Comment comprendre un système politique à travers sa capitale.

J’ai envoyé le texte qui suit comme proposition à un colloque sur la ville, il résume assez bien je pense mon travail de cette année :

Comment comprendre un système politique à travers sa capitale.

Bakou, Azerbaïdjan.

D’abord, quel est l’intérêt ? Il y a des endroits de ce monde où personne ne peut accéder à la moindre parcelle d’information car toute information est dangereuse. Dans ces contrées, les administrations sont dans le paraître, elles singent le fonctionnement d’un appareil moderne, d’inspiration occidentale, tout en restant fondamentalement opaques. Ce jeu de dupe aboutit souvent à des situations absurdes, qui deviennent des anecdotes qu’on se raconte autour d’un thé à Bakou. Ces histoires ont été le point de départ de mon projet. Qui veut analyser la société de l’Azerbaïdjan doit interpréter ce qui se voit et ce qui veut être vu. Il y a peu d’alternatives, car le régime actuel est rétif aux analyses classiques. Pour comprendre ce qui se passe dans un pays centralisé comme l’Azerbaïdjan, il est dès lors intéressant de se pencher sur la capitale du pays, qui regroupe quasiment toutes les forces vitales du pays. Je propose donc de décrire la société azerbaïdjanaise à travers sa capitale, Bakou.

Ainsi, le visage de cette ville connaît une transformation radicale depuis 2007. Le phénomène s’accélère. Les projets immobiliers se multiplient et paraissent toujours plus ambitieux. Pour certains, l’exécution est extrêmement rapide : c’est l’illustration de l’impéritie et de la corruption instituée en système, que l’on retrouve dans tous les secteurs de la société et de l’État.

Le rôle des institutions étatiques est central dans la transformation de Bakou. Chaque décision émanant des instances publiques aura d’abord été validée par la seule autorité, l’exécutif présidentiel. De l’autre côté, les oppositions dans la population révèlent les représentations des groupes sociaux exclus du pouvoir. Elles sont audibles à Bakou, où l’atmosphère est légèrement plus libre que dans les « régions », formule utilisée par les Bakinois pour désigner la province, l’autre Azerbaïdjan.

Le commerce et l’économie sont sous le contrôle de la classe politique, mais d’un pouvoir polycéphale. Il y a un partage des secteurs de l’économie, comme des projets immobiliers à Bakou, entre les « barons » du régime. Il faut parler aussi du développement de nouveaux espaces de commerce. Les malls, comme les boutiques de luxe, n’ont pas à être rentables. Ce qui est recherché, c’est l’apparence de la richesse.

Le prestige, l’embellissement, la prospérité sont les éléments mis en avant par le pouvoir pour redessiner Bakou. Le caractère musulman du paysage doit rester discret, ne pas se traduire en présence religieuse car cet état autoritaire ne tolère aucune concurrence. Les dirigeants veulent aussi se différencier avec le passé soviétique, dont les traces doivent être effacées. Enfin, et surtout, l’opulente capitale symbolisera à terme la revanche sur les Arméniens, vainqueurs au Karabakh en 1994.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.