Longues et difficiles érections immobilières

Les immeubles d’habitation et de bureaux ont du mal à se remplir, à Bakou comme dans nos villes. Les projets sont parfois lancés sans réelle connaissance du marché, de la demande. En plus en Azerbaïdjan il est de notoriété publique que de nombreux immeubles ne sont que des moyens de recycler l’argent acquis de fort mauvaise manière.

Tous les projets urbains ne sont pas menés à bien. Effets de la crise ? Règlements de compte mafieux ? Personne ne sait vraiment.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.