Les vendeurs en démocratie (8 et fin)

Conclusions:

Plusieurs éléments pour finir cette série sur les « démocratisateurs » (Désolé, je devais la faire).

L’inflation des coalitions

Le principe des regroupements d’ONG est encouragé par les donneurs, il fait partie dans la terminologie consacrée, c’est un acte de représentativité de la société civile. Ce sont des coalitions qui ont mené les différents mouvements d’opposition au pouvoir dans les pays où l’action des fondations américaines a été dénoncée pour ses interférences. Or la situation de faiblesse et d’éparpillement des ONG azerbaïdjanaises se retrouve dans la multiplication et la volatilité de ces coalitions. J’ai recensé la coalition des ONG non enregistrées1, des coalitions d’ONG lors des élections pour le monitoring des scrutins, le Groupe du Budget National qui essaye de contrôler ce même budget, le « club des droits de l’Homme »2, la « Coalition de surveillance des activités des donneurs et des fonds publics »3, à l’international il y a PASOS, CIVICUS, ENTO, European Youth Forum, Civil Society Forum, il y a enfin EITI, la coalition participant à l’initiative internationale de transparence des fonds du pétrole soutenue par le fond Soros. La situation de grande fragmentation illustre le manque de moyens, d’unité, les conflits de personnes qui minent et affaiblissent les ONG locales.

L’argent du pétrole

Il s’agit (encore) d’une coalition d’organisations dans le domaine économique, elle vise à intégrer un programme international de monitoring  des données disponibles entourant les flux d’argents générés par les dividendes du pétrole. Ce programme international est appelé Extractive Industry Transparency Initiative (EITI) et le pouvoir joue le jeu de la coopération pour l’instant. Cette nouvelle initiative semble créer beaucoup d’espoirs et d’agitations dans le milieu des ONG. Elle regroupe environ 130 ONG et individualités en 2010. Ses travaux de recherches sont cependant limités à la transmission des documents par les différents acteurs institutionnels et privés impliqués dans les activités d’extraction, qui ne sont pas réputés pour leur grande transparence. L’Azerbaïdjan fut le premier pays à présenter et passer la validation prévue dans ce projet.

Les principaux dirigeants d’ONG et personnalités présentes dans cette structure sont Sabit Bagirov du Far Center, Ingitab Ahmedov, Gubad Ibadoglu, Vugar Bayramov. Les objectifs sont de contrôler la transparence des opérations financières entourant la manne pétrolière et de conseiller les institutions concernées pour l’améliorer. De fait si la moitié des bénéfices liés aux hydrocarbures vont dans le budget national, l’autre moitié est censée alimenter le fond national pétrolier. Celui-ci a apparemment un fonctionnement relativement transparent si ce n’est que les décisions d’attributions de ses fonds sont à la discrétion du régime. Mais le pouvoir potentiel contenu dans les activités de l’EITI semble générer de vives tensions en son sein4. Les personnalités s’affrontent pour se faire une place dans cette organisation qui apporte sans nul doute une belle visibilité. Et il n’est pas étonnant que ces deux facteurs, pouvoir et publicité, aient une certaine résonnance dans la sphère des dirigeants d’ONG.

Finalement

Je pense avoir dressé un tableau assez juste de la situation actuelle des organisations visant à la promotion de la démocratie en Azerbaïdjan. Il ne semble pas que l’approche dictée par le paradigme de la transition démocratique soit efficace. Les éléments organisés de la société voient leurs capacités s’appauvrir. Les ONG, comme les partis ou les médias, ont toutes les peines du monde à combattre l’omniprésence et la puissance économique de l’État. La polarisation politique du monde des ONG rend obligatoire un discours ostensible d’allégeance aux orientations des institutions pour exister dans des conditions acceptables. Les critiques ouvertes du pouvoir, ou « mal formulées », sont synonymes d’ostracisme, par les officiels mais aussi par les organisations qui tentent de rester sur le fil du rasoir de la respectabilité.

L’action des fondations américaines apparaît en difficulté en Azerbaïdjan. D’une part, beaucoup d’institutions et d’ONG internationales sont absentes du pays, ou ne font que passer. D’autre part la concentration sur Bakou de celles présentes, si elle est compréhensible au vu de la configuration du pays, réduit  l’effectivité des actions envisagées dans le reste du pays. La volonté de démocratisation des institutions est aussi victime des incohérences de la diplomatie américaine, qui ne se décide pas entre deux tendances. Une attitude critique envers le pouvoir en place permettrait la défense de la « démocratie de marché », instrument de puissance de la diplomatie américaine (grâce à l’ingérence humanitaire). L’acceptation du régime tel qu’il est assurerait l’accès permanent des pays occidentaux au couloir du Sud-Caucase, c’est-à-dire l’Azerbaïdjan avec la Géorgie. La spécificité musulmane du pays dans le cadre « ex-soviétique » joue un rôle notable dans la frilosité des acteurs internationaux. Les financements officiels ont tendance à se réduire, confirmant un manque d’implication réelle des instances politiques.

Le système clientéliste mis en place est efficace pour contrôler la société civile. Celle-ci se retrouve dans l’incapacité de mobiliser ses différentes composantes, trop dispersées et cloisonnées. La corruption contribue à affaiblir les dynamiques sociales et civiques. Les GONGOs réussissent à capter une part de l’espace public et de la manne financière internationale.

L’originalité de la situation géopolitique de l’Azerbaïdjan est dans son orientation toujours vers plus de pratique autoritaire de la part des institutions mais en conservant son alliance avec les États-Unis au contraire des républiques d’Asie centrale, qui depuis 2005 ont largement réorienté leurs alliances vers la Russie et la Chine5. Mais quelle serait sa viabilité si le régime iranien, ou russe mais cela est moins probable, n’était plus opposé radicalement aux États-Unis d’Amérique ?

Dans quelle mesure les fonds européens pourraient remplacer les Américains, en cas de désengagement de ceux-ci ? Le manque d’expérience de travail avec l’UE des locaux et les lourdeurs administratives ne sont pas des avantages pour les bailleurs de fonds européens. Ils sont aussi jugés beaucoup plus frileux, voire même complaisants envers les « quasi-ONG », l’important étant d’avoir financé quelque chose et d’obtenir en retour un rapport d’activité à montrer à Strasbourg ou Bruxelles.

Les ONG locales sont installées dans une position de dépendance intellectuelle, d’attente, vis-à-vis des fondations américaines et de la diplomatie. Elles semblent suspendues à un mythique geste des États-Unis, qui déclencherait le changement de régime attendu et instaurerait la démocratie sans aucun doute. Cette position est, en partie, imputable à l’impossibilité pour ces organisations azerbaïdjanaises de mobiliser une opinion apathique et désorientée qui ne semble pas encore  assez exaspérée par la situation politique et économique. Elles savent pourtant que les organisations américaines ne sont pas des machines à fabriquer des révolutions, contrairement aux polémiques qui ont suivi les élections en Géorgie, Ukraine et  Kirghizstan. Malheureusement pour les opposants azerbaïdjanais, il n’entre absolument pas dans les projets ni les compétences des fondations américaines présentes dans le pays de financer quoi que ce soit qui puisse ressembler à une agitation politique.

 

épisodes précédents : (1) la théorie (2) de mauvais augures (3) les rapports avec l’État

(4) une géographie des organisations (5) l’opinion et ces organisations (6) les processus électoraux

(7) les médias

  1. Turan, 11 janvier 2011 []
  2. Turan, « Young Human rights defenders create Human rights club », 10 décembre 2010 []
  3. Turan, 29 octobre 2010 []
  4. Open society Azerbaijan, « SOROS Foundation’s (OSI-AF) Priorities for 2010: Utility Cost and Think-Tanks », interview du président d’Osi Azerbaïdjan M. Asadov, consulté le 07 décembre 2010, http://www.osi.az/index.php?option=com_wrapper&Itemid=465 []
  5. PEYROUSE, Sébastien, « L’Asie centrale quinze ans après l’indépendance : un bilan en demi-teinte » in : Politique étrangère, 2/2006, page 406 []

Une réflexion sur « Les vendeurs en démocratie (8 et fin) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *