Les vendeurs en démocratie (2)

Chronique d’une mort annoncée

Les coupes budgétaires aux États-Unis s’annoncent sévères1. D’ici 2012, le budget alloué à USAID en Azerbaïdjan devrait être diminué d’un quart. Après avoir survécu au projet de l’administration Bush de la fusionner avec le département d’État2 (pour faire des économies ?), l’organisation doit gérer les choix budgétaires consécutifs à la crise de 2008 et l’accaparement des moyens par l’Afghanistan et l’Irak. Mais en quoi les « Américains » sont-ils indispensables ?

Les NPO américaines sont reconnues par les acteurs locaux pour leur souplesse administrative, en comparaison des instances européennes. Elles comprennent bien la situation du pays. Elles font un travail de suivi des projets financés, elles contrôlent la réalité du travail sur le terrain. Le NED jouit d’une réputation de sérieux et d’implication, peut être une autocensure due au niveau de ses financements. Mais en même temps certains interlocuteurs que j’ai rencontrés n’hésitaient pas à critiquer d’autres organisations comme IREX ou ABA (pour les sigles et missions voir en annexes), donc les louanges reçues par le NED sont relativement sincères.

Une organisation très présente dans le domaine politique et électoral était le NDI (National Democratic Institute for international affairs). J’ai pu rencontrer un de leurs dirigeants avant la fermeture de l’organisation pour des problèmes administratifs. Les objectifs fixés sont les mêmes que dans tous les pays où elle a des bureaux, c’est-à-dire développer les partis politiques locaux, les doter d’appareil, d’organisation, qui leur permettraient d’avoir un fonctionnement réel et permanent. Elle aide également les ONG qui interviennent dans le domaine, qui surveillent par exemple les élections. D’après ses statuts, l’institut est à but non-lucratif, non partisan. Il apporte son soutien pour renforcer les institutions démocratiques à travers le monde, à travers la participation citoyenne, la transparence et la responsabilité des gouvernements. Il est financé par le NED dont il est issu, USAID et le département d’État américain. Concrètement  l’action est de soutenir la constitution de partis politiques durables, ce qui est un vrai problème en Azerbaïdjan3. Avec le soutien aux contrôles des processus électoraux, c’est l’objectif principal de l’action de l’institut. Les partis politiques azerbaïdjanais sont conseillés pour peaufiner leur organisation, leur communication. Un des autres axes de travail est l’intégration des femmes à la vie politique. En plus de subventions à des ONG locales, le NDI met en place des programmes à destination de ce qu’ils appellent de « futurs leaders ». Ce sont des personnes choisies par les ONG et les partis azerbaïdjanais car prometteuses à leurs yeux. Elles reçoivent des formations portant sur la façon de mener une campagne électorale, comment créer des réseaux, comment faire ressortir des problématiques locales et les défendre devant les institutions, etc. Les membres du NDI à Bakou sont des ressortissants européens (Serbie, Lettonie) et des Azéris. Il faut remarquer que la plupart des employés azerbaïdjanais ont bénéficié de programmes d’échange scolaire aux États-Unis, qui leur ont donné une maîtrise de la langue et des « pratiques démocratiques »4.

Un domaine d’activité sensible

Les activités du NDI sont à part, par rapport aux autres fondations, car leur domaine d’intervention, la vie politique, est un « repoussoir » pour les autres NPO. L’organisation est arrivée dans le pays en 1995. La fermeture fut progressive, il existait jusqu’en 2008 sept centres régionaux actifs à Gandja, Tovuz, Shirvan, Yevlakh, Shaki, Khachmaz et Jalilabad. Ces centres visaient à devenir des lieux de réunions pour les habitants, où ils pouvaient se procurer des informations « libres et indépendantes ». Des ateliers de discussion entre associations et responsables politiques locaux étaient organisés, sur des sujets comme le chômage, l’éducation, l’accès aux services publics ou la question des droits des femmes. Les entraves de l’administration locale et les restrictions budgétaires ont simplifié l’organisation du NDI, puisqu’il ne conservait en février qu’un bureau à Bakou. Je ne pourrai juger de la réalité de ces projets. Une partie de l’opinion publique partage le point de vue du pouvoir, qui est de considérer suspicieusement les organisations américaines, surtout celles qui s’occupent de politique : le mot CIA a une fâcheuse tendance à revenir. Cependant il existe une minorité qui voit avec bienveillance l’aide des organisations américaines, mais qui ne comprend pas l’apparent désengagement actuel. Le bureau de Bakou fut fermé en mars 2011, suite aux manifestations de l’opposition dans la capitale. Il se trouvait dans le Landmark building avec toutes les grandes organisations internationales. Ce bâtiment est une sorte d’îlot occidental dans la capitale, avec tous les signes distinctifs de l’action des ONG, SUV blancs portant le logo des organisations, caméras de surveillance, dispositif policier très visible, etc.

En fait l’action en dehors de Bakou devient de plus en plus difficile, car les autorités peuvent très facilement intervenir dans une petite ville, où les actions extérieures sont très « visibles ». Quand il n’y a que trois hôtels dans la ville en question, les membres de la fondation américaine ont la surprise d’apprendre qu’ils sont tous complets. Ainsi le NDI n’a pu effectuer cette année qu’un quart (6 sur 24) des séminaires de formation prévus dans le cadre de son projet de formation de jeunes leaders politiques. Il apparaît que les fondations internationales ont « abandonné » l’extérieur de Bakou. Ce n’est pas forcément un mauvais choix, dans le sens où l’essentiel de la vie politique et associative s’y déroule. L’atmosphère politique à Bakou est plus libre. Les mouvements associatifs universitaires se concentrent ainsi sur la capitale, alors qu’il existe d’autres universités dans le pays, notamment à Gandja. Bakou draine toutes les forces vives du pays, en dehors de l’exode vers l’étranger. La seule exception semble être les Peace corps, des volontaires qui sont implantés localement sur tout le territoire. Ils peuvent servir de relais pour les fondations, leur procurer des informations, quand celles-ci recherchent des partenaires. Mais il leur a été demandé de ne plus entretenir de liens avec les organisations qui s’occupent de politique. Désormais, l’action des fondations, comme celle des partis politiques et des mouvements d’opposition, se concentre sur la capitale. Elles se demandent comment évaluer les retombées de leurs actions sur le reste du territoire. Les outils manquent ou sont à  l’état d’ébauche. Cela reste un gros point d’interrogation.

L’équivalent du NDI pour le parti républicain, l’IRI, a eu une activité en Azerbaïdjan jusqu’en mars 2010 lorsqu’il a quitté le pays suite à l’interruption des programmes financés par USAID5. Cela montre peut être le chemin que vont suivre les autres organisations présentes en Azerbaïdjan. IRI a travaillé à Bakou, Soumgait, Quba, Masalli, et Lenkoran, dans les sept régions de Nakhitchevan, Barda, Gandja, Tovuz, Qazakh, Mingäçevir, Yevlakh, Qedebey, Khachmaz, Shaki, Sabirabad, Saatli, and Imishli.6

Distance entre les discours à Washington et la réalité à Bakou

Comment expliquer la dissonance entre les théories d’aide à la transition démocratique, qui sont la matrice de l’action de la diplomatie américaine dans l’ancienne Union soviétique et les politiques suivies actuellement en Azerbaïdjan. Celles-ci signalent plutôt un désengagement, un abandon des mouvements démocratiques. De manière intéressante, les partisans à Washington d’un soutien au régime, nonobstant son absence patente de respect des libertés7, s’appuient sur la critique des conceptions formant le corpus idéologique de la « transition démocratique », telle qu’a pu la formuler Thomas Carothers8. Au lieu de voir une dynamique d’un ancien régime de type soviétique vers la démocratie, il constate la stabilité de la plupart de ces régimes, dans ce qu’il appelle la « zone grise », entre autoritarisme et État de droit. Il critique nombre de pratiques des acteurs de ce « secteur ».

Des lobbies à Washington sont bien évidemment soutenus par le pouvoir azerbaïdjanais et ses fonds issus du pétrole9. Cela permet aux défenseurs, pour faire court, de la stratégie « laissons Aliyev faire comme il l’entend », d’affirmer que le passage par une phase autoritaire, comme au Chili ou en Corée du Sud, permet plus surement d’atteindre la démocratie, une fois l’économie de marché libérale fermement installée. Ces conclusions sont peut être éloignées de l’esprit de M. Carothers, mais l’objectif est clair. En mêlant M. Fukuyama, la fin de l’histoire et la remise en cause de la « transition démocratique », ces lobbyistes peuvent affirmer que la démocratie n’est qu’un ensemble d’idées, de théories vers lesquelles il faut tendre, mais sans que cela soit une fin absolue. Un régime non démocratique n’est pas à condamner, s’il apporte confort et sécurité à ses citoyens. Il est à noter que les instances azerbaïdjanaises ont assimilé ce discours et le reprennent10. Le changement de stratégie ne peut se faire sans heurter l’esprit des membres des fondations impliquées dans toutes ces activités de défense de la démocratie. Il se fait progressivement, en réduisant les budgets de manière progressive. À terme, la volonté sera bien de laisser les mains libres aux dirigeants des pays alliés aux États-Unis, dont l’importance stratégique est au-dessus de tout. Voilà le projet poursuivi par certains lobbies et leurs chercheurs. Il reste à savoir quelle est leur importance dans l’équilibre des groupes d’influences sur le secrétariat d’État et la Maison Blanche. Sur place apparemment les faits peuvent laisser croire qu’ils ont l’avantage. Mais les « faucons » américains ont peut être le mérite de mettre le doigt sur une certaine sclérose des pratiques des fondations du « democracy making », qui depuis vingt ans travaillent selon les mêmes paradigmes.

 

À suivre

épisodes précédents : (1) la théorie

  1. Eurasianet, « Proposed US Budget Trims Assistance To Caucasus, Central Asia », 26 février 2011, consulté le 03 mars 2011, http://www.eurasianet.org/node/62965 []
  2. Entretien responsable USAID février 2011 []
  3. Entretien responsable NDI février 2011 []
  4. Entretien NDI []
  5. Krikorian, Onnik, « Azerbaijan : News of IRI departure met with concern », Global Voices, consulté le 22 octobre 2010, http://globalvoicesonline.org/2009/11/18/azerbaijan-iri-departure-met-with-concern-disappointment/ []
  6. Site USAID consulté le 27 novembre 2010 http://azerbaijanwip.usaidallnet.gov/node/9 []
  7. CORNELL, Svante, The Caucasus : A Challenge for Europe, Central Asia-Caucasus Institute & Silk Road Studies Program, 2006, pages 16-19 []
  8. CAROTHERS, Thomas, « the end of the transition paradigm » op. cit. []
  9. Turan, « USA lobbyists for Azerbaijani authorities try to soften negative effect of Wikileaks », 10 décembre 2010 []
  10. ALLAHYAROVA , Tahira, « Les médias dans la société démocratique : les réalités et les perspectives » in : Les médias dans la société démocratique : expériences internationales et nationales, conférence à Bakou, 12 Mars 2010, pages 177-192 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *