Les vendeurs en démocratie (6)

Les processus électoraux, enjeux internationaux et locaux

C’est un domaine bien connu d’intervention des NPO américaines. Quelle est la situation en Azerbaïdjan ? Il est intéressant de tenter une comparaison avec les organisations poursuivant les mêmes buts en Russie, où les autorités ont un point de vue vis-à-vis de ces ONG assez semblable à celui du régime azerbaïdjanais.

Je vais regarder les actions dirigées vers le contrôle des processus électoraux. Il existe un partenariat entre le NDI et le centre de surveillance des élections (en anglais Election Monitoring Center EMC), une ONG fondée en 2001. Elle aurait notamment formé 4000 observateurs au cours d’au moins six scrutins avant de voir son autorisation annulée en 2008 et ses actifs liquidés. Elle réapparut alors sous le nom de centre de surveillance des élections et d’études sur la démocratie (Election Monitoring and Democracy Studies Center ou SMDT en azéri). Elle est composée aujourd’hui d’une dizaine de permanents, qui organisent des formations destinées à développer les pratiques citoyennes, comme des rencontres entre électeurs et élus, des forums. Lors des élections, le réseau des volontaires est activé dans les différents centres, qui se répartissent les 125 circonscriptions électorales. Ceux-ci conduisent alors les procédures d’évaluation des campagnes électorales et des scrutins. Ils peuvent également effectuer des sondages. Ces changements fréquents de noms sont le résultat de la pression du pouvoir. Les militants restent mais les structures sont obligées de se reconstituer, au gré des tracas administratifs et judiciaires, quand leur enregistrement est révoqué. La situation d’affrontement entre le pouvoir et ces ONG va en s’accroissant.EMDS perçoit des financements du NED et de l’Union européenne. Mais l’objectif à terme est que les ONG locales deviennent indépendantes financièrement des Occidentaux, parce que le schéma de pensée des organismes internationaux est toujours celui de la transition démocratique. Donc la situation est provisoire, appelée à évoluer, les actions doivent être limitées dans le temps. Ensuite parce que le fait d’être financé par une organisation américaine affaiblit la crédibilité des ONG azéries.

Lors des dernières élections législatives en novembre 2010, des ONG comme IRFS ou EMDS, dont j’ai rencontré des membres, ont constaté les manquements au code électoral en vigueur. Les fraudes ont pu être observées également par les délégations du parlement européen et de l’OSCE1. IRFS comme EMDS reçoivent des subsides d’organisations comme le NED ou l’Open Society Institute. Or clairement la volonté des institutions officielles allait à l’encontre de celles des NPO internationales, puisqu’elles ont finalement validé la conduite générale de ces élections. C’est donc une contradiction importante adressée à ceux qui veulent voir dans l’action des NPO, et des ONG locales qu’elles soutiennent, des instruments de déstabilisation extérieure des pouvoirs en place dans l’ancienne sphère d’influence soviétique.

Une action contestée

La recherche de « recettes », « formules », « projets de déstabilisation », par les observateurs, voire les détracteurs des actions de la NED et d’USAID, n’arrive pas à convaincre. La réunion de faits a posteriori et de déclarations d’intention ne suffit pas à démontrer l’efficacité ou l’antériorité des projets. Il est tentant de vouloir se donner le beau rôle et de revendiquer un phénomène sur lequel personne n’a véritablement eu de prise. En regardant les « évènements arabes » de l’hiver 2011, il est facile de repérer les différents mouvements ou personnalités qui essayent de se greffer sur un mouvement qui n’a pas de direction organisée. Ces individus, ces organisations, peuvent ainsi associer leur image à celle, positive, du mouvement qui a renversé ou déstabiliser les dictateurs arabes. Des hommes politiques se drapent ainsi d’une pureté issue du peuple et tentent d’occuper la place vacante de tête de proue d’une contestation qui a réussie, justement parce qu’elle n’avait pas de dirigeant : chacun pouvait associer le mouvement à ses propres revendications, n’était pas rétif à l’idée de suivre un leader, qui de toute façon ne pouvait représenter une alternative réaliste dans une dictature. Cette absence de chef se fait ressentir au moment de la « prise de pouvoir » encore appelée « transition ».

À Bakou, les leaders de l’opposition comme Isa Gambar et le président du Front Populaire Ali Karimli sont des visages connus, des dirigeants discrédités aux yeux de certains. Leur vernis démocratique est terni par leurs positions ultranationalistes sur le Karabakh. L’absence de personnalité fédératrice est une des particularités du champ politique de l’opposition. Les mouvements de jeunesse n’ont pas obtenu les fonds équivalents à leurs homologues géorgiens et ukrainiens, or ces fonds permettent d’atteindre la « masse critique » de mobilisation populaire pour exister face au système répressif classique. Enfin, le désintérêt (pour ne pas dire plus) des médias internationaux et des chancelleries occidentales condamne ce type de mouvement, qui ne peut réussir sans pression extérieure. Pression à laquelle les institutions sont sensibles, comme le montre l’affaire des blogueurs, où les interventions de M. Obama et de Mme Clinton ont joué un rôle prépondérant dans la libération des deux jeunes Azéris2. L’appauvrissement, l’affaiblissement des organisations citoyennes non partisanes, comme des partis d’opposition, ne font que rendre de plus en plus aisée la fraude électorale en Azerbaïdjan.

Une efficacité relative

Une des limites des actions des fondations étrangères, américaines mais pas seulement (l’OSCE est très présente), est le mode de fonctionnement des programmes mis en place. La caractéristique principale est le court terme. Les projets directement supervisés et les subventions sont prévus sur deux voire trois ans. Il est impossible de dégager un projet visible à long terme. Il est même difficile de trouver une cohérence aux projets3.

Une des solutions pour contourner les entraves à l’action en dehors de Bakou est l’utilisation d’internet. Les NPO cherchent à s’y implanter et à l’utiliser, cependant elles n’ont pas encore les outils pour évaluer elles-mêmes l’efficacité de ces projets utilisant les réseaux sociaux comme Facebook. Cela m’amène à m’interroger sur la situation des médias dans le pays, peuvent-ils être un vecteur de l’action, de la communication de ces fondations ?

à suivre

épisodes précédents : (1) la théorie (2) de mauvais augures (3) les rapports avec l’État

(4) une géographie des organisations (5) l’opinion et ces organisations

 

  1. ISMAYILOVA, Khadija, « Azerbaijan: Parliamentary Elections Yield a Lone Opposition Voice », Eurasianet,8 Novembre 2010, http://www.eurasianet.org/node/62335 []
  2. Briefing de Philip J. Crowley, assistant de Mme Clinton le 19 novembre 2010, http://www.state.gov/r/pa/prs/dpb/2010/11/151376.htm consulté le 21 novembre 2010 []
  3. Entretien EMDS []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *