Archives par mot-clé : Mondialisation

Quelques remarques : retour sur les terrains (2011-2013)

 

Voici quelques pistes de réflexions qui se sont dégagées au cours des terrains que j’ai effectués depuis 2011 à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan. Les transformations radicales du paysage urbain provoque l’étonnement et de nombreuses questions.

Admettons qu’il existe un modus operandi général de l’urbanisation de la ville de Bakou, à un moment donné, dans un ensemble aux contours encore indéfinis, constitué des promoteurs et des pouvoirs publics. Même si ce consensus n’est pas matérialisé par un règlement ou un plan officiel, nous pouvons juger des transformations de la ville comme faisant partie d’un processus raisonné, qui obéit à une manière de faire, des visions, des représentations qui seront inscrites dans le paysage de la capitale. Ce visage créé transmettra au reste du pays et à l’étranger les valeurs mises en avant par ceux qui ont enclenché ce processus. Il y a bien sûr des occasions d’opportunisme financier qui viennent troubler l’harmonie de ce projet. Cela ne veut pas dire non plus, que les impératifs économiques sont ignorés, mais qu’au sein même d’un arbitrage rationnel vers le plus profitable, des choix sont fait aussi selon des valeurs, des principes culturels, affectifs ou politiques qui appartiennent aux décideurs.

Au milieu des années 1990, le développement des constructions d’immeubles a commencé dans la ville, lentement puis il s’est accéléré au début des années 20001. Il était facilité par une bulle spéculative qui garantissait un retour sur investissement démesuré. La régulation a semble-t-il mis plus longtemps à se mettre en place, dans le contexte complexe de la réorganisation des institutions administratives du nouvel état indépendant d’Azerbaïdjan. De nombreux problèmes sont apparus pour savoir comment articuler les aires de compétences des différentes administrations en présence. En clair, il arrive souvent que l’on ne sache pas qui est compétent sur une question ou si telle administration est habilitée à prendre une décision sur un sujet particulier. Ainsi la question de la régularisation de l’habitat informel dans la périphérie de l’agglomération revient régulièrement dans l’actualité, comme l’ont illustré les troubles récents à Sulutəpə 2 . La régularisation de propriétés par la mairie s’est trouvée remise en question par d’autres institutions. Cette question est d’autant plus importante que la très grande majorité des nouveaux logements sont construits par la population3. Mais ils le sont parfois dans des zones polluées ou convoitées par d’autres. C’est un facteur d’insécurité pour les habitants.

Il faut prendre en compte le contexte post soviétique qui influence tous les pays nés de la dissolution de l’URSS. Chaque état a suivi sa propre voie mais nous pouvons leur trouver des caractéristiques communes. Cette bande de terre entre Asie et Europe est aujourd’hui occupée par des états autoritaires avec des profonds problèmes sociaux et des politiques ultra libérales4.

vue aérienne de la baie de Bakou

La Baie et le centre de l’agglomération bakinoise. Khortan CC-By-SA Wikipédia mai 2012

Les problèmes nés de la période transitoire après 1991 ne sont pas résolus. Ils le seront difficilement. La disparition des interdictions de déplacement pour les populations rurales a soudainement permis un exode rural maintenu sous contrôle pendant la période soviétique. La ville a vu sa surface augmenter d’un tiers en vingt ans.

 

Le parc immobilier a été privatisé dans l’urgence pour libérer le nouvel État d’un fardeau à gérer. Mais aujourd’hui la situation résultante rend difficile les rénovations sans créer des heurts. C’est un facteur de tensions qui ne peuvent être évitées quand des terrains doivent changer de propriétaire. De plus l’absence de vision générale à long terme pour la région de l’Absheron est longue à combler. Le plan général pour le Grand Bakou met du temps à se mettre en place pour diverses raisons. Et son application dépendra de la bonne volonté des différentes administrations qui sont concernées5.

Les effets des politiques qui s’embarrassent peu de l’état de droit et très volontaristes se voient tout de suite à Bakou. Le dessin général de la silhouette du centre de la ville a une force indéniable, une certaine efficacité dans l’affirmation de la richesse actuelle de l’État. La vitrine du pays, du régime, de l’action des dirigeants réussit son effet initial. Mais ensuite ?
Photo
L’activité économique bat son plein, les chantiers de construction sont partout, les malls du centre sont remplis, la croissance urbaine semble porter l’économie. Les caractéristiques propres de l’État azerbaïdjanais par rapport à ses voisins sont un secteur public et administratif encore important et qui sait imposer les décisions, ainsi que la stabilité du régime, appuyé sur d’importants revenus provenant des hydrocarbures. Ces aspects intéressent les investisseurs6 étrangers.

L’alliance d’investissements extérieurs et des forces déjà citées de l’État a permis depuis 2005 le développement de projets immobiliers d’un niveau supérieur à ceux des immeubles d’habitation tant décriés qui désormais pullulent dans toute la ville. Ces « grands projets » ont pour but d’améliorer la notoriété du pays, par la nouvelle visibilité de sa capitale. Ainsi, cette notoriété sert aussi des objectifs de politique intérieure. Mais vis-à-vis de l’extérieur, si le projet cherche aussi à promouvoir le tourisme, l’essai est loin d’être transformé car la ville, comme le pays, ne dispose pas encore d’une offre étendue et surtout variée. Les hôtels de Bakou sonnent creux7.

over%20Behbudov%203

Résidences insérées dans l’ancien habitat de Kubinka. Avenue Behbudov

En tout cas, nous pouvons localiser les deux zones majeures qui concentrent ces « grands projets ». D’abord l’ensemble recouvert par le parc national dépendant directement de l’administration présidentielle. Il comprend surtout le front de mer, appelé Bulvar et les zones qui le jouxtent, Bailov où se trouve le drapeau national avec sa hampe de 160 mètres de haut, ensuite le cluster entre la place Azadliq et la « ville noire » qui va devenir bientôt White City. L’emplacement face à la mer a bien évidemment dicté le choix de créer cette structure administrative, ce qui retire cette zone lucrative à la mairie de Bakou. Ensuite le deuxième grand axe de construction est constitué par l’avenue Heydar Aliyev qui relie l’hyper-centre à l’aéroport Heydar Aliyev. La voie rapide sert d’avenue « d’accueil », urban gateway dans le jargon de l’aménagement urbain, une sorte de scène pour les nouveaux venus, qui met en avant le prestige des bâtiments conçus par les architectes de renommée internationale (Zaha Hadid), les grands acteurs (ministères, SOCAR) du régime. Elle sert également à cacher les zones dégradées qui entourent les usines abandonnées dans l’ancienne zone industrielle du centre-ville autour de la station de métro Bakmil.

 

La localisation d’une partie des grands projets immobiliers

localisation index 2013
Quels sont les modèles qui ont inspiré les « grands projets » actuels ?

Pour reprendre l’expression d’Yves Lacoste, le spectacle des images géographiques véhiculées8 fait partie de ces représentations qui constituent la stratégie de domination de la capitale, par l’emprise symbolique sur le paysage, par la prise de possession du territoire. D’où proviennent ces images, de quelles villes ? Quelles sont les représentations des acteurs azerbaïdjanais ? Pour essayer d’en esquisser les grands traits, il peut être utile de se référer à des modèles déjà analysés dans d’autres villes. Si chaque cité est particulière, il existe cependant des phénomènes qui sont modélisables pour permettre une analyse scientifique. Plusieurs exemples seront présentés ici, chacun possédant un point de rencontre avec la situation de Bakou.

Supposons que les pouvoirs publics azerbaïdjanais veulent représenter Bakou comme une métropole. Dans le cas des métropoles, la question des projets pour la ville semble devoir être appréhendée dans une compétition mondialisée. Pour l’emporter, il faut présenter la cité de manière valorisante, attractive, ce qui induit une dépréciation des questions purement internes : la ville vitrine est une ville « post-politique »9, au sein de laquelle les conflits sont précisément gommés, en particulier les enjeux sociaux. Au fond, les pouvoirs dans la ville apparaissent comme de moins en moins tournés vers la ville elle-même et les aspirations de ses citoyens, mais à l’inverse de plus en plus attirés, que ce soit de manière consciente ou non, contrainte ou désirée, vers des modèles désincarnés, mondialisés et stéréotypés de gestion de la ville10. Ces tendances peuvent être exacerbées par l’absence de contre-pouvoirs, qui peuvent atténuer des orientations politiques excessives. La situation à Bakou, qui s’apparente à un monopole politique et administratif, correspond à cette tendance. Sans le développer, on peut remarquer cependant que le manque d’intérêt des dirigeants pour la conservation du patrimoine architecturale local n’est pas une fatalité. Le contre-exemple ne se trouve pas loin, en Ouzbékistan les villes sont réhabilitées dans une recherche d’authenticité architecturale. Le choix ouzbèke est de rechercher l’authenticité pour attirer les touristes étrangers11.

Istanbul et Moscou, influences rêvées et grandes métropoles azéries

Il existe de nombreuses passerelles entre les milieux d’affaires des trois pays. Le modèle du secteur de la construction turc a une influence certaine. La Turquie est un lieu privilégié d’investissement pour de nombreux hommes d’affaires d’origine azérie. Les constructions de petite échelle dans l’immobilier azéri connaissent un pic en décembre, quand ces mêmes hommes d’affaires russo-azéris investissent dans leur patrie natale. L’influence se voie encore dans les modèles culturels. Le sport aussi permet de faire une analogie avec la Russie. Bakou est dotée progressivement d’infrastructures sportives modernes. Cela correspond à une stratégie que l’on peut retrouver dans d’autres villes. Les grandes compétitions sportives sont une opportunité pour des pays émergents d’affirmer leur nouvelle puissance. La Russie cumule ainsi les grands événements avec l’organisation des championnats du monde d’athlétisme en 2013, les JO d’hiver en 2014, les championnats du monde de natation en 2015, et la coupe du monde de football en 2018.

Londres, la ville de la finance mondialisée occidentale

Pour être prêt à temps pour l’accueil des Jeux Olympiques de 2012, les pouvoirs publics britanniques ont adopté une gestion centralisée de l’ensemble des missions à mener à bien en matière d’infrastructures d’accueil et de transport. La candidature de Londres s’était appuyée sur un discours mettant en avant la rénovation des quartiers où allait être construit le village olympique. Le choix s’était porté sur la localité de Stratford, dans l’est londonien, une zone marginalisée, à l’écart des voies de chemins de fer.

L’organisation administrative unique de l’Olympic Delivery Authority12 a été un gage de rapidité d’exécution des procédures d’urbanisme, des expropriations et des constructions. La peur de ne pas livrer à temps a facilité la création de cet état d’esprit, qui a levé bien des verrous et neutraliser d’éventuelles oppositions. Le nombre d’acteurs impliqués a été réduit par rapport aux habitudes dans le cadre de programmes de cette ampleur. L’administration du Grand Londres et les promoteurs ont pu ainsi imposer leurs choix aux populations locales et réinventer les territoires de Stratford.

Dubaï, sphère islamique de la mondialisation

La formule est martelée partout, Bakou sera la Dubaï du Caucase. La comparaison avec les villes arabes est tentante. Tout d’abord on assiste à un engouement pour les études urbaines sur ces villes. Elles connaissent effectivement des projets ambitieux de transformations, de réhabilitation. À cette occasion des conflits sont révélés à tous. En dehors de Dubaï, on peut citer des travaux sur Sanaa13, Amman14 ou encore Beyrouth. Mais dans ces trois capitales, la réflexion sur la modernisation du centre-ville a abouti au choix de créer un nouveau centre. Ce n’est pas le cas à Bakou, c’est l’ancien centre qui est le lieu de la régénération avec toutes les conséquences que cela implique.

Je veux donc comparer les situations de transformation radicale des villes de Bakou et de Dubaï sur d’autres critères que la nouvelle centralité. Il me semble que la popularité de la réussite actuelle de l’émirat arabe sert de référence dans les projets immobiliers en Azerbaïdjan. De plus, la popularité de Dubaï en Occident est enviée par un régime autoritaire en quête de respectabilité à l’étranger. Ainsi, il souhaite s’associer à une image géographique désormais évidente. Le terme Dubaï définit un développement urbain qui semble réussi, grâce aux pétrodollars. De plus ces succès ne sont pas amoindris par le caractère autoritaire de l’émirat. L’identité de Dubaï à l’étranger se résume dans un stéréotype double : le boom économique et une bonne image de marque d’un pouvoir autocratique. Ces deux représentations occidentales ont plu au régime qui veut les associer à Bakou, Les références à Dubaï sont innombrables dans les publications consacrées à Bakou. Or quels sont les traits essentiels de la situation de Dubaï ? Contrairement aux idées reçues, l’économie n’est pas uniquement tributaire du pétrole. La ville est avant tout un gigantesque marché15. Les flux importants de commerçants expliquent les infrastructures et le développement immobilier de la ville. Ce n’est pas du tout le cas en Azerbaïdjan. Comme je l’ai déjà dit l’exploitation des hydrocarbures a pris une place hégémonique dans l’activité économique du pays. Au moment de la fin de l’URSS, quand les différents secteurs d’activité auraient dû se transformer pour s’adapter à une économie de marché libérale, la concentration des efforts sur l’exportation des hydrocarbures n’a pas permis ces reconversions indispensables. L’agriculture et les différentes industries qui existaient avant 1989 sont aujourd’hui moribondes. Voilà pourquoi je pense que la volonté d’imiter la politique immobilière de l’émirat de Dubaï est une erreur, car si les projets émiratis ont indéniablement des retombées sur le prestige international du pays, ils sont avant tout là pour servir une activité économique réelle. À Bakou ce n’est pas le cas, il n’y a que le décor posé en attendant l’arrivée hypothétique des comédiens et du public.

L’État et sa capitale

La formation de l’État post-communiste dans le Caucase soulève des questions de souveraineté et de création d’une identité nationale. Chaque nouvelle république a dû s’imaginer en tant que nation. Quelle est la traduction dans le paysage de ce projet en Azerbaïdjan ? L’adhésion d’une partie de la population au régime se fait autour de thèmes exaltant la fierté nationale. Celle-ci a été souvent bafouée par les différents protagonistes historiques dans la région. Longtemps un peuple sans nom (« les musulmans du Caucase »), l’Azerbaïdjan fut soumis aux occupants impériaux, ses velléités d’indépendance conditionnées au bon vouloir des puissances dominantes de la région. Ne pouvant affronter de tels adversaires, le régime se devait de choisir un ennemi à sa taille. Il n’a pas eu à le faire, l’adversaire c’est imposé de lui-même lors du conflit du Haut-Karabakh. L’Arménie et ses habitants seront l’antithèse des valeurs promues dans le corpus idéologique dans lequel puisent les publications officielles.

Pour démontrer l’utilisation de la ville comme outil de propagande par les pouvoirs autoritaires, le cas le plus facile à utiliser est celui de la capitale du Turkménistan, Achgabat. Elle est une ville-spectacle, c’est-à-dire une ville qui se voit, dont l’urbanisme devient ostentatoire. La ville est faite pour être regardée. Dans le cas des capitales de régime fort, la ville-spectacle se lit dans les monuments et édifices qu’elle offre à la vue du citadin spectateur ou de toute personne s’y trouvant. Et la monumentalité qui s’y manifeste est pour une large part l’apanage du centre, lieu du pouvoir comme de la cristallisation du sentiment national, lieu de leur mise en scène. L’urbanisme se traduit par l’affirmation de l’identité nationale et la volonté de modernisation. Ces deux objectifs idéologiques s’incarnent concrètement dans les espaces publics des deux capitales et les monuments, nous rappelant ainsi que « la capitale, en tant que centralité, concrétise matériellement à bien des égards les grandes tendances de la stratégie nationale »16 La recherche d’un style national est associé aux constructions puissantes affirmant le renouveau du pays sous la conduite moderne du président dont les fonctions sont mises en avant à travers les bâtiments qui lui sont attachés17. Comme au Turkménistan l’avenue qui vous conduit à l’aéroport offre un spectacle destiné aux étrangers entrant dans le pays. Devant eux sont alignés des immeubles, des hôtels vides. À Bakou, ils sont illuminés la nuit. Les piétons traversent les grandes avenues automobiles héritées de la planification soviétique grâce à des passages souterrains. À l’entrée de chacun de ces tunnels, le citoyen azerbaïdjanais est gratifié d’une citation du « père de la nation » Heydar ou de son fils. Il faut remarquer cependant que le culte de la personnalité en Azerbaïdjan est discret, seul Heydar Aliyev en fait l’objet depuis son décès. C’est une preuve du caractère moderne du régime actuel. Évidemment la valorisation de l’action du précédent président a ses bénéfices politiques. Mais il n’y a pas de statues dorées tournant avec le soleil ou d’empreinte de la main au milieu d’une pièce faisant retentir l’hymne national comme à Astana au Kazakhstan. Autre différence, il n’y a pas d’affirmation d’un style architectural national. Nous verrons plus loin quand nous aborderons l’histoire de la ville, que la situation particulière de Bakou fait qu’il y a très peu de constructions qui pourraient revendiquer un style azéri. De ce fait c’est la modernité qui est mise en avant à Bakou au contraire de ce qui peut se faire à Achgabat.

Les plans d’aménagements de la capitale du Turkménistan sont directement nés de la volonté du président Niazov. Le poids institutionnel du pouvoir présidentiel écrase les autres entités politiques. L’omniprésence et le gigantisme des monuments de la ville représentent ce pouvoir sans partage dans le régime et aussi l’absence de liberté de la cité au sens de la communauté. Cette recherche effrénée de puissance est une caractéristique commune aux états autoritaires.

L’Azerbaïdjan échappera-t-il aux travers centro-asiatiques de la ville-spectacle ? Si la forme de culte de la personnalité, qui semble être plus « douce » que dans l’exemple développé, reste la norme, il est peu probable que des excès analogue à ceux de Turkmenbachy soient commis.

 

Les retombées des transformations de la ville de Bakou

Mais toutes ces projets, quelles que soient leur inspirations, ont bien évidemment des conséquences, qui ne sont pas toutes positives (il n’existe pas de mutation dans une société sans effets secondaires). La rapidité des changements, les pollutions, aussi bien atmosphérique, sonore et visuelle, occasionnées par tous les chantiers sont facteurs de stress et de mécontentement de la population. La perte de repère et le sentiment d’insécurité créés par la disparition du patrimoine de la ville sont reconnus depuis longtemps par de nombreux penseurs et défenseurs de la ville comme Rəhmən Bədəlov ou Fuad Axundov18. Des exemples très concrets l’illustrent comme l’impossibilité d’utilité les trottoirs lors de chantiers, la circulation difficile dans la ville. Les défenseurs autoproclamés de la mémoire de la ville reprochent au nouveau visage de la ville d’avoir perdu l’homogénéité du paysage de l’ancienne Bakou. Or cette affirmation était aussi une représentation, car l’agglomération de Bakou en 1988 est comme toute ville sortant du socialisme, une superposition de strates19. Pour faire vite, il y a eu la ville médiévale et moderne, İçəri Şəhər, puis après la conquête russe, la ville impériale, où les maisons et les palais mélangeaient plusieurs styles à la mode à la fin du XIXe siècle, enfin les constructions soviétiques, notamment les grands ensembles de logement collectif (qui ont aussi connus plusieurs styles et époques). Ces différentes strates avaient l’avantage de ne pas s’être trop mélangées, ce qui donnait une impression d’ordre. Aujourd’hui cette impression a disparu.
karabakh place 2

La mer a disparu pour la majorité des habitants.

De plus, nous pouvons craindre que le sentiment d’exclusion ne se développe. Que peuvent ressentir par exemple les habitants des zones populaires que l’on peut appeler des bidonvilles (comme la colonie 205 autour de la station de métro Ulduz ou ailleurs à Yasamal) lorsqu’ils voient depuis chez eux le projet géant de résidences de luxe « Royal Park » et les autres grands gratte-ciels bordant l’avenue Heydar Aliyev tels que les futurs sièges de la SOFAZ et de la SOCAR. De même les habitants de Kubinka, en plein centre de la ville, se sont retrouvés d’abord entourés d’immeubles et maintenant il a été construit des « cache-misères » qui empêchent d’apercevoir le quartier depuis les rues qui le surplombent. Mais il faut remarquer ici que la conscience d’appartenir à une communauté urbaine n’existe pratiquement pas dans ces populations sinistrées, déplacées, pour la plupart issues de l’exode rural. En plus des prémisses d’une ségrégation socio-spatiale, l’agglomération souffre de l’explosion du nombre des voitures particulières. L’engorgement automobile n’est pas une exclusivité de la ville de Bakou. Certes la ville n’a pas été conçue comme dans d’autres pays pour la voiture (urbanisme soviétique), les transports en commun ne sont peut être pas assez mis en avant, le ferroviaire devrait revenir après des années de négligence20, le métro ignore encore des pans entiers de la ville (tracé destiné à amener les ouvriers dans les anciennes zones industrielles) mais cela est appelé à changer. Surtout, l’automobile doit être « combattue » activement plutôt qu’être favorisée. Construire de nouvelles infrastructures pour décongestionner celles existantes ne marche jamais, les réseaux sont toujours utilisés selon les capacités disponibles. Pour avoir moins de voitures dans le centre, il faut moins de voies consacrées uniquement aux véhicules individuels, peu de place de stationnement or c’est le contraire qui est prévu21. La voiture n’est pas réductible à sa fonction, la voiture est un symbole et ce symbole est défendu par un fort lobby des importateurs et des concessionnaires.

La périphérie de l’agglomération, un rurbain local. DR

De manière peu surprenante se crée une césure entre le centre et la périphérie de l’agglomération, dans les bénéfices du développement économique, dans la répartition des infrastructures de transport et des réseaux. La question des réseaux est primordiale : dans des pays faisant face à une forte croissance de l’urbain et un manque de savoir-faire dû à la nouveauté des problèmes posés, tels que l’Inde, la coopération privé-public-résidents permet de gérer ce qui apparait impossible, tant la tâche apparaît colossale22.

Au-delà des écarts de richesse qui deviennent criant, mais que l’on retrouve dans beaucoup de pays, il y a un autre problème, peut être encore plus inquiétant. Il existe un véritable défaut d’application des plans et des règlements : plan d’urbanisation, règles parasismiques, qualité générale du bâti récent (rapide dégradation), cadastre, expropriations. Prenons l’exemple simple du type de construction majoritaire pour ces fameux immeubles d’habitation qui se voient dans toute la ville. Le choix technologique qui a été fait est en contradiction avec les recommandations les plus reconnues en matière de construction parasismique.
IMAG0237

Le mode de construction le plus meurtrier est la conjonction d’une armature de béton et d’un remplissage en maçonnerie, comme des briques. De plus, Le bétonnage des poteaux et poutres décoffrés avant la mise en place de la maçonnerie ne permet pas la cohésion des deux matériaux. L’ossature en béton armé se déforme à la faveur du jeu qui existe et fait éclater la maçonnerie, qui avant de rompre exerce une poussée sur la jonction poteau – poutre, ce qui amorce la rupture de la tête de poteau et prépare l’effondrement de l’ossature23.

Il faut ajouter des manquements aux règles de construction de la part d’entrepreneurs peu scrupuleux, qui ont été souvent dénoncés dans la presse24. Nous pouvons affirmer qu’il existe un problème d’application des réglementations et d’application des décisions de justice25 en ce qui concerne les questions d’immobilier, de foncier.

Un besoin vital de volontarisme public et d’implication citoyenne

Nous constatons donc que la manière de transformer la ville poursuit des objectifs surtout économiques et politiques, mais que les conséquences sociales et sécuritaires ne semblent pas être considérées à leur juste valeur.

Ainsi, l’extension toujours plus grande de l’agglomération rend nécessaire une prise en main des pouvoirs publics, car le risque d’étouffement s’accroit avec l’allongement des temps de transport à l’intérieur de l’ensemble formé par le « Grand Bakou » qui recouvre de plus en plus la péninsule de l’Absheron. Se pose à cette occasion la question de la concurrence pour l’occupation du sol, entre extraction pétrolière, autres activités économiques, habitation informelle, projets immobiliers institutionnels et infrastructures. Cela rend d’autant plus nécessaire la mise en place d’un plan clair, appliqué avec résolution et transparence, par les différentes institutions en charge de ces dossiers.

Petit à petit, nous assistons à la disparition d’un héritage de la période soviétique, c’est-à-dire la perte de la mixité sociale, au sein même des immeubles. Cette mixité était pourtant facteur de stabilité sociale et politique. Cependant, le logement « populaire » dans le centre est encore possible, par exemple sous la forme de la réhabilitation simple des immeubles existants (ici nous avons l’exemple des bâtiments autour de la statue de Tesla près de la gare centrale). Mais comme pour la réhabilitation des logements collectifs, il ne semble pas que les efforts de rénovation dirigés vers les classes populaires ne figurent parmi les priorités des décideurs politiques.

<nikola tesla

Une restauration, la place de la statue de Nikola Tesla, inaugurée en 2013

Enfin pour revenir aux troubles générés par les transformations urbaines parmi la population des résidents, il faut se demander s’il ne faut pas plus penser au « non-rentable », les espaces verts, les bancs, les lieux de sociabilité, là où l’urbanité, le fait de vivre la ville, se crée.

2013

vaqif pros

Rénovation des façades sur l’avenue Vaqif

Au-delà de la description, il nous faudra évaluer comment les discours mis en place autour de ces nouveaux « grands projets » influencent les actions des décideurs mais aussi de la population. Comme me l’ont fait remarquer des observateurs avisés de la ville, Bakou se retrouve encore une fois à devoir choisir entre regarder vers l’Orient ou vers l’Occident. Dans les années 50 a émergé l’idée d’un espace des pays non-alignés, hors du premier monde « capitaliste » et du deuxième « socialiste », c’était le « Tiers-monde ». Finalement, à la disparition du « deuxième monde », les dirigeants de l’Azerbaïdjan doivent choisir progressivement d’orienter le développement urbain de Bakou soit vers une évolution selon le modèle des villes du « Sud »comme Mumbai ou Shangai – c’est-à-dire avec une gestion souple de l’informel et la participation de tous les acteurs – ou vers les villes du « Nord », comme Berlin ou Prague pour l’espace post-soviétique, avec une application du droit forte et claire par les pouvoirs publics. Si la Turquie a toujours servi de modèle dans bien des domaines, il ne faut pas oublier que le choix de mettre l’économie en avant dans le projet urbain et politique n’a pas fait diminuer les tensions sociales ou ethniques chez le « grand frère »26. En fait, le choix se fera entre laisser une liberté totale aux acteurs économiques ou trouver un équilibre entre les affaires et le bien être général de la population, marqueur de développement entendu comme redistribution des bienfaits de la croissance à l’ensemble d’une communauté. Le dernier choix est celui qui toujours a permis à une société de se régler ses conflits dans la paix et la confiance dans le lendemain.

 

Ce texte est une version légèrement retouchée d’une présentation effectuée à l’Institut Français d’azerbaïdjan à l’invitation de l’Observatoire du Caucase de l’Institut Français des études anatoliennes (IFEA), Bakou, 14 mars 2013.

Toutes les photographies sont de moi sauf indication contraire

  1. Geybullayeva, Arzu, Azerbaijan construction boom: good or bad?, Observatorio Balcani e Caucaso, 7 mai 2010, URL : http://www.balcanicaucaso.org/eng/Regions-and-countries/Azerbaijan/Azerbaijan-construction-boom-good-or-bad, consulté le 2 mars 2012 []
  2. Radio Free Europe/Radio Liberté, SOCAR имет виды на 15000 “незаконных построек”, [La SOCAR a des vues sur 15000 « constructions illégales »], 11 avril 2012, URL : http://www.radioazadlyg.org/content/article/24544586.html, consulté le 14 avril 2012 []
  3. Turan, « Citizens rely on themselves in residential construction », dépêche du 9 août 2011, 93% des nouveaux logements sont construits par « la population » []
  4. Minassian, Gaïdz, sd, Eurasie, au cœur de la sécurité mondiale, Paris, Autrement, collection Frontières, 2011, 310 p. []
  5. Entretien avec le groupe de consultants auprès du Comité d’État pour l’aménagement et l’architecture du 13 mars 2013 []
  6. Financial Times, « Putting Azerbaijan on the investment map », 19 août 2012. “It’s a very secular, pro-business government” []
  7. New York Times, « Big in Baku », 15 août 2012, URL : http://www.nytimes.com/2012/08/15/t-magazine/big-in-baku.html, consulté le jour même. Le taux d’occupation des hôtels est tombé à 45% en 2010 par rapport aux 70% de 2005. []
  8. LACOSTE, Yves, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, 1976, 2ème édition, 1982, Paris, Maspero, 238 pages []
  9. Paddison, Ronan, « From unified local government to decentred local governance: The ‘institutional turn’ in Glasgow » in : Geojournal, n°58, 2002, pages 11-21 []
  10. Fournet-Guérin, Catherine et Vacchiani-Marcuzzo, Céline, « Les Pouvoirs dans la ville » in : L’Espace Politique [En ligne], 8 | 2009-2, mis en ligne le 15 novembre 2009, Consulté le 18 avril 2012. URL : http://espacepolitique.revues.org/index1418.html []
  11. PINCENT, Guillemette, « La réhabilitation fonctionnelle des villes pré-coloniales d’Ouzbékistan : un outil de domination politique ? » in : Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, article 339, mis en ligne le 19 juin 2006, consulté le 09 mai 2012. URL : http://cybergeo.revues.org/1750 []
  12. APPERT, Manuel, « Les JO 2012 à Londres : un grand événement alibi du renouvellement urbain à l’est de la capitale » in : Géoconfluences, mis en ligne le 06 janvier 2012, consulté le 12 février 2012, URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/urb1/MetropScient10.htm []
  13. STADNICKI, Roman, Nouvelles centralités et recomposition socio-spatiales dans le grand Sanaa (Yémen), thèse de doctorat en Géographie, Université de Tours, 2009 []
  14. Coignet, Gildas, « Régénération urbaine ou dégénérescence de l’urbanité ? » in : Annales de géographie 4/2008 (n° 662), pages 42-61. URL : www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2008-4-page-42.htm []
  15. LAVERGNE, Marc, « Dubaï ou la métropolisation incomplète d’un pôle en relais de l’économie monde » in : Les enjeux de la métropolisation en Méditerranée, les Cahiers de la Méditerranée, n°64 juin 2002, pages 278-319 []
  16. RAFFESTIN, Claude, Pour une géographie du pouvoir, Litec, Paris, 1980 []
  17. FAUVE, Adrien, GINTRAC, Cécile, « Production de l’espace urbain et mise en scène du pouvoir dans deux capitales « présidentielles » d’Asie Centrale », in : L’Espace Politique [En ligne], 8 | 2009-2, mis en ligne le 15 novembre 2009, Consulté le 10 mai 2012. URL : http://espacepolitique.revues.org/index1376.html []
  18. Conférence du 20 décembre 2010The Impact of Urban Infrastructure on the Lives of Residents of Baku, Heinrich Boell Stiftung, URL : http://georgien.boell-net.de/web/115-925.html, consulté le 14 octobre 2011. []
  19. HIRT, Sonia, STANILOV, Kiril, « The perils of post-socialist transformation: Residential development in Sofia » in : STANILOV, Kiril, sd., The Post-Socialist City, Urban Form and Space Transformations in Central and Eastern Europe after Socialism, Springer, Dordrecht, 2007, page 217 []
  20. Vesti.Az, « В Азербайджане появятся скоростные поезда », [En Azerbaïdjan, il y aura des TGV], 4 février 2013, URL : http://vesti.az/news/146522 []
  21. Contact.Az, « At 160 multi-storey garages will be built », 20 février 2013, URL : http://www.contact.az/docs/2013/Economics&Finance/022000029123en.htm#.UTyjzTfeHyo []
  22. LORRAIN, Dominique, Métropoles XXL en pays émergents, éd. Institut d’études politiques. Chaire Ville, Paris, France, Sciences Po, les Presses, 2011, 408 p. []
  23. Bachmann, Hugo, Principes de base pour la conception parasismique des bâtiments, Eidgenössische Technische Hochschule (ETH) Zürich, Schweiz []
  24. GOLTZ, Thomas, « The New Baku – A Disaster in the Making », Azerbaijan international, vol. 13 / 3, automne 2005, p. 28‑31. Consulté le6 mars 2013. []
  25. Turan, « Will They Undo Legal Decision by Illegal Means? », dépêche du 26 août 2011, « Administrative Courts Must Ensure the Rights of Property of Citizens, German Ambassador believes », dépêche du 27 septembre 2011 []
  26. Groc, Gérard, « Le ‘modèle turc’, un serpent de mer polymorphe », Carnets de l’IREMAM, 7 mars 2013. URL : http://iremam.hypotheses.org/2190, consulté le 9 mars 2013 []

Recherches sur la société azerbaïdjanaise d'aujourd'hui