Interview de Thomas De Waal du 5 septembre

Très intéressante, publiée sur le site Public Dialogues. Le point de vue exprimé est éclairant car M. De Waal est un chercheur américain qui est souvent cité dans les médias azerbaïdjanais. Son ouvrage majeur s’appelle Black Garden et retrace évidemment le conflit autour du « Nagorny Karabakh ». Il est reconnu et accepté par les deux camps de ce conflit, ce qui n’est pas un mince exploit.

Dès lors nous pouvons comprendre dans ses réponses le pessimisme des diplomaties même bienveillantes envers le pouvoir de Bakou suite à l’affaire Safarov. L’erreur d’appréciation fondamentale de la part du régime en place à Bakou quant à la réaction de l’Arménie et des médias internationaux est peut-être l’évènement de trop qui vient achever un processus de négociations de paix moribond depuis le dernier échec du sommet de Kazan en 2011.

Pour lui la reconnaissance de la république du Haut-Karabakh (NKR) par l’Arménie est devenue possible. Cela signifierait la fin du processus dit « du groupe de Minsk ». De plus il apparait à Thomas de Waal que la seule option permettant un règlement « juste » est celle d’un « policier international », en clair pour lui seule une force d’interposition dans les territoires disputés permettra aux civils de retourner chez eux.

Cette analyse fine permet de comprendre au-delà des enjeux politiciens et des arguments juridiques et moraux, en quoi la libération de Safarov risque d’être la plus grande erreur politique en Azerbaïdjan depuis le « coup de Gandja » en 1993.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *