Le projet géant Baku White City

Ce projet est un bel exemple de greenwashing.

Le PIB par habitant est de moins 800 euros par mois (chiffres de 2009), près du tiers de la population vit dans l’agglomération de Bakou, où le prix de l’immobilier est aujourd’hui au niveau de celui de Paris, dans un pays où les statistiques du niveau de vie sont artificiellement tirées vers le haut par la rente pétrolière. A quel point est-il risqué d’investir plusieurs milliards dans un projet immobilier de prestige, voire de luxe, qui aurait plutôt sa place à Londres, aux États-Unis ou à Singapour ?

Oh bien sûr il faut souhaiter qu’une grande partie des logements trouveront preneurs, que les bureaux se rempliront mieux que ceux de Paris. Le nettoyage d’une zone fortement polluée par des décennies d’exploitation sans préoccupation écologique paraît doublement oiseux. D’abord, il est peu probable que ce travail soit fait sérieusement, il restera au stade cosmétique. Comment croire dans la faisabilité d’un tel travail par des entrepreneurs locaux qui n’ont aucune expérience dans le domaine ? Ensuite, il n’existe toujours pas de démarche écologique de la part de la société et des instances officielles azerbaïdjanaises. Cela invalide la viabilité et la crédibilité du projet.

En tout cas, le rôle de « projet étendard » de la nouvelle identité de Bakou, que le pouvoir veut créer, est pleinement rempli. Les médias occidentaux jouent le jeu. L’argent coule à flot.

liens ressources :

le site officiel

un reportage de CNN

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.