Le retour du rempart laïc du Caucase

source : wikipedia, license CC by SADepuis quelques semaines nous assistons dans la presse internationale à une évolution des outils de langage de la diplomatie publique azerbaïdjanaise. Accent est mis sur l’occidentalisation avancée de la société azerbaïdjanaise, laïque, aux antipodes de son voisin iranien1. Les arguments proposés ne sont pas nouveau. Il s’agit en fait de la reprise des arguments de 1993, au moment du retour d’Heydar Aliyev au pouvoir. Ils sont réutilisés car ils semblaient avoir atteint leurs buts à l’époque, nous pouvons comprendre que dans la situation actuelle, dégradée suite à la malheureuse affaire Safarov, les diplomates azerbaïdjanais fassent appel à une formule qui a fait ses preuves dans le passé.

 

En 1993, Heydar Aliyev fut appelé à la rescousse par le Front Populaire qui avait gagné les élections de 1992. Cette victoire électorale s’était transformée en défaite militaire et morale, les instruments de l’état avaient cessé d’obéir au gouvernement, des troupes se mutinaient et les Arméniens remportaient victoire sur victoire sur le front de la guerre du Haut-Karabakh. Le nouveau président choisit pour rétablir l’ordre de miser sur une source de revenus importantes qui lui permettrait de financer sa politique. Il devait faire aboutir pour cela les négociations sur la construction du pipe-line occidental devant acheminer les hydrocarbures de la Caspienne jusqu’en Turquie. Il devait d’abord gagner la confiance de ses interlocuteurs occidentaux, américains en premier. Dans ce but, le discours officiel de l’État azerbaïdjanais se concentra sur deux arguments majeurs, la stabilité intérieure (pour permettre la réalisation des projets d’oléoducs en rassurant les entreprises étrangères) et l’adhésion aux valeurs occidentales, notamment la laïcité. Ce point servait d’abord à ancrer l’Azerbaïdjan dans une alliance avec les démocraties occidentales. Celles-ci soutiennent d’autant plus dans la défense de la laïcité que le voisin sud de l’Azerbaïdjan est l’Iran, qui sert de repoussoir dans ce domaine. Ensuite s’imposait aux diplomates azerbaïdjanais la nécessité de modérer l’image de l’agresseur musulman et turcophone, qui était associée à leur pays dans le cadre du conflit avec l’Arménie. Cette représentation véhiculée par les médias arméniens et leurs relais en Occident était indubitablement prégnante.

 

Du côté de la République d’Arménie et des forces du Haut-Karabakh, les représentations de l’ennemi azerbaïdjanais en Turc sont efficaces et abondamment répercutées. La communauté culturelle et religieuse de la Turquie et de l’Azerbaïdjan permet d’assimiler les Azéris aux Ottomans coupables du génocide de 1915 et à la République de Turquie négationniste. Il faut donc que la diplomatie azerbaïdjanaise s’efforce en permanence de rendre caduque l’analogie. Les dérives « turcophiles » de la période Elchibey de 1992-1993 avaient finalement « joué contre » le camp azerbaïdjanaise aux yeux de l’opinion internationale, elles facilitaient les discours d’assimilation des Azéris aux Turcs (pour rappel la langue fut officiellement rebaptisée sous Elchibey « langue turque »2, le ministre de l’Intérieur dirigeait alors un parti nationaliste qui s’appelait les Loups Gris comme le parti ultranationaliste et touraniste turc). Les orientations culturelles de la période de gouvernement du Front Populaire sont donc méthodiquement annulées lorsque Heydar Aliyev établit sa mainmise sur le pays.

 

Nous savons aujourd’hui que cette stratégie de communication, quelque soit son adéquation avec la réalité intérieure du pays, a été acceptée par les discours officiels occidentaux. Ceux-ci ne manquent pas de rappeler la nature laïque du régime politique azerbaïdjanais. Lors de l’invasion de l’Afghanistan, cet argument intervient pour appuyer l’engagement important de l’Azerbaïdjan dans la « guerre contre le terrorisme » de Georges W. Bush. Aujourd’hui, alors que les faucons israéliens font pression sur leurs alliés pour s’engager dans une option militaire pour répondre à la question du nucléaire iranien, nous voyons apparaître des articles dans la presse occidentale concernant l’Azerbaïdjan. Pour citer le Washington Post, le régime de Bakou est présenté comme un « anti-Iran », reprenant ainsi l’argument habituel de l’état laïc rempart contre les dangereux religieux. La nouveauté est l’ajout du côté pop de cette diplomatie publique. Après Jennifer Lopez et Shakira lors de la coupe du monde de football des moins de dix-sept ans en septembre, puis Rihanna, il semble que les journalistes voient dans la succession de concerts depuis l’Eurovision en mai 2012 un affront fait à la politique culturelle de l’Iran. Des représentants de la république islamique n’avaient pas manqué de tomber dans le piège en fustigeant le public très « gay » qui suit habituellement le concours Eurovision, provoquant ainsi un incident diplomatique mineur3. Les Arméniens ont repéré tout de suite la manœuvre, comme l’illustrent l’article du Times arménien du 18 octobre rédigé par un élu américain de Californie4. Les Israéliens, eux, sont bienveillants5.

 

La question maintenant est de savoir si cette orientation de la diplomatie publique azerbaïdjanaise sera conservée car une des difficultés de la république d’Azerbaïdjan est de conserver une certaine continuité dans sa stratégie vis-à-vis de la communauté internationale.

 

Source de la photographie : Wikipédia. Shakira on stage in Singapore Marina Bay Circuit concert. license CC-BY-SA. URL : http://en.wikipedia.org/wiki/File:Shakira.JPG

  1. un exemple l’article du Washington Post du 15 octobre 2012, accédé le jour même « le petit Azerbaïdjan libère la « pop-puissance » contre l’Iran contre les Mollahs » url : http://www.washingtonpost.com/world/national-security/tiny-azerbaijan-unleashes-pop-power-against-irans-mullahs/2012/10/14/0a0819ec-14b3-11e2-bf18-a8a596df4bee_story.html []
  2. BÖLÜKBAŞI, Süha, Azerbaijan : a political history, London; New York, I.B. Tauris, 2011, 292 p., page 200 []
  3. article en anglais du Telegraph du 22 mai 2012, consulté le 22 octobre 2012, URL: http://www.telegraph.co.uk/culture/tvandradio/9283554/Iran-recalls-Azerbaijan-ambassador-over-Eurovision-gay-parade.html []
  4. Azerbaijan, J-Lo and the Axe Murderer, URL : http://times.am/?l=en&p=13846, consulté le 19 octobre 2012 []
  5. article du 16 octobre 2012 dans Arutz Sheva, Azerbaijan Hosts Jennifer Lopez – and More; Iran Grits its Teeth, http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/160972, consulté le 19 octobre 2012 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *