Donner un nom à un pays, à un peuple

Les mots : Azerbaïdjan, Azéri, Turc, Turcique …

Qu’il est dur d’inventer les emblèmes d’un pays, son drapeau, son blason, son hymne national… Et pour commencer, le nom du pays est une petite « usurpation ».

AZERBAIDJAN : région historique du Nord-Ouest de l’Iran depuis l’empire achéménide1.

Depuis 1828, la partie septentrionale de l’Azerbaïdjan perse est passée sous domination russe. L’Arrān – qui regroupait les khanats iraniens de Karabakh, Bakou, Gandja, Shirvan, Talyche (Lenkaran), Quba, Nakhitchevan et Derbent (Daghestan) – avait été annexé par la Russie impériale à l’issue des guerres russo-persanes. Cette région est désignée comme étant la partie au nord de la rivière Araxe. Toutes ces principautés fonctionnaient de manière quasi autonome loin du pouvoir perse. Il n’y a pas d’unité pour les musulmans vivant dans cette région avant la chute de l’empire russe en 1917. Le nom Azerbaïdjan a cependant été choisi pour nommer cette région par les forces séparatistes opposées aux Russes lorsqu’elles déclarèrent l’indépendance de la république démocratique d’Azerbaïdjan le 26 mai 1918. La motivation du choix du terme Azerbaïdjan, qui fait référence à l’ensemble des Azéris, contre Arran ou Albanie, peut se trouver dans la présence et l’influence des troupes turques commandées par le frère d’Enver Pasha, leader des Jeunes Turcs (très friands de touranisme) et dans le désir plus ou moins fort et partagé des dirigeants de cette république démocratique de s’approprier les provinces iraniennes peuplées d’Azéris. Dans les documents officiels destinés à l’étranger la première république d’Azerbaïdjan se fait appeler république caucasienne d’Azerbaïdjan pour ne pas froisser l’Iran2 car le régime ottoman s’étant écroulé et la menace bolchevique se précisant les rêves d’expansion sont oubliés, seule compte désormais la survie.

Après la reconquête bolchevique de 1920-1921 a été constituée en 1922 la république socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie qui sera dissoute en 1936. La langue des musulmans des anciens khanats perses de l’empire russe était appelé le Turc azéri, mais les responsables soviétiques décidèrent de la renommer Azerbaïdjanais3. Il faut pour les dirigeants bolcheviks dissocier les deux parties du peuple azéri, qui se trouvent de part et d’autre du fleuve Araxe, cela se fait notamment dans les appellations et par les alphabets. De même l’alphabet finalement choisi par les autorités soviétiques sera le cyrillique pour couper les Azerbaïdjanais, comme les Turkmènes et les Ouzbèkes, des Kémalistes et des émigrés anti bolcheviks de Turquie4. On le comprend les termes employés pour désigner les peuples et les langues sont ici critiquables. Il en va de même pour l’utilisation des termes turc, turcique, tatar. La distinction  artificielle entre les Turcs dépendant de l’empire ottoman et les membres des communautés turques extérieures à celui-ci, ceux des autres pays (notamment d’Asie centrale) sert une représentation particulière du monde turc. Les nationalistes panturcs comme ceux du front populaire d’Azerbaïdjan de M. Elchibey se dénomment « Turcs d’Azerbaïdjan », en tant que membres de la communauté turque oghouze, c’est-à-dire les descendants de la branche ouest (ou sud suivant les auteurs) des migrations des tribus turques aux Xe, XIe et XIIe siècles qui possèdent des langues très proches. Tatar était le terme utilisé dans la Russie des Tsars pour parler des Turcs se trouvant à l’intérieur des limites de l’empire. Enfin turcique est un néologisme créé pour caractérisé les peuples ethniquement turcs et turcophones, à l’exclusion de ce qui concerne la Turquie contemporaine. Or rien ne prouve que ceux qui parlent « turc » ne sont des descendants des petits groupes d’envahisseurs venant de l’Altaï. Si cette question a une importance dans les représentations, la réponse elle n’existe pas vraiment, les « musulmans du Sud-Caucase » sont peut être autant Perses que Turcs.

Pour évaluer la « diaspora » azérie, il existe une semblable subtilité de langage. La difficulté est de distinguer « Azéri du Sud» et « Azéri du Nord », c’est-à-dire émigrés azéris venant d’Iran et venant d’Azerbaïdjan. Les chiffres du portail officiel de la fondation Heydar Aliyev donne des chiffres optimistes en fusionnant les deux communautés. De plus, en Russie, les chiffres officiels ne comptabilisent pas a priori les travailleurs invités, ce qui entraîne une sous-évaluation du chiffre d’Azerbaïdjanais présents. Il y a officiellement six cent mille citoyens azerbaïdjanais en Russie et les estimations officieuses les plus répandues parlent de trois millions d’immigrés dont 1,5 million à Moscou5.

Quels sont les rapports des Azéris iraniens avec la république d’Azerbaïdjan ? C’est une question légitime pour évaluer les enjeux autour de la culture azérie. L’identité culturelle azérie est forte au « Sud » mais la littérature sur cette question6 souligne qu’elle s’imagine pour la très grande majorité à l’intérieur de l’Iran. Pour le montrer le rôle des Azéris et de la ville de Tabriz dans la révolution constitutionnelle de 1906 en Iran est souvent mis en avant comme aujourd’hui le fait que des membres éminents de la classe politique de la république islamique sont Azéris, il en va ainsi d’Ali Khamenei guide suprême de la révolution ou Mir Hossein Moussavi. Il n’existe pas de réel mouvement autonomiste, encore moins sécessionniste, en faveur d’un rapprochement vers les « Azéris du Nord ». Cependant le pouvoir central iranien applique une politique de préférence du Farsi par rapport aux langues des minorités des trois provinces de l’Azerbaïdjan iranien en interdisant l’usage de l’Azéri dans les administrations par exemple. Mais le pouvoir à Bakou s’est toujours gardé de critiquer ouvertement cette politique.

 

De blogs
  1. Définition dans l’Encyclopaedia Iranica []
  2. SHAFFER, Brenda, Borders and brethren, Iran and the challenge of the Azerbaijani identity, MIT press, 2002, page 38 []
  3. GRENOBLE, Lenore A., The Language Policy in the Soviet Union, Springer, 2003, page 124 []
  4. ALTSTADT, Audrey L., The Azerbaijani Turks: Power and Identity under Russian rule, Hoover Institution Press, 1992, page 124. []
  5. Eurasianet.org, « Azerbaijan Acts to Limit Discrimination Against Azeris in Russia », 10 novembre 2002, http://www.eurasianet.org/departments/rights/articles/eav111102.shtml []
  6. Par exemple : SHAFFER op. cit. ou SWIETOCHOWSKI, Tadeusz, Russian and Azerbaijan: A Borderland in Transition, New York, 1995 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.