Fiche lecture

BOLUKBASI, Suha, Azerbaijan : A political history, I.B. Tauris, 2011, 292 pages

 

Suha Bolukbasi est professeur de Relations Internationales à l’Université du Moyen-Orient d’Ankara. Il a soutenu sa thèse à l’Université de Virginie.

Le projet de l’auteur est plus « tourné vers le passé que vers le futur »1. Son livre doit selon lui permettre de recenser les particularités des défis auxquels doit faire face l’Azerbaïdjan. Dans une vision assez classique de la géopolitique, il cherche à dégager les déterminants historiques et géopolitiques qui ont conduit à la guerre et qui pourraient réapparaître. En reprenant l’histoire du pays depuis le début de la période soviétique il veut dessiner les éléments qui ont construit l’identité actuelle azerbaïdjanaise dans un terreau à la fois soviétique et en réaction à un autre nationalisme. Le découpage des chapitres est chronologiquo-thématique, reprenant d’abord très rapidement dans un chapitre l’histoire avant le xixe siècle et la première indépendance, puis la soviétisation du pays dans un deuxième chapitre. Viennent ensuite cinq chapitres centrés sur les évènements entourant les conflits ethniques avec les Arméniens et l’Arménie ainsi que les troubles de la chute de l’URSS. L’ouvrage comporte quatre planches d’illustrations illustratives et anecdotiques (une carte du mouvement des troupes d’invasions du Tsar en 1809 ?).

Après quelques pages reprenant les différentes écoles sur les origines du mot et la formation de l’Azerbaïdjan, l’auteur consacre une vingtaine de pages sur la période qui s’étend de la fin du xixe siècle à 1921. Il est dommage, étant donné l’objectif annoncé du livre, de survoler aussi vite un moment aussi important, alors que l’état de la recherche estime que c’est dans cette période que s’élabore l’identité « azérie turque », dans le mouvement Difay, dans les journaux et dans un mouvement d’union entre les élites et la population2.

L’auteur consacre plus de la moitié de son développement au conflit au sens large autour du Karabakh, depuis les origines, retraçant l’historique des revendications de rattachement de l’oblast autonome du Haut-Karabakh par les dirigeants de la RSS d’Arménie jusqu’à l’armistice de 1994.qui mit fin aux hostilités ouvertes entre les deux jeunes républiques caucasiennes. Cela lui permet de retracer dans le contexte de l’URSS déstalinisée les évènements qui ont mené au conflit et les motivations et les discours des différents protagonistes. Il peut ainsi montrer que le nationalisme azéri s’est construit en réaction au nationalisme arménien. Ensuite le sentiment d’appartenance de la population a pu se développer dans le contexte « favorable » de l’URSS brejnévienne.

Dans cette partie majeure du livre, l’auteur démontre une excellente connaissance des différentes intrigues depuis l’époque soviétique d’Heydar Aliyev3 jusqu’à la chute du gouvernement Front Populaire d’Abulfaz Elchibey en juin 1993. Le point majeur de sa démonstration est d’expliquer le chaos des luttes entre ministres et les trahisons sans fin qui caractérise la période du gouvernement du Front Populaire de 1992 à 1993 par l’histoire et la formation soviétique de tous les protagonistes. Bien que Abulfaz Elchibey put se targuer d’être le seul chef de l’État indéniablement élu, son mandat ne fut pas celui d’un régime démocratique, la corruption et les abus de pouvoirs des unités paramilitaires ayant amenés le pays au bord du gouffre.

Deuxième regret l’auteur ne consacre que six pages à l’histoire du pays une fois Ilham Aliyev revenu au pouvoir, considérant peut être qu’il n’y a plus d’apport à l’identité azerbaïdjanaise ou de transformation des pratiques des dirigeants vis-à-vis des questions nationales. Il suffit cependant de se pencher sur la problématique actuelle de la commémoration de la première république d’Azerbaïdjan4 et de son leader Mammad Amin Rasulzadeh par l’opposition et les autorités pour se rendre compte que les conflits autour de l’identité azerbaïdjanaise sont toujours vifs.

En conclusion ce livre est très intéressant pour ceux qui veulent se plonger de manière précise dans la période échevelée de l’indépendance et de la présidence Elchibey. Mais, contrairement à ce que suggère la photographie de couverture (une manifestation du parti Yeni Azerbaycan fondé par Heydar Aliyev) nous n’apprendrons rien sur la vie politique de l’Azerbaïdjan depuis le retour au pouvoir de monsieur Aliyev il y a vingt ans.

  1. Préface page XV []
  2. ÇAGLA, Cengiz, « Les fondements de l’État-Nation en Azerbaïdjan » in : Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien, n° 31, 2001 []
  3. Chef du  KGB puis du Parti communiste d’Azerbaïdjan de 1969 à 1982, proche d’Andropov, de 1982 à 1987 il est membre du Politburo à Moscou. Retiré de la politique depuis son éviction par Gorbatchev en 1987 dans son fief du Nakhitchevan. []
  4. République démocratique d’Azerbaïdjan 1918-1920 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.