Les vendeurs en démocratie (3)

Actions

Quels sont les différents interlocuteurs des NPO en Azerbaïdjan ? Il y a d’abord l’État, qui reçoit des aides et travaille avec certaines d’entre elles. Il essaye aussi d’entraver le travail d’autres fondations, mais de manière dissimulée, pour conserver toujours une apparence de coopération avec son allié américain. Ensuite, les ONG azerbaïdjanaises sont au cœur de la politique des NPO. Comment s’organisent-elles sur le territoire, quelles conséquences peuvent avoir les projets initiés par les NPO sur la répartition de ces organisations ? Qu’en est-il des accusations habituelles d’interférence de ces NPO dans le fonctionnement de ces ONG ?

Les interlocuteurs

Je me pencherai aussi sur l’opinion publique, si ce terme peut être utilisé ici. Ensuite j’aborderai quelques points particuliers, quelques thématiques exemplaires des actions engagées et de leurs limites. D’abord, je regarderai les processus de surveillance des élections. Dans d’autres pays les organisations qui s’occupent de cette problématique ont servi, dans le passé récent, d’initiateurs de mouvements de contestation. Quelle est la situation en Azerbaïdjan ? Quel lien peut avoir cette question avec la situation des mouvements confessionnels, qui voudraient avoir une audience politique ? Ensuite, je me pencherai sur les mouvements de jeunesse et ceux qui se sont emparés du combat pour la défense de la liberté de la presse.

Les liens avec l’État

Les domaines d’intervention d’USAID auprès des services publics azerbaïdjanais se regroupent en cinq catégories : la coopération militaire et policière (5 millions d’USD en 2009), les processus de démocratisation des institutions (10 millions), le développement économique (6,5 millions), l’amélioration du système de santé (3 millions) et enfin l’aide humanitaire (0,6 million). Le premier volet est le fruit des préoccupations de défense et les stratégies mise en place depuis 2001 par les États-Unis. Les deux suivants recouvrent bien l’idéologie de la transition démocratique, alliance de l’économie de marché, d’institutions respectant l’état de droit. Enfin les deux derniers rentrent dans le schéma caritatif habituel. Les montants engagés sont parlants, le deuxième regroupement que j’ai fait, sur les axes majeurs des politiques de démocratisation, est le mieux doté. Depuis 2008, je remarque aussi que le niveau total du budget alloué dans le cadre du Freedom Support Act a chuté. À partir de 2002, les chiffres ont régulièrement diminué de 45 millions d’USD jusqu’à 19 millions en 2009, alors que l’aide totale des États-Unis à l’Azerbaïdjan reste au total autour de 80 millions d’USD depuis la même date.

Les objectifs particuliers de l’aide en matière politique et institutionnelle touchent les différents éléments de l’État. Le système judiciaire doit devenir plus indépendant. Il faut rendre le parlement plus transparent et plus accessible aux électeurs, combattre la corruption dans tous les secteurs des institutions, rendre les informations plus objectives et « améliorer la participation citoyenne, particulièrement parmi la jeunesse et les communautés des régions »1. Enfin est fixé l’objectif d’élections libres et justes. Je remarque que les secteurs du pouvoir visés par ces aides sont ceux qui sont dépourvus de pouvoir réel.

En matière économique, la doctrine qui guide la politique d’assistance américaine est claire, « aider l’objectif de l’Azerbaïdjan d’accéder à l’OMC », ainsi que tenter de promouvoir la diversification de l’économie, travailler avec la Banque Centrale pour limiter l’inflation et essayer d’améliorer la transparence des bilans du budget de l’État et des entreprises privées. Dans ce domaine, les partenaires seront les groupes financiers comme le parlement et la banque centrale.

On peut retrouver cette coopération réelle entre NPO et les organes de l’État dans le domaine législatif ou pour des projets visant à donner à la population un meilleur accès aux législations et aux actes officiels. C’est-à-dire que le point de mire est toujours de développer la société civile. Par exemple, l’Open Society Institute Azerbaijan finance la mise en place du portail budget.az de numérisation des informations concernant les statistiques et la législation en rapport avec le budget national azerbaïdjanais. Là encore, on retrouve une caractéristique du régime azerbaïdjanais très « patrimonial ». Les relations et la coopération avec les différents ministères dépendent grandement des personnes en place.

Les différents objectifs sont fixés en accord avec les schémas de pensée en vigueur à Washington et dans le monde des ONG. Une fois le budget fixé par secteurs, les différentes fondations s’en voient attribuer une partie pour mettre en œuvre chaque « sous-objectif ». Par exemple, pour les médias, ce sera IREX, pour le développement de la société civile International Center for Not-for-Profit Law (ICNL).

Un autre projet me permet de montrer une dérive du fonctionnement de l’aide américaine. Le programme  d’aide parlementaire en Azerbaïdjan prévoit une assistance par l’organisation Development Alternatives Inc. (DAI), sous l’égide d’USAID. Il a commencé en avril 2007. Une extension a été décidée jusqu’en avril 2011, ce qui montre les lenteurs et les difficultés rencontrées. Le partenaire principal de ce programme est le Milli Mäjlis, le parlement azerbaïdjanais. Les sous-traitants sont la conférence nationale des législatures d’État (National Conference of State Legislatures), l’université d’Indiana et International Roll Call. L’articulation de ce programme se fait autour de trois composantes qui visent à donner au parlement un fonctionnement réel2, similaire aux parlements européens, ce qui est une grande tâche quand on connait le déséquilibre des pouvoirs dans les institutions en faveur de l’exécutif. On voit que pour ce seul projet, le nombre d’organisations étrangères est déjà grand. Ce marché attractif des projets de développement apparaît saturé pour un petit pays comme l’Azerbaïdjan. La multiplication des acteurs ne semble pas en tout cas assurer l’efficacité des programmes.

 

À suivre

 épisodes précédents : (1) la théorie (2) de mauvais augures

 

  1. Site official USAID http://www.usaid.gov/where-we-work/europe-and-eurasia/azerbaijan http://transition.usaid.gov/locations/europe_eurasia/countries/az/index.html []
  2. USAID, Parliamentary Program in Azerbaijan Quarterly Report (July 1 – September 30, 2009), http://pdf.usaid.gov/pdf_docs/PDACN633.pdf []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *