histoires et détournements des enjeux autour de l’environnement dans la péninsule d’Abshéron (deuxième partie)

Qui sont les hérauts contemporains de l’écologie ?

Dans la société azerbaïdjanaise d’aujourd’hui, qui sont les acteurs du discours écologique ? Qui communique autour des questions de défense du patrimoine du pays et du développement des énergies renouvelables ? à première vue, principalement des acteurs étatiques :

392690880

 L’écologie est intégrée au discours officiel

Il est complexe d’analyser comment la conscience écologique a fait son chemin jusqu’aux décideurs des ministères. Le régime politique pourrait chercher à soigner sa crédibilité auprès des interlocuteurs institutionnels internationaux, comme la banque mondiale et l’Unece. Ce travail de mise en confiance est nécessaire dans l’optique de l’obtention de subventions et de respectabilité. Pour intégrer le jargon de ces institutions, la solution est le recours à des cabinets occidentaux qui préparent des rapports « selon le moule » établi.1.

De même, des initiatives typiquement occidentale sont imitées : 2010 a été décrétée par l’administration présidentielle année de l’écologie en Azerbaïdjan. L’état revendique le fait qu’il serait le seul riverain de la Caspienne à s’engager dans des actions de défense de l’environnement. C’est aussi parmi ces riverains le seul allié des USA et de l’UE.

Toutes ces initiatives donnent beaucoup de visibilité médiatique au discours écologiste des organes de l’état. Il semble avoir donc intégré un pan des revendications qui étaient traditionnellement l’apanage des forces politiques d’opposition.

La situation du discours écologiste dans l’opposition

Un des groupes fondateurs du Front Populaire était le parti vert, peut-on évaluer sa vivacité aujourd’hui ? En référence à ce que j’avais déjà constaté dans mon travail sur les organisations à but non-lucratif, il faut souligner le rôle des acteurs inter et transnationaux : ils façonnent le discours des membres des organisations à but non-lucratif locales (conformation aux exigences des bailleurs de fond). Tant qu’il n’existera pas de financement crédible de la part des pouvoirs publics locaux, les « ONG » locales calqueront leurs préoccupations et leur discours sur ceux des fondations internationales. Le modèle de l’accountability est-il envisageable ?

 Des relations intéressées avec les organisation internationales

La recherche de coopération avec des institutions reconnues permet d’asseoir la légitimité de l’action écologiste des institutions publiques. Les charbons radioactifs déjà cités dans la première partie ont été nettoyés avec le soutien de l’AIEA fin 20122

La Banque mondiale paye pour dépolluer : 3 millions de dollars pour retirer le mercure à Sumqayıt3, l’UNDP poursuit également un projet spécifique sur place.4. Le savoir-faire des institutions internationales suffit-il à expliquer le recours à des financements extérieurs quand on sait qu’actuellement les caisses de l’état sont pleines ?

Qu’en est-il de la population des zones contaminées et environs ?

Dans les discours accessibles au public, un sujet récurrent est la dénonciation de la pollution atmosphérique de Bakou. Elle serait aggravée par la « fermeture » de la ville par la construction ces dernières années de gratte-ciels sur le front de mer (Bulvar). Cela est considéré comme une régression par rapport à ce qui avait été réalisé au moment du premier boom pétrolier dans la péninsule de l’Abshéron. Les discussions rappellent que les dirigeants de l’empire russe avaient aéré l’atmosphère étouffante de la Bakou du début du XXe siècle en abattant la partie de la muraille d’İçəri Şəhər faisant face à la mer Caspienne. Aujourd’hui, la combinaison de l’explosion du trafic automobile et de la construction de ce « mur » de grands immeubles sur le front de mer semblent effectivement les principaux responsables de la dégradation de l’atmosphère de la ville.
362140187

Caricature de l’action de la mairie de Bakou

 

 

Comment décrire la situation contemporaine ?

les transformations réglementaires

les classements de Yale

officiellement l’Azerbaïdjan est un des pays qui fait le plus en matière réglementaire pour se mettre aux normes occidentales (si tant est qu’il y a une réalité derrière ce concept de normes écologiques)5
392116916

Cependant, adopter une législation avancée en matière de protection de l’environnement présente des risques de frein au développement économique. C’est un des problèmes que l’on retrouve dans d’autres pays émergents voulant adopter des réglementations similaires aux pays riches. Il en va ainsi de la « taxe verte » proposée en octobre 2012 : les montants des amendes pour pollution données aux entreprises jusqu’ici paraissent très faibles. Mais la nouvelle taxe pourrait servir, comme en Russie et au Kazakhstan6, à brider les investissements et la concurrence d’entreprises étrangères. Le débat sur cette loi arrive également dans un contexte de guerre des communiqués entre BP et la présidence suite à la baisse de la production de pétrole en 2012. Est-ce une simple menace lors d’une négociation ou cette loi sera-t-elle effectivement mise en œuvre ? Quelle sera son impact ?

 

D’après les rapports  (Environmental performance review, le premier en 2003, le deuxième en 2011) de la Commission économique pour l’Europe des Nations Unies7 (CEE en français, UNECE en anglais), si les politiques sont mises en place et obtiennent des financements du ministère de l’écologie, le système compartimenté des ministères jaloux de leurs prérogatives semble empêcher la vitale coopération interministérielle, qui pourrait rendre les décisions efficaces. La législation se résume à des sanctions pour non application des réglementations en vigueur. Ces amendes sont estimées pas assez proportionnelles. Les bases de données ne sont pas interconnectées. La législation sur la qualité de l’air est une simple adaptation de la législation soviétique, issue d’une conception scientifique obsolète des mesures et des produits nocifs pour la santé. Si la législation est un des points qui nous intéresse pour comprendre comment est envisager l’écologie dans la région, un autre révélateur des conceptions est le secteur économique qui parait le plus dynamique (hors hydrocarbures), je veux parler de la construction immobilière.

 

Projets immobiliers :

Regardons maintenant un projet représentatif, avec un discours écologiste marqué, Baku White City. Ces grands travaux de transformation et de réhabilitation en centre-ville, dont j’ai déjà parlé, sont un projet conduit par des organisations privées mais sous étroit contrôle du pouvoir. La symbolique du nom montre la mobilisation de plusieurs représentations, la ville noire était le quartier de Bakou, qui avait accueilli les premières raffineries au milieu du XIXe siècle. La transformation de cet espace pollué en plein centre-ville par un quartier ultra-moderne et design sera le porte-étendard du projet social et politique du pouvoir en place. La réhabilitation d’une partie du territoire souillé par la pollution contient de nombreux symboles, purification, disparition du passé colonial, modernisation et progrès sous l’égide du pouvoir actuel.

Cependant ce volontarisme est dépendant de la richesse permise par les hydrocarbures. Depuis l’indépendance jusqu’à l’ouverture du BTC, la république d’Azerbaïdjan connut une période de crise économique aggravée par la guerre et les coups d’état. La fermeture des industries soviétiques dut souvent passer après les impératifs économiques et politiques. Les usines de Sumqayıt ont continué à fonctionner, comme les puits de Neft Daşları. De même la réhabilitation du parc de logements ne fut pas une priorité.

Projets destructeurs : Il faut noter que certaines actions viennent modérer l’impression que l’écologie serait intégrée dans tous les projets d’envergure. Il faut savoir que les lacs de la péninsule de l’Abshéron sont en piteux état, ils connaissant des problèmes de pollutions industrielles et salinité trop élevée. Or, le plus grand, Böyük Şor, fut menacé, comme l’explique cet article.8. Il était question de l’assécher en 2002, pour construire des espaces commerciaux.

 

Ce n’est qu’une des limites à une réelle traduction dans les actes de signes des préoccupations écologiques dans le BTP et l’aménagement : les grandes déficiences en matière de recyclage et de traitement des eaux incitent à la prudence face aux annonces ambitieuses qui se succèdent depuis quelques années. La problématique du réseau d’eau de la ville de Bakou est ancienne. Pendant longtemps, le manque de contrôle avait pour résultat le détournement des eaux usées plutôt que l’amélioration du traitement et la limitation des rejets.

 

Cnim est un groupe industriel français dont une des spécialités est la construction d’incinérateurs. CNIM a été chargé de la conception d’un centre de retraitement des déchets important, le premier du Caucase également. L’usine sera à côté de l’immense décharge à ciel ouvert de Balakhani, dans la périphérie proche de Bakou.

extrait de la communication officielle de CNIM :

Le projet qui a suscité le plus d’intérêt des organisateurs de la Campagne Énergie Durable pour l’Europe se situe à Bakou (Azerbaïdjan), où une très grosse unité de traitement valorisera 510 000 tonnes de déchets par an pour produire 270 000 MWh. Implantée dans une région du monde où le traitement des déchets reste souvent basique, elle sera une véritable vitrine pour les pays voisins.

Elle illustre aussi l’exemplarité du modèle européen en termes de protection de l’environnement puisque, comme dans le monde entier, c’est la réglementation européenne qui est retenue comme base des performances à atteindre. Enfin, l’Azerbaïdjan dispose de ressources considérables d’énergie fossile et son souci de ne pas gâcher les ressources énergétiques des déchets mérite d’être souligné. Actuellement en construction, ce projet, financé par l’État azéri, permettra en 2012 de fermer la décharge proche d’un lac et de la capitale. CNIM, après avoir construit le centre, en assurera l’exploitation pendant 20 ans.

 

 

Au final, la route est longue pour ceux qui veulent changer l’image de la péninsule de l’Abshéron. Car la préoccupation qui apparaît primordiale est bien de la représentation que se font les habitants et l’étranger de cette région. La communication autour de l’initiative de planter des arbres dans la péninsule de l’Absheron peut laisser dubitatif.9. Un autre exemple des inerties, logiques et compréhensibles, qui rendent difficiles la réhabilitation des sols et de l’air : à Sumqayıt, la privatisation de l’usine de Superphosphate ne survient qu’en 201010. Elle a donc existé (et fonctionné ?) jusque là.

 

  1. Exemple de Bloomington : Environmental Policy and Institutional Reform in Azerbaijan – Report for the Ministry of Ecology and Natural Resources, Government of Azerbaijan. Prepared by: Bloomington Energy and Environmental Intelligence LLC, 2009 []
  2. Milli.az, 29 novembre 2012, « FHN və BAEA-nın çirklənmiş ərazilərin təmizlənməsi ilə bağlı birgə layihsinin yekunları müzakirə olunub » [le ministère des situations d’urgence et l’AIEA annoncent les résultats du projet conjoint de nettoyage des zones contaminées (de la capitale)], URL : http://www.milli.az/news/society/154244.html consulté le jour même []
  3. COOKE, Kieran, May 2005. « Azerbaijan’s postindustrial hangover », BBC, Azerbaijan. Url : http://www.grida.no/publications/vg/caspian/page/1360.aspx, consulté le 6 novembre 2012 []
  4. ISLAMZADE, ARIF I. ENVIRONMENTAL REHABILITATION OF SUMGAIT, UNDP PROJECT, FIFTH INTERNATIONAL CONFERENCE ON ENVIRONMENTAL COMPLIANCE AND ENFORCEMENT, pages 391-395 []
  5. Trilling David, « Central Asia’s Environment Ranked Among Worst Globally », EurasiaNet, 27/01/2012 []
  6. ABBASOV, Shahin, « Azerbaijan: Baku Mulls “Green Tax” on Corporate Polluters », EurasiaNet, 15 octobre 2012, URL : http://www.eurasianet.org/node/66049, consulté le 2 décembre 2012 []
  7. UNITED NATIONS ECONOMIC COMMISSION FOR EUROPE, ENVIRONMENTAL PERFORMANCE REVIEWS – AZERBAIJAN Second Review, Synopsis, UNITED NATIONS, New York and Geneva, 2011 []
  8. Müsavat, 29 juin 2010, consulté le 19 novembre 2012, URL : http://www.musavat.com/new/%C3%96lk%C9%99/79675-B%C3%96Y%C3%9CK%C5%9EOR_G%C3%96L%C3%9CN%C3%9C_QURUDUB_%C6%8FRAZ%C4%B0S%C4%B0N%C4%B0_SATACAQLAR []
  9. Ministère de l’écologie et des ressources naturelles de la république d’Azerbaïdjan, « The ecological situation in Baku and Absheron peninsula » , URL : http://www.eco.gov.az/en/es-baki-absheron-veziyyet.php, consulté le 13 décembre 2012 []
  10. ABC, « Azerbaijan declares investment contest for 99.83% of shares of only superphosphate fertilizer producer » , 2 octobre 2010, URL : http://abc.az/eng/news/48352.html, consulté le 14 novembre 2012. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *