Comme prévu, le peak oil arrive à Bakou

L’article du Chicago Tribune explique les efforts de BP pour enrayer la baisse de la production du gisement Azeri Chirag Guneshli. L’état azerbaïdjanais semble devoir mettre la main à la poche pour aider BP à augmenter le débit. Les implications politiques sont très importantes car l’économie mais aussi la stabilité du régime repose sur les dividendes de l’exploitation des hydrocarbures. L’extraction et le transport du gaz sont bien plus coûteux, c’est-à-dire rapportent un peu moins.

Du point de vue financier, boursier, le rétrécissement des bénéfices pourrait porter une ombre sur le partenariat jusqu’ici solide entre BP (le maître d’œuvre du consortium) et l’état azerbaïdjanais. Le moment du déclin de la production était pourtant connu de longue date, mais les considérations financières prendraient-elles le dessus ? La nécessité de sauver les apparences face au marché fait-elle loi ?

Mais pour l’Azerbaïdjan, cela signifie que la diplomatie publique et les stratégies d’influence en cours doivent être imaginées comme temporaires, à retour sur investissement rapide. L’échéance arrivera bien plus vite que dans d’autres économies de rente et le manque de confiance sera concomitant. Cela n’augure pas de bonnes choses quant à la sérénité des actions en cours. On peut même imaginer si l’on est pessimiste qu’une fois engagés dans le déclin de la rente du pétrole, certains seront tentés d’agir rapidement avant l’extinction complète du filon. Cette situation se concrétisera-t-elle parmi les concurrents intérieurs aux dirigeants actuels ou ces derniers seront-ils tentés de jouer la carte de l’action armée dans le conflit du Nagorny-Karabakh quand l’armée peut encore bénéficier de fonds considérables ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *