour l’évolution du nombre des ONG, depuis la croissance à l’indépendance jusqu’au reflux de la « reprise en main ».par un pouvoir fort. Mais la situation en Azerbaïdjan diffère, dans ce que les ONG n’apparaissent pas comme des entités professionnalisées, qui cherchent à remplacer des acteurs publics. La répression du pouvoir les maintient dans une situation d’organisations embryonnaires, réduites à des groupes très militants, prêts à faire les sacrifices en matière de prestige symbolique et professionnel. Il est indéniable que travailler pour des ONG financées presque exclusivement par des fonds étrangers est mal vu par une grande part de l’opinion. Cependant le travail effectué dans les domaines caritatifs est reconnu. Mais l’implication dans le domaine politique est perçue comme une ingérence inutile face au pouvoir en place. Cette idée traditionnelle en Azerbaïdjan, qu’il ne faut pas s’opposer aux gouvernants, tend cependant à s’estomper légèrement, comme semblent l’indiquer les sondages reproduits en annexe et les entretiens que j’ai effectués sur place. Mais il est sûr que travailler pour une ONG n’est pas un choix de carrière. Les revenus ne sont pas comparables avec les secteurs publics et privés, contrairement à la situation dans d’autres pays. Une autre question soulevée est l’investissement des vieilles élites de ces ONG. Les anciens apparatchiks et les femmes ont-ils trouvé un moyen de conserver une importance sociale et politique en se reconvertissant dans ces structures ? Existe-il une sociabilité des travailleurs des ONG ? Autant d’effets sur le local de l’action d’organisations internationales aux méthodes standardisées et bureaucratiques.

Les Occidentaux et notamment les Américains encouragent la création d’ONG locales dans les pays fraichement libéralisés de l’Est à partir de 1989. À leurs yeux il faut palier le déficit d’État, à la désorganisation qui caractérise la transition du système collectiviste au libéralisme. Mais certains y voient une concurrence plus qu’un soutien, un frein à l’instauration d’une société solide autour de l’état de droit16.
Une organisation bien hiérarchisée

Au sommet de la structure des organisations se trouvent USAID, l’institut Open Society et le NED. Le National Endowment for Democracy est l’organisation phare de diffusion des idées américaines en matière de gouvernement et projet de société. Le NED fut conçu par l’administration Reagan comme une fondation quasi-publique. Des fonds gouvernementaux transitent par elle, à destination d’ONG internationales, telles que le National Democratic Institute for International Affairs (NDI), l’International Foundation for Electoral Systems (IFES), l’International Research and Exchanges Board (IREX) et Freedom House. Voilà ce que l’on peut lire sur son site : « [le NED] est engagé dans le renforcement et le progrès des institutions démocratiques dans le monde entier. Chaque année, le NED distribue plus de 1000 subventions pour soutenir les projets de groupes non gouvernementaux à l’étranger qui travaillent pour des objectifs démocratiques dans plus de 90 pays. ». Elle a financé les actions de 26 organisations localisées en Azerbaïdjan en 2009 (Voir la liste des subventions en annexe). USAID, elle, est une organisation dépendante du congrès américain.

Autour d’USAID et du NED s’articule l’action de la plupart des organisations à but non-lucratif américaines : NDI, IREX, ABA, Eurasia Foundation. Les Peace corps reçoivent également des financements. En ce qui concerne mon étude, les programmes s’orientent vers les programmes d’encouragement à la démocratisation de l’État, de développement de la société civile, de surveillance et de défense de la liberté d’expression et de la presse. USAID et NED sont actifs en Azerbaïdjan. Les organisations locales leurs adressent les demandes de financement. Les donateurs lancent également des appels d’offre sur des projets qu’ils ont imaginés. Les ONG doivent alors faire correspondre leurs préoccupations personnelles aux exigences des appels d’offres pour obtenir l’argent, qui leur permettra de fonctionner. Les aides de ces bailleurs de fonds sont en effet leurs seules ressources.

La fondation USAID a des objectifs politiques moins marqués que le NED. Elle jouit donc d’une image moins sulfureuse que cette dernière auprès des gouvernements et des ONG des pays de l’ancienne aire soviétique. Ses fondements idéologiques recoupent cependant le paradigme de la transition démocratique. On le retrouve dans son rapport sur la situation du « troisième secteur » dans les pays où elle intervient, le NGO sustainability index. Selon le score obtenu, la classification des États se fait en trois catégories : consolidation, mid-transition (transition intermédiaire) et early transition (transition en phase initiale). Le schéma d’évaluation des contextes et des actions des différents acteurs du secteur – gouvernement, donateurs et ONG locales – se construit autour de l’idée d’un mouvement progressif vers la démocratisation des institutions. Le Caucase, dans ce rapport, est une des régions où le chemin à parcourir est encore le plus long. USAID a trois objectifs stratégiques en Azerbaïdjan : établir un secteur privé performant et une économie de marché, développer un espace politique démocratique et pluraliste et enfin améliorer la situation de santé publique17. La stratégie d’action est définie par les intérêts américains dans la région, le discours officiel est explicite : situé dans le corridor énergétique qui franchit le Caucase, l’Azerbaïdjan est un élément stratégique du réseau d’exportation d’énergie fossile de la région. Je reproduis une partie de la documentation officielle pour que l’on se rende compte des éléments de discours utilisés. « Dans le but de bénéficier de la position stratégique du pays et de ses ressources il est essentiel que celui-ci développe des lois et des régulations orientées vers l’économie de marché, transparentes et libérées du poids de la corruption. Un Azerbaïdjan prospère et démocratique est également une des conditions vers la stabilité du Caucase et le renforcement des liens de l’Occident, à travers la Caspienne, avec les républiques d’Asie centrale »18.

Le discours présente les programmes comme nés dans un consensus entre gouvernement et administration azéris d’un côté et organisations internationales et ONG de l’autre. On peut lire ainsi, toujours sur le site d’USAID, que « le 28 juillet 2007 le président de la République d’Azerbaïdjan a approuvé cette stratégie nationale d’amélioration de la transparence et de combat contre la corruption et le plan d’action qui lui est associé, par le décret n° 2229. Les organisations internationales et les ONG nationales ont activement participé à l’élaboration et à la préparation de ce processus qui doit s’appliquer sur la période s’étendant de 2007 à 2011 ». La spécificité du travail en Azerbaïdjan vient peut-être du caractère exceptionnel de sa société au regard de celles d’où viennent les acteurs des fondations étrangères. Les programmes sont nés en Occident et le « savoir-faire » a été développé dans les pays de l’ancienne aire de domination soviétique. Or l’Azerbaïdjan est un pays différent. La population est musulmane. Sa société civile est très faible, même comparée à la Moldavie ou à l’Ukraine. Les partis politiques semblent être de simples outils électoraux pour leurs leaders, sans réel fonctionnement en dehors des campagnes. Ils ne jouent pas le rôle espéré d’incubateurs de nouvelles personnalités et de relais des préoccupations de leurs sympathisants. La culture du secret y est très grande comme je l’ai remarqué par exemple à propos de la question des clans.
Des limites habituelles mais aussi spécifiques

Les bureaux d’USAID supervisent donc l’attribution de la plus grande partie des financements des fondations américaines qui se trouvent en Azerbaïdjan et s’occupent de la coordination des actions de celles-ci. Au départ, le grand QG se trouvait à Tbilissi, ce qui permettait de pouvoir travailler dans les trois États du Caucase en contournant les relations conflictuelles entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Désormais les trois bureaux nationaux disposent des pleins pouvoirs sur leur territoire d’attribution. Un des points que je veux éclaircir est la situation en « province ». L’expression n’est pas usurpée car l’hypertrophie de la capitale et la mentalité de ses habitants rappellent la situation française. Le jugement des Azerbaïdjanais originaires des autres villes et de la campagne est très similaire à celui des Français des « régions ». Je ne suis pas le seul à partager cette impression, le directeur du NDI((Organisation ayant cessée ses activités à Bakou en 2011)) à Bakou a fait la même analogie. Donc le choix géographique des bureaux d’IREX, USAID, NDI, suit-il une logique de rationalité ? Il apparaît que l’existence de projets importants dans certaines villes entrainait la création d’un bureau d’une NPO américaine, pour suivre l’ONG locale qui était chargée de le mettre en œuvre. Mais aujourd’hui il n’y a plus de bureaux dans les régions.

Un des acteurs visibles du secteur est Counterpart International. Cette organisation américaine est spécialisée dans la mise en œuvre de formations pour les futurs responsables d’ONG, qui sont très nombreux à être passés par ces cours. On y apprend les concepts occidentaux, les méthodes pour fabriquer des projets soumis à des appels d’offres. « Un sujet, un projet, une coalition d’organisations ». Cela illustre bien que les solutions sont  importées dans leur totalité ; les méthodes, les mots, la formation des acteurs sont imaginés aux États-Unis.

Or ces méthodes sont parfois contre productives : dans un pays comme l’Azerbaïdjan, attendre des victimes de corruption qu’elles téléphonent à une hotline ouverte à cet effet trahit une grande méconnaissance des coutumes doublée d’une extrême naïveté. Le discours antidiscriminatoire à l’occidentale passe mal dans la société locale, exposée en permanence à une surenchère nationaliste et encore marquée par les interdits nés dans la société soviétique, où dénoncer équivalait à devenir auxiliaire du totalitarisme. On ne signale pas la corruption car dénoncer son voisin, depuis l’URSS, c’est « l’envoyer à la mort ».

Une autre particularité du fonctionnement de ce système hiérarchisé et concurrentiel permet de douter de l’efficacité de ces programmes. L’organisation en marchés à emporter réduit les projets au court terme et entraîne une rotation des institutions présentes. La fondation Eurasia et l’International Research and Exchanges Board (IREX) sont des organisations dépendant du Département d’État américain et situées dans l’orbite de l’USAID. La fondation Eurasia soutient des projets courts à hauteur maximale de 35 000 USD sous forme d’appels d’offres. Il y a aussi des formations dispensées sur les dimensions juridiques de l’entreprenariat, la création d’entreprises, le développement de la société civile. Des tables rondes sont organisées et des manuels publiés. IREX est un autre bailleur de fonds, qui partage le marché de l’apprentissage de la démocratie. L’organisation distribue des bourses de voyage pour les USA et développe des initiatives d’appui à la société civile, sous la forme d’un programme institutionnel de capacity building. On voit que plusieurs organisations travaillent dans des secteurs analogues, elles se disputent des marchés, ce qui fait que certaines ne restent que quelques années dans le pays, le temps de réaliser le projet attribué par USAID. Cette dernière à tendance à soutenir ceux qui lui sont fidèles, ou au moins familiers.

Ces limites ne sont pas spécifiques à la situation de l’Azerbaïdjan, on retrouve ici aussi les rivalités de personnes qui entravent la vie de ce type d’associations. Ce n’est pas faire injure aux volontaires des ONG de remarquer qu’il se trouve parmi eux une concentration inhabituelle de personnalités fortes, au charisme certain et qui ne manquent pas de s’accrocher entre elles pour affirmer leur prééminence dans les projets possédant une visibilité. Un des exemples est le projet de coalition sur la transparence des fonds issus de l’exploitation des ressources naturelles, EITI. Mais la situation difficile des ONG en Azerbaïdjan rend encore plus critique toute dispersion de l’énergie et des moyens des fondations. De plus, la petitesse des structures et leur caractère parfois improvisé nuisent à la transparence de leurs activités et de leurs financements, plus par manque de moyens et de formation. Cet état de fait est compréhensible mais il est un repoussoir pour les bailleurs de fonds européens et américains.

Ces obstacles sont parfois conjoncturels, il est raisonnable de penser qu’ils s’estomperont avec le temps. Mais ils ont aussi des aspects plus spécifiques à la situation de la société azerbaïdjanaise. Celle-ci ne semble pas s’améliorer. Mais des difficultés encore plus grandes font peser une menace plus sérieuse encore sur les actions de ces fondations et peut être même sur l’existence de certaines.

 

À suivre

  1. COHEN, Samy, « Le pouvoir des ONG en question » in : Le Débat, 2004/1 (n°128), 192 pages, pages 57-76 []
  2. Entretien EMDS, « Les responsables locaux sont impossibles à rencontrer, à se demander s’ils existent ». []
  3. PÉROUSE DE MONTCLOS, Marc-Antoine, « Les fondations politiques dans les relations internationales » in : Politique étrangère, 2009/1 (Printemps), page 189 []
  4. PÉROUSE DE MONTCLOS, op. cit., page 200 []
  5. GUILHOT, Nicolas, The democracy makers, Columbia University Press, New York, 2005 []
  6. CAROTHERS, Thomas, « Democracy promotion : A key focus in a new world order », in : Issues of Democracy 5, n°1, pages 23-28 []
  7. GUILHOT, op. cit., pages 2-3 []
  8. Hemment, Julie, « The Riddle of the Third Sector: Civil Society, International Aid, and NGOs in Russia » in : Anthropological Quarterly, Vol. 77, N°. 2 (printemps 2004), pages 215-241 []
  9. GUILHOT, op. cit., page 12 []
  10. GUILHOT, op. cit.,  page 14 []
  11. ANHEIER, Helmut K., LIST, Regina, A Dictionary of Civil Society, Philanthropy and The Non-Profit Sector, 2005, pages XIII-XIV []
  12. Howard, Marc, The Weakness of Civil Society in Post-Communist Europe, Cambridge University Press, 2003, page 34 []
  13. Wedel, Janine, Collision and Collusion : The Strange Case of Western Aid to Eastern Europe 1989-1998, St. Martin’s Press, New York, page 85 []
  14. BOLTANSKI, Luc, CHIAPELLO, Eve, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999 []
  15. Hemment, op. cit. page 221 []
  16. COHEN, Samy, « Le pouvoir des ONG en question » op. cit., page 61 []
  17. USAID Azerbaijan, consulté le 27 novembre 2010, http://azerbaijan.usaid.gov/node/87 []
  18. USAID Azerbaijan country profile 2006, consulté le 27 novembre 2010, http://pdf.usaid.gov/pdf_docs/PDACI645.pdf []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *