La routine électorale : une présidentielle sans enjeu

 

Panneau électoral

 
Les élections présidentielles d’octobre 2013 en Azerbaïdjan n’ont pas créé de réel engouement populaire ni de surprise sur le résultat obtenu par le vainqueur. Face au président sortant Ilham Aliyev se présentaient un candidat du front uni de l’opposition (Assemblée du peuple, Milli Shura, dont le nom reprend celui de l’assemblée nationale de la première république populaire de 1918), Jamil Hasanli ainsi que huit candidats prétextes, c’est-à-dire des candidats proches du pouvoir, servant à faire le nombre pour donner une apparence de pluralité, dont cinq notamment ont obtenu moins de voix que les 40000 signatures nécessaires pour pouvoir se présenter aux élections. La vigueur des attaques du candidat d’opposition contre la personne du président et contre son entourage a manqué son objectif pour beaucoup d’observateurs. L’opposition a choisi une stratégie qui s’est révélée inefficace, au lieu de proposer un nouveau projet et des idées, elle s’est laissée entraîner dans la facilité de la dénonciation des pratiques du régime, qui sont évidemment contestables mais surtout qui sont très bien connues depuis des années. Dès lors, l’opposition en campagne est apparue tournée vers le passé et n’a pas mobilisé vers un projet orienté vers l’avenir.

Mais le président pouvait-il perdre cette élection ? Des chercheurs indépendants se sont penchés sur les enquêtes d’opinions précédant le scrutin et d’autres indicateurs et ils ont conclu que l’adhésion d’une majorité du corps électoral était acquise au pouvoir en place. Malgré tous les bémols qu’il faut apporter à ce genre d’exercice, force est de constater qu’il n’existe pas de sentiment fort et répandu d’opposition frontale à la personne du président de la République. Pour des raisons historiques, culturelles et conjoncturelles, il existe un consensus majoritaire sur le fait qu’Ilham Aliyev est le moins mauvais dirigeant à l’heure actuelle. Tout cela est corroboré par le sentiment visible à Bakou que la campagne n’intéressait pas la population et que les marques visibles dans l’espace urbain de la campagne étaient absentes. D’autant plus que le contexte économique n’est pas favorable à une contestation élargie, qui ne trouve pas de point d’ancrage dans la population. Caucasus Analytical Digest octobre 2013.

On peut voir comme preuve de ce sentiment de « sécurité électorale » que le président de la République ne s’est pas impliqué personnellement dans la campagne. Les élections de 2013 n’étaient pas vues comme un évènement important pour la classe dirigeante non plus, les affaires passent avant tout. Mais ce qui nous surprend encore provient de toutes les entorses au jeu démocratique que s’autorisent les autorités à l’approche des élections, par exemple les augmentations de salaires des fonctionnaires quelques semaines avant le scrutin, ou le soutien affiché des différentes autorités religieuses au président dans un régime qui se veut laïque.

L’exercice du scrutin reste avant tout un gage donné aux institutions internationales et aux alliés occidentaux. Ceux-ci ne se font pas d’illusions mais les enjeux économiques et énergétiques l’emportent sur un processus électoral qui ne peut pas apporter de changements. D’ailleurs le rapport très critique de la mission de l’office des institutions démocratiques et des droits de l’Homme (ODHIR) de l’OSCE a embarrassé les autres groupes d’observations de ces élections, qui avaient pondu des rapports complaisants à la sortie des urnes. Ils se sont retrouvés désavoués par un des leurs, ce qui pourraient avoir des conséquences pour certains.
Finalement ceux qui à court-terme ont raté cette élection sont les acteurs européens chargés de s’assurer de la bonne conduite du scrutin. C’est un échec des promoteurs institutionnels de la démocratie.
Source de la photographie : Flickr de Simplicissimus 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *