histoires et détournements des enjeux autour de l’environnement dans la péninsule d’Abshéron (première partie)

Effendi1

La péninsule de l’Absheron est le poumon économique de l’Azerbaïdjan, mais c’est un poumon de gros fumeur. Depuis la fin du XIXe siècle, le territoire entourant Bakou, la capitale, accueille une activité industrielle réputée extrêmement polluante, l’extraction et le raffinage du pétrole. Les atteintes à l’équilibre écologique de la région ne sont pas nouvelles. Elles précèdent même l’arrivée des Bolcheviks et des industries lourdes emblématiques de l’économie soviétique. Je vais essayer de présenter les différentes problématiques qui se présentent aujourd’hui dans cette zone, qui concentre les activités, les richesses et la majorité de la population de l’Azerbaïdjan.

 

Dans cette première partie, je vais essayer de présenter la situation de l’écologie politique et les problématiques écologiques qui concernent la péninsule de l’Absheron. Pour cela, un regard vers le passé s’impose. Mais d’abord, où se trouve cette péninsule ? Sa situation explique-t-elle un peu ces activités humaines polluantes ?

On voit que Bakou et son agglomération occupent la majorité de la péninsule, qui se trouve à la croisée des tracés des systèmes de transports des hydrocarbures autour de la mer Caspienne.

Les données historiques: la région connaît pendant le XIXe siècle une croissance démesurée, qui provoque une surcharge des aménagements consécutive à l’arrivée d’une population ouvrière, ce qui pousse les autorités dans une tentative de rattrapage de ce retard dans l’urgence, avec des solutions à court-terme et des réglementations déficientes. La situation se dégrade rapidement, pour faire dire aux visiteurs du début du XXe siècle que Bakou est un enfer de pollution.

De 1870 à 1897, la population croît de 700% sur une période de 25 ans, puis de 1897 à 1913 une croissance de 92 %1 . L’afflux, composé majoritairement d’hommes, est créé par la demande en main-d’œuvre des industries pétrolières. A Bakou même, les nombreuses raffineries (il n’y a pas encore eu de concentration capitalistique) voient leurs installations devenir rapidement obsolètes (pour les mêmes raisons économiques, petite société, peu d’investissements et de renouvellement de l’outil de production).

Les conditions de l’extraction du pétrole, alors majoritairement on-shore, sont illustrées dans les premières minutes de ce documentaire vidéo, Zirvədə sadəlik dastanı (AzTv, 2012)

 

La situation de l’exploitation des hydrocarbures avant 1917 montre que, cette fois, le système industriel soviétique n’a pas détruit un paysage idyllique. Les dégâts sur l’environnement précèdent la période soviétique. Cependant les dirigeants de l’URSS et de la RSS d’Azerbaïdjan ont aggravé par leurs décisions la situation. à l’extraction des hydrocarbures ont été ajoutées d’autres sources de pollution des sols, de l’eau et de l’air. Au moment de la désintégration de l’URSS sont établis des bilans des situations écologiques dans les nouvelles républiques indépendantes.

Des zones mortes sont localisées dans la mer Caspienne autour de la péninsule de l’Absheron2. Le caviar devient toxique dans les années 1980. Au début des années 90, l »Azerbaïdjan est évalué comme étant un espace encore plus sinistré que la moyenne de l’ancienne Union soviétique.

En ce qui concerne l’agriculture et les sols : Le DDT fut utilisé sur dérogation en Azerbaïdjan jusqu’en 1988. En 1991, les analyses montrent trois fois plus de pesticides organochlorés par ha. que dans le reste de l’URSS.

Ces composés organochlorés sont un composant organique de synthèse, solvant, pesticide, insecticide, fongicide ou réfrigérant. Les plus connus sont les pesticides (DDT, aldrine, kepone, dieldrine, chlordane, heptachlore, endrine, mirex, BPC, toxaphène, lindane …)

Maintenant l’air et les industries : au nord de Bakou, à Sumqayıt, en 1989, les chiffres des dépassements des concentrations autorisées dans l’air : 1,3 à 1,7 fois pour le dioxyde de soufre, chlorine, dioxyde d’Azote et 2,5 fois pour « les hybrides de fluor ». Bakou et Sumqayıt regroupent 80 % des émissions du pays.

UNTV 21st century « AZERBAIJAN: OIL’S DEADLY LEGACY » 21 mai 2009

Ce reportage illustre un cas de radioactivité anormale dans la banlieue de Bakou, résultant de l’abandon de charbons iodés (les radioisotopes de l’Iode sont les plus cancérigènes au monde), résidus de filtres à charbons actifs, très radioactifs. La pollution découlant de l’extraction des hydrocarbures est aussi évoquée.

La problématique du réseau d’eau de Bakou s’est posée dès la fin du XIXe siècle et elle est n’est pas résolue aujourd’hui. En 1992, l’eau est apportée dans des citernes à certains quartiers de la périphérie de la capitale… 70 % des eaux de surface disponibles sont polluées, 80 % de l’eau utilisée pour la consommation provient du bassin Kura-Araxe sévèrement pollué3 . La recherche de ressources disponibles et la création de réseaux d’approvisionnement n’ont jamais cessé sans parvenir à assurer une sécurité dans la fourniture de l’eau à Bakou.

La ville symbole de la catastrophe écologique : Sumqayıt

Bickham Sumqayit

Bickham 2001. Personnes extrayant des résidus de verre sur un site extrêmement pollué.

Sumqayıt est une ville classée au dixième rang des villes les plus polluées au monde. Elle fut constituée à partir de 1948 et imaginée comme le poumon industriel de l’Azerbaïdjan et de Bakou (à 20 minutes en voiture). Elle concentra donc les industries destinées à l’Azerbaïdjan (engrais pour l’agriculture) mais fut aussi intégrée au complexe industriel de l’URSS (pétrochimie, climatiseurs, etc.). C’est aujourd’hui la troisième ville en terme de population en Azerbaïdjan.

L’héritage de Sumqayıt est double4 : fierté soviétique de la puissance industrielle, égalité de la petite république arriérée avec les grands centres industriels des Russes et des Ukrainiens. Mais c’est aussi une enfer pollué, avec le tristement célèbre « cimetière des enfants »5 . Cancers, maladies respiratoires, taux anormalement élevés. 236 33 usines avec les 45000 ouvriers7 logés à côté des déchets toxiques accumulés chaque année.

bickham 2001 sumgait - grazingsheep

Bickham 2001. Moutons paissant sur un site industriel à Sumqayıt.

La transformation des sites est lente8 , ce qui implique que la pollution perdure. En 2010, le gouvernement annonce la privatisation de l’usine de superphosphate.

Les déchets non traités et la boue polluée par le mercure (issus des industries de chlore et d’alcalins) continuent maintenant d’être rejetés n’importe où. le gouvernement d’Azerbaïdjan a obtenu une aide internationale pour la réhabilitation économique et environnementale de la ville, de la part d’organisations des Nations Unies, comme le PDNU (Programme de Développement des Nations Unies) et l’OMS. Les sommes proposée sont 5,5 millions de dollars, dont 4 millions de dollars imputés sur le budget ordinaire et 1,5 million de dollars provenant de ressources multilatérales ou d’autres ressources, y compris les ressources ordinaires. Durée du programme : 5 ans (2000-2004). Puis, en 2003, la Banque Mondiale a mobilisé 2,7 millions de dollars pour un projet de nettoyage d’une usine de production de chlore dans laquelle 1.566 tonnes de mercure avaient été déversées, en y construisant un remblai sécurisé. D’autres projets internationaux soutenus par la Grande-Bretagne et le Japon ont également eu lieu. Le rapport indique également que 20% des usines polluantes de l’ère soviétique fonctionnent encore et des négociations ont lieu pour leur fermeture.

Pour thésauriser sur l’image de centre industriel une tentative de reconversion en par d’innovations technologiques est esquissée9. Page d’accueil du site web de STP.

stp sumgait

 

 

Autre symbole ambivalent : les rochers de pétrole Neft Daşları :

Extrait du documentaire de 2009 La cité du pétrole.

La première installation d’extraction pétrolière off-shore serait les « rochers de pétrole » (Neft Daşları) commencés en 1949. Situés à plus de cinquante kilomètres de la côte à l’Est de la péninsule de l’Absheron, ils regroupent de nombreux puits, des installations permanentes comme des immeubles pour loger les ouvriers, le tout reposant sur des pilotis profitant des faibles profondeurs de la Caspienne à cet endroit (en 1949, depuis le niveau de la mer s’est élevé, accélérant la dégradation des installations). Sur 300 km de pontons, seules 45 restent aujourd’hui utilisables10. Au sommet de sa gloire, le site comprenait 2000 puits et 5000 ouvriers. Désormais, il est exploité pour une production anecdotique et dans des conditions dégradées entraînant de fortes pollutions. Mais les commanditaires, l’état et la SOCAR, refusent de se passer des revenus du site et il semble également que la valeur symbolique du site, son côté pionnier et d’exploit technologique motif de fierté, rendent inenvisageable une fermeture avant l’épuisement complet des réserves.

Les impératifs économiques pèsent évidemment dans la continuation de l’activité de sites reconnus comme dangereux. Au moment de l’indépendance, cette question fut évidemment extrêmement présente dans le contexte économique catastrophique de la désorganisation du système soviétique. D’autant plus que le mouvement politique majeur de l’époque revendiquait ^précisément l’arrêt de ces conglomérats polluants de Sumqayıt.

 

 

La réaction politique à la catastrophe écologique :

Le mouvement fédérant les dissidents de tous bords en Azerbaïdjan, le Front Populaire (AXC), inclut une composante écologiste comme dans beaucoup de républiques soviétiques. Les dénonciations de la situation de la mer Caspienne se font entendre dès 1979 et le mouvement dissident voit l’alliance objective du nationalisme azéri et de l’écologie politique11

front pop axc
Voici l’extrait du programme AXC concernant la question de l’écologie12

ECOLOGIEle résultat de « l’ exploitation » traduction les sols de l’Azerbaïdjan ont perdu leur fertilité, nos forêts ont été dévastées et des bureaucrates irresponsables ont détruit l’équilibre naturel et ont mis en danger notre santé et la santé des générations futures. Un des objectifs principaux du Front Populaire est de restaurer l’environnement pour atteindre notre but, le destin du territoire (Land) doit être placé entre les mains du peuple cela les rendra alors conscient de leur responsabilité envers lui

  1. le AXC supporte les actions légales de protection de l’environnement
  2. les soviets locaux doivent pouvoir faire fermer n’importe quelle entreprise qui endommage l’environnement quelque soit l’avis des soviets supérieurs (république ou union)
  3. restaurer et encourager la conscience écologique traditionnelle des Azerbaïdjanais
  4. information publique
  5. pour rendre public l’état repoussant (« appaling ») des villes, il faut déclarer Bakou, Sumqayıt, Kirovabad et Ali-Bairamly aires de désastre écologique
  6. Mer Caspienne, Kura et Araks projets régionaux écologiques
  7. pollution monitoring system
  8. priorité de l’écologie sur l l’économie dans la prise de décision

Citation de Central Asia and Caucasus Chronicle 4, août 1989, pages 7 à 10

Ainsi nous comprenons la décision symbolique en 1992 du nouveau gouvernement dirigé par le Front Populaire à peine arrivé au pouvoir, de la fermeture de 30 sites industriels à Sumqayıt. L’épisode « Front Populaire » fut de courte durée. Le gouvernement de M. Eltchibey fut miné par la corruption et les dissensions internes. Après à peine un an de pouvoir, un coup d’état provoqua le départ du président élu et le retour de M. Heydar Aliyev à Bakou.

On peut légitimement se demander si la chute de l’AXC, devenu synonyme d’incompétence et des dangers de la démocratie trop « débridée », a discrédité l’écologie politique. De plus, qu’en est-il des préoccupations de défense de l’environnement, qui porte ces revendications ? Les dangers hérités de la pollution industrielle pétrolière et soviétique ont-ils été écartés ?

à suivre
Sumqayit
Habitat soviétique rénové à Sumqayıt (2011).

 Photo de vignette Edward Burtynsky, SOCAR Oil Field #1 a&b, Baku Azerbaijan, 2006

  1. Altstadt, Audrey, « Baku Transformation of a Muslim Town » pages 282-318 in : Hamm Michael F, The city in late imperial Russia, Bloomington, Indiana university press, coll. « Indiana-Michigan series in Russian and East European studies », 1986, 372 pages, page 286 []
  2. WOLFSON Ze’ev et DANIELL Zia, « Environmental ressources and constraints in the former soviet republics – Azerbaijan », San Diego University, 1994 []
  3.  UNITED NATIONS ECONOMIC COMMISSION FOR EUROPE, ENVIRONMENTAL PERFORMANCE REVIEWS – AZERBAIJAN Second Review, Synopsis, UNITED NATIONS, New York and Geneva, 2011, page 9 []
  4. ISLAMZADE, Arif, « Sumqayıt: Soviet’s Pride, Azerbaijan’s Hell », Azerbaijan international, vol. 2 / 3, Autumn 1994, p. 26 27. Consulté le16 décembre 2012 []
  5. GREEN, Nigel, « The orphans of Sumqayit », BBC, 9 décembre 2006, [En ligne : http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/from_our_own_correspondent/6218368.stm]. Consulté le16 décembre 2012 []
  6.  BICKHAM, John W., MATSON, Cole W., ISLAMZADEH, Arif[et al.], « Editorial: The Unknown Environmental Tragedy in Sumgayit, Azerbaijan », Ecotoxicology, vol. 12 / 6, décembre 2003, p. 505 508. Consulté le16 décembre 2012 []
  7.  COOKE, Kieran, May 2005. « Azerbaijan’s postindustrial hangover », BBC, Azerbaijan. Url : http://www.grida.no/publications/vg/caspian/page/1360.aspx, consulté le 6 novembre 2012 []
  8.  Abc.az, 2 octobre 2010, « Azerbaijan declares investment contest for 99.83% of shares of only superphosphate fertilizer producer », URL : http://abc.az/eng/news/48352.html, consulté le 6 novembre 2012 []
  9. Abc.az, 3 mai 2012, « Sumqayıt Technological Park passed registration after several years of operation », URL : http://abc.az/eng/news/64544.html, consulté le e 6 novembre 2012 []
  10. FRANK, Arno, « The Rise and Fall of Stalin’s Atlantis », Spiegel Online, 14 novembre 2012, [En ligne : http://www.spiegel.de/international/world/exploring-the-crumbling-soviet-oil-platform-city-of-neft-dashlari-a-867055.html]. Consulté le16 décembre 2012 []
  11. MIRAN, Patrice, « L’écologie comme terrain de lutte politique », Le Monde Diplomatique, novembre 1989 []
  12. BABAK, Vladimir, VAISMAN, Demian, WASSERMAN, Aryeh, sd., political organization in central asia and azerbaijan. Sources and documents, 430 pages, Londres, 2004, Frank Cass publisher, Cummings Center series, page 70 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *