Les vendeurs en démocratie (5)

L’opinion ?

Il existe un consensus parmi les personnes que j’ai rencontrées pour dire que la société civile azerbaïdjanaise est faible. Je me demande ce que cela veut dire exactement. Premièrement, cela signifie que mes interlocuteurs emploient effectivement le langage des institutions internationales, dont le concept central de société civile. Ensuite, peut-on critiquer cette affirmation ? D’une part certaines problématiques semblent trouver un écho très large dans la société. Il existe bien des enjeux nationaux qui sont jugés comme tels par une grande partie de la population. La reconquête du Haut-Karabakh est l’enjeu national martelé par des mouvements très différents. Elle apparaît comme l’instrument de restauration de la fierté des Azéris1. Une des idées que je me suis forgé sur le pays est que la politique du pouvoir suit le sentiment répandu dans la société que l’Azerbaïdjan : il se doit de venger un certain nombre d’humiliations subies. Le contrôle très strict des médias assoit la domination de ces problématiques dans la population. L’éclatement des oppositions, qui sont minées par les dissensions internes et les divisions financées par le pouvoir, empêche l’existence d’un discours alternatif à celui de l’État, en tout cas l’empêche d’être audible. L’isolement est une caractéristique importante de tous les groupes de la société qui cherchent à s’impliquer dans des activités citoyennes. De nombreux petits groupes existent mais ils ne peuvent pas communiquer facilement entre eux. Les organisations confessionnelles sont connues mais veulent rester discrètes. Les partis ne semblent pas cesser d’éclater en de toujours plus petites formations. Les travailleurs ne peuvent se regrouper en syndicats à cause de la répression. Les grands médias ne jouent pas leur rôle de créateur de lien entre les membres de la société azerbaïdjanaise, ils ne font que relayer la communication officielle.

Mais il existe d’autres liens dans la société : j’ai déjà parlé des solidarités régionales. L’entourage est encore le meilleur protecteur et l’endroit où l’avenir se dessine. Et si l’on replace le concept de l’association dans le contexte d’un monde qui s’est façonné dans la période soviétique, le rejet des ONG dans l’aire ex-soviétique est expliqué par la méfiance par rapport à ces modes d’organisation des citoyens. Jusqu’en 1991, le fait que l’affiliation à une organisation (de femmes, de jeunesse, professionnelle, etc.) était un des outils de contrôle du pouvoir sur les citoyens, ce mode de sociabilité serait jugé suspect par la population, qui a connu cette période. Soit. Cet argument est régulièrement avancé par les NPO comme les grandes institutions intergouvernementales, pour expliquer leur relatif échec dans le domaine2. En tout cas il est vrai qu’une faible part de la population azerbaïdjanaise s’implique dans le monde associatif3. Une autre enquête apporte une information supplémentaire qui a dû désespérer les vaillants hérauts de la démocratie de marché : ils n’ont que 33% de supporters parmi les Azerbaïdjanais interrogés en 20064, donc dans une période de croissance économique à deux chiffres dans le pays. L’indifférence par rapport au type de régime politique et économique est un autre facteur de limitation de l’impact du discours des NPO, chantres du libéralisme et de leurs partenaires locaux. Pour illustrer la difficulté de s’en tenir aux données chiffrées dans le cas de l’Azerbaïdjan, il faut citer une autre étude5 qui montre que 59% des répondants pensent (« pensent fermement » ou « pensent plutôt ») que la démocratie est le seul système politique acceptable. Dans le même temps 18% des personnes interrogées aideraient le gouvernement à rétablir l’ordre en cas de manifestations contre lui et 62% resteraient neutres6.

Le soutien au pouvoir tient aussi d’une certaine tradition de respect de l’autorité dans l’histoire azerbaïdjanaise. C’est un trait original de la société azerbaïdjanaise, avec la tolérance religieuse, qui est partagé par une grande part de la population7. Le taux de criminalité a toujours été faible par rapport aux sociétés voisines. À l’exception notable de la période 1990-1995, la population a toujours montré une certaine docilité vis-à-vis des autorités en place. Dans le contexte de l’amélioration relative de la situation économique et du tour de vis répressif depuis 2003, la conjonction de l’histoire et du contexte institutionnel fait que l’opinion publique apparaît au mieux atone, résignée quant au niveau des libertés.

Quel sont les regards posés par cette opinion publique sur les organisations internationales, sur les ONG impliquées dans le débat démocratique ? Déjà, l’opposition au pouvoir étant mal vue, et le gouvernement estimant que par principe les ONG indépendantes sont partisanes, la population a tendance à avoir un regard dubitatif sur celles-ci, quand elle connait leur existence. Ainsi, une enquête du Centre de recherches et de ressource du Caucase (CRRC) indique que 28% des personnes interrogées font plus ou moins confiance aux ONG (prises donc dans leur globalité, ce qui est important en Azerbaïdjan avec l’existence massive de GONGO) contre 19% qui ne leur font pas confiance. Mais les résultats montrent aussi que 24% sont neutres et 27% ne prononcent pas8). D’un autre côté, elles sont un moyen pour des individus, qui ont une conscience politique, de s’impliquer  dans des activités sociales ou citoyennes. Ce qui veut dire que l’engagement pour un Azerbaïdjanais dans ces organisations ne se limite pas à donner de son temps et de son énergie. Il sait aussi qu’il devra faire face à une certaine stigmatisation par une partie de la société. Les fondations internationales sont regardées, elles aussi, de manière ambivalente. Les responsables, qui ont répondu à mes questions, ont plusieurs fois affirmé de manière péremptoire que si les « Américains » voulaient partir, tant pis pour eux, ils n’avaient pas besoin de leurs conseils. Quelques minutes auparavant, ils m’avaient rappelé, que ces mêmes institutions américaines étaient leurs principaux et plus fidèles bailleurs de fonds. Le sentiment d’être parfois le jouet de politiques qui se décident ailleurs est présent, ainsi qu’un certain chauvinisme. Le jugement ambivalent, reconnaissant et parfois exaspéré, des dirigeants des ONG locales est à l’image du regard des autres composantes de la société. Il y a beaucoup de candidats pour travailler dans les fondations américaines situées à Bakou, car cela ouvre des possibilités de travailler avec l’extérieur, voire de s’expatrier. Mais elles sont soupçonnées, aussi, de conduire des politiques critiques, contraires aux intérêts du pays. L’aide aux réfugiés, le caritatif est valorisé, mais les activités dans le domaine politique apparaissent, aux yeux de beaucoup, comme des intrusions étrangères. Il en va ainsi par exemple du monitoring des élections. C’est une des activités les plus symboliques développées par les fondations internationales et surtout américaines mais aussi par l’OSCE. Je vais me pencher sur cet enjeu pour ces fondations et pour le pouvoir, ainsi que sur d’autres activités importantes encouragées par les NPO américaines.

à suivre

épisodes précédents : (1) la théorie (2) de mauvais augures (3) les rapports avec l’État

(4) une géographie des organisations

  1. Voir les résultats du sondage IFES []
  2. PORSUGHYAN, Arpine, « UNDP: Obstacles and opportunities for civil society development in the South Caucasus », Development and Transition,

    http://www.developmentandtransition.net/Article.35+M5255f840e60.0.html, consulté le 2 février 2011 []

  3. CRRC Data Initiative 2007, annual nation-wide household survey []
  4. BERD, « Life in Transition Survey 2006 », 2007 []
  5. MUSABAYOV, R, SHULMAN, R, Azerbaijan in 2008: sociological monitoring. Comparative analysis of findings of sociological survey held in the Republic by totals of 2006, 2007 and 2008, Bakou, Friedrich Ebert Foundation, 2009, page 10. []
  6. Ibid, page 35 []
  7. Musa oglu Hasanov, Rafail, op. cit., page 97 []
  8. CRRC Data Initiative (2006 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *