Les vendeurs en démocratie (7)

Les  médias pour accéder au territoire

Les médias étrangers sont des relais des idées défendues par les NPO. Radio Azadliq est la radio en Azéri du réseau Radio Free Europe/Radio Liberty. Elle est réputée pour la fiabilité de ses informations. Elle avait, avant son « éviction » des ondes, une part de marché estimée à environ 12% par sa directrice1. En décembre 2008, dans le cadre d’une politique de reprise en main des médias, elle a été transférée vers les ondes moyennes comme la BBC et Voice of America. Elle émet désormais sur internet et sur un réseau peu écouté, car les récepteurs MW sont plus rares que les radios FM2. L’objectif officieux semble avoir été atteint3.

Observation

La surveillance (monitoring) des médias est un des axes majeurs de l’action des ONG financées par les organisations internationales en Azerbaïdjan. L’objectif est de démontrer si les informations sont présentées de manière équilibrée et neutre, si l’impartialité est de mise dans la relation des questions de politique. La presse écrite, en dehors des journaux d’obédience gouvernementale auxquels l’abonnement est obligatoire pour les services et agences de l’État, souffre d’un manque de ressources publicitaires et de tirages modestes : Yeni Müsavat  avec 12 000 exemplaires par jour serait un des plus gros tirages de la presse d’opposition. Le média le plus populaire reste la télévision. Il y a 8 chaînes de télévision nationales, 14 à portée régionale and 13 sur le réseau câblé. Depuis Bakou émettent treize stations de radio. Or, qu’elles soient privées ou publiques, les directions des chaînes de télévision suivent une ligne éditoriale favorable au parti YAP au pouvoir. Il est peu probable d’avoir une situation analogue à l’interdiction de Rustavi 2 en Géorgie. Les bouquets satellites turcs occupent une part importante du paysage audiovisuel, les paraboles sont omniprésentes à Bakou, jusque sur les habitations les plus modestes, ainsi que dans les zones rurales. Avec les chaînes russes, elles dominent très largement le paysage audiovisuel. Les chaînes azerbaïdjanaises sont distancées4. Mais les journaux télévisés turcs et russes ne parlent pas de l’Azerbaïdjan. La tradition soviétique parmi les populations qui ont connu l’URSS est prégnante, les médias officiels ne sont pas jugés crédibles. Et la presse écrite est très peu lue en dehors des cercles déjà convaincus. C’est la même situation pour internet. Les seules informations qui ont une répercussion sont celles qui sont transmises par le bouche à oreille. D’ailleurs, les ONG concentrent leurs campagnes de communication sur la distribution de tracts, sur la rue, car leurs tentatives de passer par la télévision ou l’affichage public ont montré qu’elles avaient des résultats médiocres5. Depuis son entrée au Conseil de l’Europe, le pouvoir en place est bien conscient que la question liberté de la presse est un élément important dans ses relations avec les organisations internationales, il doit agir avec circonspection dans sa volonté de contrôle du travail des médias et tenir compte des discours et des représentations des diplomaties occidentales6.

Les chiens de garde

La situation des journalistes en Azerbaïdjan a fait l’objet d’un rapport de Human Rights Watch en octobre 2010 et d’une enquête à l’instigation de la fondation Soros en septembre. Si, à cette époque, il n’y a que trois journalistes emprisonnés dans le pays (à comparer avec la dizaine fin 2007), le climat général de travail des médias s’est détérioré. L’antagonisme entre presse d’État et presse privée papier acquise à l’opposition empêche l’expression sereine des différentes opinions. Les journalistes pratiquent le plus souvent l’autocensure pour échapper aux restrictions juridiques qui ont tendance à s’amplifier : par exemple, il est désormais interdit de publier l’image d’une personne sans son autorisation, même lors d’une réunion publique7. En plus d’une judiciarisation toujours plus grande des conflits entre presse privée et représentants du pouvoir (la diffamation est un crime et non un délit), les affaires de voie de fait et d’intimidations contre les journalistes semblent monnaie courante et restent très souvent impunies. L’absence de syndicats dans le pays fait que les ONG se retrouvent chargées de remplir leurs missions. Par exemple l’institut des droits des médias (Media Hüququ İnstitutu, MRI dans la littérature américaine) se charge de tous les aspects légaux en rapport avec les médias. Cette ONG reçoit la majorité de ses financements de NPO américaines, NED, USAID, IREX, ABA, ainsi que du département d’État américain8. Ses juristes conseillent les journalistes, leurs proposent des formations juridiques, fournissent une assistance légale devant les tribunaux, proposent des amendements au parlement sur ces questions. Mais la comparaison avec un syndicat a ses limites, car l’organisation n’a pas d’adhérents du métier. La plupart des journalistes des médias privés « patriotiques » (c’est-à-dire proches du pouvoir) ne veulent pas ou ne peuvent pas entrer en contact avec cette ONG.  MRI sert aussi de lien avec les ONG transnationales, et les réseaux qui s’y rattachent, qui se préoccupent de la liberté de la presse, pour essayer de trouver une caisse de résonance à l’étranger dans les cas d’atteintes à la liberté des journalistes.

Le programme de hotline financé par IREX est une des sources importante d’information sur les pressions judiciaires et extra judiciaires sur les journalistes. En permanence un agent répond aux appels qui signalent des incidents concernant des journalistes, arrestation, passage à tabac. Les responsables de IRFS m’ont expliqué que ce programme leur permet de se rendre immédiatement sur place pour constater les faits qui leurs sont signalés et que cette ressource est essentielle pour prouver les manquements à la liberté de la presse. C’est un moyen de pression essentiel pour infléchir la politique de l’État dans ce domaine car il est parfaitement conscient de la sensibilité des organisations internationales et des gouvernements occidentaux sur cette question. Cependant d’autres interlocuteurs doutent du succès des hotlines car comme dans d’autres pays comme l’Ouzbékistan9 cette approche américaine ne prend pas en compte les grandes réticences de la population vis-à-vis des dénonciations. Le souvenir de la période soviétique empêche encore beaucoup d’utiliser ce recours10. Mais ce système permet au moins de faire des statistiques anonymes, ce qui rentrerait dans le modèle de l’advocacy (témoignage) cher aux théoriciens de l’aide à la démocratisation. Si le rapport de HRW ne recense que les incidents sur Bakou, les auteurs du rapport estiment que la situation dans les régions hors capitale est sûrement plus difficile encore pour les journalistes et l’autocensure encore plus répandue.

Les coalitions

Le rapport publié en septembre 2010 et intitulé « Liberté d’expression attaquée : la situation des médias en Azerbaïdjan se détériore »11 a été réalisé sous l’égide de la fondation Soros par un groupe de représentants étrangers issus de neuf organisations occidentales. On trouve Freedom House (USA), RSF (France), Article XIX (RU), World Association of Newspapers and News Publishers WAN-IFRA (France et Allemagne), Open Society – Media Program, Press Now (NL), Media Diversity Institute (RU), Index on Censorship (RU) et enfin la fédération internationale des journalistes basée à Bruxelles et qui regroupe les syndicats de journalistes au niveau mondial. Ces neuf organisations sont regroupées dans un « International Partnership Group for Azerbaijan ». Cette coalition a choisi d’agir en Azerbaïdjan, considérant que la situation était problématique mais en même temps qu’il existait une marge d’action possible, au contraire du Belarus ou de la Russie. C’est encore une lecture à l’aune du modèle de « dictature souple ». En Azerbaïdjan n’existent que très peu de médias indépendants du pouvoir : deux voire trois journaux, une agence de presse, Turan, et aucune télévision. Par le jeu de financements occultes, les chaînes de télévision privées mais aussi les agences de presse, sont désormais sur une ligne favorable au pouvoir12. Le terme qu’elles emploient pour se définir est « patriotique ».

L’objectif principal de l’enquête de l’« International Partnership Group for Azerbaijan » était d’étayer le sentiment des organisations occidentales que les entraves à la liberté d’expression en Azerbaïdjan se multiplient depuis quelques années. En effet la date proche des élections législatives un mois après explique la détérioration nette des conditions de travail des journalistes dans le pays et le durcissement du contrôle des médias par les autorités. Ainsi, quelques semaines avant les élections de novembre 2010, toutes les salles pouvant accueillir une conférence de presse furent inaccessibles car « en travaux ». Seule subsistait la salle de l’IRFS mise à la disposition des partis d’opposition. Les autres dépendaient de près ou de loin des autorités. Ce rapport est aussi l’occasion pour ses auteurs d’afficher leur soutien au journaliste Eynulla Fatullayev emprisonné alors et aux deux bloggeurs Emin Milli et Adnan Hajizade. L’emprisonnement de ces trois personnes symbolisait alors les tentatives supposées du pouvoir de museler l’expression des oppositions. Le correspondant local de la mission fut Rovshan Bagirov, directeur de « Freedom of Expression/Media Program » et des relations publiques de l’institut Open SocietyAssistance Foundation en Azerbaïdjan, quand il existait encore.

De manière simultanée l’enquête de septembre 2010 du « International Partnership Group for Azerbaijan »  et le rapport HRW d’octobre 2010 constatent le durcissement des pratiques du pouvoir contre les journalistes. Le dynamisme des acteurs des médias sur internet est mis en avant13. Les blogs et les forums sont le lieu où la parole et les opinons des Azerbaïdjanais se diffusent aujourd’hui. Mais combien sont-ils ? Officiellement, 2,5 millions d’entre eux ont accès au réseau et ils sont 150 000 sur Facebook.

Internet

La communication des réseaux d’opposition par internet semble poser un problème insoluble pour les autorités. Pourtant, le réseau ADSL fixe ne concerne que Bakou, voire son centre, le reste du pays n’est pas connecté à l’exception de l’accès par la téléphonie mobile, ce qui limite les possibilités. L’activité des blogueurs azerbaïdjanais semble bien supérieure à celle des Géorgiens et des Arméniens14. Ce n’est pas une question d’avancement technologique selon toute vraisemblance, c’est l’illustration de la nécessité de trouver des voies d’expression qui ne trouvent pas leur place parmi les autres vecteurs de diffusion des opinions. Mais qu’importe si les résultats sont difficilement quantifiables ou si une frange seulement de la population dispose d’un accès à internet, il faut avoir son programme tourné vers les « nouveaux médias » pour suivre la mode impulsée des États-Unis. Hillary Clinton elle-même veut en faire un cheval de bataille de la lutte pour la démocratie15. Elle assimile la liberté d’accès aux réseaux sociaux à la liberté de réunion et d’expression, elles font partie du package de libertés que seuls les dictateurs répriment. On peut remarquer que ce raisonnement est très contextualisé et paraît en fait difficile à généraliser aux variations des situations nationales. Ce contournement de la censure est aisé, mais il a un pouvoir de nuisance limité car il touche peu le grand nombre. C’est pourquoi la police pense pouvoir frapper les opposants qui tentent de s’exprimer trop ouvertement sur internet. Les internautes azerbaïdjanais se mobilisent ainsi pour soutenir les personnes emprisonnées, ainsi en 2009 Emin Milli et Adnan Hajizade16 sont condamnés à deux ans et demi de prison pour hooliganisme. Cette sentence a été jugée par les opposants comme une punition pour leurs actions politiques. Ils ont été libéré les 19 et 20 novembre 2010, après les interventions des autorités américaines en leur faveur.17. De même Bakhtiar Hajiyev a passé un an en prison. Le procédé est assez répétitif, les opposants trop remuants sont arrêtés et condamnées pour violence ou trafic de drogue. Ils sont libérés à chaque fois l’année suivante grâce à un pardon présidentiel.

Lors d’une interview pour l’anniversaire de leur première année d’emprisonnement, la femme d’Emin Milli, qui vit aux États-Unis décrit son mari de manière intéressante pour comprendre ce qui peut limiter la popularité des militants en Azerbaïdjan :

« Emin est en fait un cas classique d’activiste des droits civiques – classique au sens littéraire – mais inhabituel en Azerbaïdjan. Je dirais même qu’il est vraiment un cas singulier en Azerbaïdjan car contrairement à beaucoup il n’a pas d’ambitions politiques. Il n’est membre d’aucun parti politique et il n’a pas le projet d’en rejoindre un prochainement. Sa conduite n’est dictée que par sa passion et sa conviction, qui le rendent extraordinairement fort et extrêmement attirant pour ceux qui le rencontrent. On peut dire qu’il est un homme de conviction. Il croit fermement qu’une transformation de la société est possible en Azerbaïdjan. […] Ce que ses amis et lui font s’appelle l’empowerment »18.

En filigrane on comprend qu’il est habituel pour un individu doté d’ambitions politiques d’utiliser la voie des organisations de défense des droits de l’Homme, ou d’autre ONG, pour commencer une carrière politique ; cela n’a rien d’original aux yeux des Européens mais nous avons la confirmation par cette interview que les représentations des Azerbaïdjanais sont similaires aux nôtres dans ce domaine.

Difficile confiance réciproque

Maintenant il faut se demander s’il existe un désenchantement des mouvements, des ONG contestataires, vis-à-vis des politiques des NPO, à cause de leur attitude changeante et du manque de continuité dans leur action. Ces opposants font-ils l’amalgame entre la politique étrangère des États-Unis et  celle des NPO américaines ? Cela pourrait être une limite à la pertinence des programmes mis en place qui se fondent foncièrement sur l’attrait du modèle américain. Comment les NPO surmontent, d’une part la perception, que leurs partenaires locaux sont des « chasseurs de subventions » et d’autre part, que les soutiens occidentaux à la démocratisation sont jugés « solubles » dans le pétrole ? De fait, parmi les acteurs des ONG azerbaïdjanaise que j’ai rencontrés la persistance de l’attrait du modèle américain est frappante. Il y a beaucoup de candidats pour rentrer dans une ONG comme Open society Institute. Chez les militants, il n’y a pas de prise en compte des aléas politiques ou des situations géopolitiques, ni même conscience du désengagement des fondations américaines. Parmi les directions, le constat est plus mitigé. Certains ne pensent pas que la situation va se détériorer outre mesure, le relatif recul actuel des aides actuelles est mis sur le dos de la crise économique ou expliqué par le fait que désormais l’Azerbaïdjan est riche de ses revenus pétroliers ou encore justifié par la nécessité de réorienter les moyens américains vers les priorités que sont l’Afghanistan et l’Irak19. D’autres sont beaucoup plus pessimistes et en même temps cyniques devant le fait qu’ils ne peuvent qu’assister au phénomène.

Les positions tenues par des organisations comme le Conseil de l’Europe et l’OSCE créent des tensions certaines avec les ONG azerbaïdjanaises militantes et les partis d’opposition20. Ces derniers ont publié une pétition dénonçant le manque de volonté, voire selon eux l’incompétence, des envoyés du Conseil de l’Europe, Paul Wille, et de l’OSCE, Wolfgang Grossruck. Mais leur constat finalement n’est pas dicté par la présence ou non des fondations et des institutions internationales en tant que telles. Elles font la différence entre les ambassades impliquées dans la défense des libertés et celles qui en sont absentes. Elles ont elles-mêmes évaluées les fondations qui ont une politique en adéquation avec leurs objectifs. De fait la seule chose venant de  l’extérieur dont elles ne peuvent se passer sont les financements, car il apparaît impossible pour une ONG de lever des fonds dans le pays si elle veut garder son autonomie. Cependant le double discours de ces institutions internationales risque de les couper des groupes qu’elles tentent d’atteindre. Aux ONG et aux partis politiques, elles continuent de servir un discours critiquant le déroulement des élections, notamment celles de 2010, mais leurs rapports officiels et les discussions informelles, comme celles rapportées dans l’article cité plus haut, révèlent une absence de volonté de transmettre, d’exporter ces remarques hors des frontières. Il n’y a pas que de la mauvaise foi, il y a également un manque d’implication, de compréhension de la situation du pays par les acteurs étrangers comme le Conseil de l’Europe. La possibilité de la corruption, directe en espèces sonnantes et trébuchantes ou en utilisant le désir d’obscurs politiciens de gagner une certaine importance grâce au soutien du gouvernement azerbaïdjanais, n’est pas exclue par des témoins des sessions au Conseil de l’Europe que j’ai rencontrés. Il apparaît que les diplomaties suivent le schéma, qui est logique et classique, de la stabilité dans un pays pétrolier, avec un régime qui serait menacé par une mouvance islamiste. Un des résultats est la défiance grandissante des mouvements d’opposition vis-à-vis des organisations internationales, synthétisée dans notre exemple par cette pétition.

Quant à la réalité de la « menace islamiste », elle est impossible à  contredire ou confirmer. En effet l’interdiction formelle du parti islamiste d’Azerbaïdjan (PIA) le rend difficilement observable. Le voisinage géographique et idéologique de l’Iran sur ce parti, ce qui permet tous les fantasmes, brouille le regard des Occidentaux.

à suivre

épisodes précédents : (1) la théorie (2) de mauvais augures (3) les rapports avec l’État

(4) une géographie des organisations (5) l’opinion et ces organisations (6) les processus électoraux

 

  1. Human Rights Watch, Azerbaijan, Beaten, Blacklisted and Behind Bars. The Vanishing Space for Freedom of Expression in Azerbaijan, Rapport HRW octobre 2010, page 50 []
  2. Azeri Report, « Azeri Service of RFE/RL Launches TV Project », consulté le 15 décembre 2010 http://azerireport.com/index.php?option=com_content&task=view&id=2417&Itemid=43 []
  3. Entretien Transparency Azerbaijan []
  4. Entretien Media Rights Institute []
  5. Entretien TransparencyAz []
  6. Azeri Report, « Ilham Aliyev Spoke About Freedom of Speech At Celebration Event of Azeri Journalists », 23 juillet 2010, consulté le jour même. []
  7. Human Rights Watch, Azerbaijan, Beaten, Blacklisted and Behind Bars. The Vanishing Space for Freedom of Expression in Azerbaijan, Rapport HRW octobre 2010, page 48 []
  8. Entretien MRI []
  9. HOURS, Bernard, SELIM, Monique, « De l’apprentissage de la démocratie à son interdiction : les ONG en Ouzbékistan » in : Revue Tiers Monde, 2008/1 (n° 193) page 116 []
  10. Entretien TiAz []
  11. Reporters sans frontières, Free Expression under Attack: Azerbaijan’s Deteriorating Media Environment, consulté le 24 octobre 2010, http://en.rsf.org/IMG/pdf/azerbaijan_joint_mission_report_-_english_version.pdf []
  12. Entretien OSI []
  13. Global Voices, article du 22 octobre 2010 de Rebecca Vincent, représentante d’Article XIX dans le groupe auteur du rapport cité ci-dessus, consulté le 25 octobre 2010 http://advocacy.globalvoicesonline.org/2010/10/22/azerbaijan-free-expression-under-attack/ []
  14. Entretien EMDS []
  15. Discours de février 2011 accessible ici http://secretaryclinton.wordpress.com/2011/02/15/secretary-of-state-hillary-clintons-speech-on-internet-freedom/, consulté le 24 février 2011 []
  16. Ils sont membres de l’organisation de jeunesse OL ! Ils ont diffusé sur Youtube un film dénonçant l’état de corruption selon eux des instances politiques du pays. []
  17. Flying Carpets and Broken Pipelines, « Happy Birthday My Dear Friend ! », 14 octobre 2010, consulté le 25 octobre 2010, http://flyingcarpetsandbrokenpipelines.blogspot.com/2010/10/happy-birthday-my-dear-friend.html []
  18. Azeri Report, interview de Leyla Karimli épouse d’Emin Milli le 11 novembre 2010, consultée le 15 décembre 2010, http://azerireport.com/index.php?option=com_content&task=view&id=2472&Itemid=49 []
  19. Entretien TiAz []
  20. Azeri Report, « Azeri NGOs Accuse International Election Observers of Whitewashing Falsified Elections of 2010 », 22 janvier 2011, consulté le 06 février 2011, http://azerireport.com/index.php?option=com_content& task=view& id=2578& Itemid=53 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *