Les caricatures de la ville

“le voilà !” la ceinture de prospérité par Gunduz

Cette palissade cache les quartiers défavorisés de l’ancienne zone industrielle au centre Nord. Ces quasi bindonvilles bordent en effet la voie rapide qui amène à l’aéroport et qui doit devenir l’avenue de prestige accueillant les grands sièges des ministères et des grandes conglomérats locaux.

L’hôtel de ville dévore les derniers espaces verts de Bakou pour “recracher” des immeubles multicolores

La constitution d’un paysage reconnaissable, d’un horizon associé à la ville, est  essentiel dans le domaine du marketing urbain. Mais celui de Bakou comporte un élément omniprésent qui pourrait devenir gênant…

Les éléments utilisés dans la diplomatie culturelle azerbaïdjanaise ne sont pas forcément très modernes ni des plus glamour…
culture az_n

On peut reconnaître le cheval du Karabakh, les contes, le drapeau national, le tapis, la grenade (le fruit), le tar (l’instrument en forme de huit) le saz (l’autre instrument) et d’autres…

 

 

  Les traditionnelles inaugurations présidentielles continuent, même pendant les inondations récurrentes de Bakou (ici de 2012)

 

 

 Le maire de Bakou : Notre grand chef est très heureux de voir ces gens si amicaux et sociablesLe problème de saturation des bus et de leur vétusté est un des grands motifs de mécontentement des Bakinois

 Sources :Sancaq Gunduz

Article publié sur Urbanités, novembre 2013

Photo

Les villes en crise, le nouveau visage de Bakou : une cité malade de sa richesse

Aujourd’hui, grâce à l’argent du pétrole et du gaz extraits de la mer Caspienne, l’Azerbaïdjan peut rompre avec le contexte urbain post-soviétique, qui a pour constantes le vieillissement précoce du bâti et l’inadaptation de l’aménagement urbain soviétique aux contraintes modernes, comme l’individualisation des modes de consommation et des transports. Ainsi, les ressources tirées de l’extraction d’hydrocarbures ont permis de changer en à peine dix ans le paysage de la ville, sa skyline, par l’érection de plusieurs centaines d’immeubles. La capitale s’est vue dotée d’équipements modernes et de voies de transport adaptées à la massification du parc automobile. Mais les transformations de Bakou entraînent de nombreux questionnements, sur la justice spatiale, sur la préservation du paysage culturel et du patrimoine soviétique, sur l’absence des habitants dans l’élaboration des projets et enfin sur la crise même du modèle urbain promu par les décideurs.

Dans ce contexte économique favorable, nous assistons à une transformation de grande ampleur de la ville, ce qui n’est pas sans provoquer des troubles profonds parmi sa population. Depuis une dizaine d’années, Bakou est un vaste chantier bruyant et polluant. Alors que le gouvernement et les décideurs semblent poursuivre un projet commun de construction d’un nouveau patrimoine urbain national et d’un véritable paysage culturel qui assoirait la légitimité du régime, le sentiment d’appartenance à cette ville s’affaiblit chez une grande partie de ses habitants.

Lire la suite sur Urbanités

Un marketing urbain et national

Le site des premiers “Jeux européens” a été lancé, 700 jours avant le début des compétitions. Une grosse partie du site est dévolue à la promotion de la capitale et de la culture azerbaïdjanaise. Nous sont donnés des informations sur l’histoire de la région, la géographie, la culture musicale, culinaire et sportive de la ville et du pays. Une des pages s’intitule même “explorez la république d’Azerbaïdjan” (en anglais). Le site semble donc insister sur l’aspect touristique de ces jeux.

Le site

Quelques remarques : retour sur les terrains (2011-2013)

 

Voici quelques pistes de réflexions qui se sont dégagées au cours des terrains que j’ai effectués depuis 2011 à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan. Les transformations radicales du paysage urbain provoque l’étonnement et de nombreuses questions.

Admettons qu’il existe un modus operandi général de l’urbanisation de la ville de Bakou, à un moment donné, dans un ensemble aux contours encore indéfinis, constitué des promoteurs et des pouvoirs publics. Même si ce consensus n’est pas matérialisé par un règlement ou un plan officiel, nous pouvons juger des transformations de la ville comme faisant partie d’un processus raisonné, qui obéit à une manière de faire, des visions, des représentations qui seront inscrites dans le paysage de la capitale. Ce visage créé transmettra au reste du pays et à l’étranger les valeurs mises en avant par ceux qui ont enclenché ce processus. Il y a bien sûr des occasions d’opportunisme financier qui viennent troubler l’harmonie de ce projet. Cela ne veut pas dire non plus, que les impératifs économiques sont ignorés, mais qu’au sein même d’un arbitrage rationnel vers le plus profitable, des choix sont fait aussi selon des valeurs, des principes culturels, affectifs ou politiques qui appartiennent aux décideurs.

Au milieu des années 1990, le développement des constructions d’immeubles a commencé dans la ville, lentement puis il s’est accéléré au début des années 20001. Il était facilité par une bulle spéculative qui garantissait un retour sur investissement démesuré. La régulation a semble-t-il mis plus longtemps à se mettre en place, dans le contexte complexe de la réorganisation des institutions administratives du nouvel état indépendant d’Azerbaïdjan. De nombreux problèmes sont apparus pour savoir comment articuler les aires de compétences des différentes administrations en présence. En clair, il arrive souvent que l’on ne sache pas qui est compétent sur une question ou si telle administration est habilitée à prendre une décision sur un sujet particulier. Ainsi la question de la régularisation de l’habitat informel dans la périphérie de l’agglomération revient régulièrement dans l’actualité, comme l’ont illustré les troubles récents à Sulutəpə 2 . La régularisation de propriétés par la mairie s’est trouvée remise en question par d’autres institutions. Cette question est d’autant plus importante que la très grande majorité des nouveaux logements sont construits par la population3. Mais ils le sont parfois dans des zones polluées ou convoitées par d’autres. C’est un facteur d’insécurité pour les habitants.

Il faut prendre en compte le contexte post soviétique qui influence tous les pays nés de la dissolution de l’URSS. Chaque état a suivi sa propre voie mais nous pouvons leur trouver des caractéristiques communes. Cette bande de terre entre Asie et Europe est aujourd’hui occupée par des états autoritaires avec des profonds problèmes sociaux et des politiques ultra libérales4.

vue aérienne de la baie de Bakou

La Baie et le centre de l’agglomération bakinoise. Khortan CC-By-SA Wikipédia mai 2012

Les problèmes nés de la période transitoire après 1991 ne sont pas résolus. Ils le seront difficilement. La disparition des interdictions de déplacement pour les populations rurales a soudainement permis un exode rural maintenu sous contrôle pendant la période soviétique. La ville a vu sa surface augmenter d’un tiers en vingt ans.

 

Le parc immobilier a été privatisé dans l’urgence pour libérer le nouvel État d’un fardeau à gérer. Mais aujourd’hui la situation résultante rend difficile les rénovations sans créer des heurts. C’est un facteur de tensions qui ne peuvent être évitées quand des terrains doivent changer de propriétaire. De plus l’absence de vision générale à long terme pour la région de l’Absheron est longue à combler. Le plan général pour le Grand Bakou met du temps à se mettre en place pour diverses raisons. Et son application dépendra de la bonne volonté des différentes administrations qui sont concernées5.

Les effets des politiques qui s’embarrassent peu de l’état de droit et très volontaristes se voient tout de suite à Bakou. Le dessin général de la silhouette du centre de la ville a une force indéniable, une certaine efficacité dans l’affirmation de la richesse actuelle de l’État. La vitrine du pays, du régime, de l’action des dirigeants réussit son effet initial. Mais ensuite ?
Photo
L’activité économique bat son plein, les chantiers de construction sont partout, les malls du centre sont remplis, la croissance urbaine semble porter l’économie. Les caractéristiques propres de l’État azerbaïdjanais par rapport à ses voisins sont un secteur public et administratif encore important et qui sait imposer les décisions, ainsi que la stabilité du régime, appuyé sur d’importants revenus provenant des hydrocarbures. Ces aspects intéressent les investisseurs6 étrangers.

L’alliance d’investissements extérieurs et des forces déjà citées de l’État a permis depuis 2005 le développement de projets immobiliers d’un niveau supérieur à ceux des immeubles d’habitation tant décriés qui désormais pullulent dans toute la ville. Ces « grands projets » ont pour but d’améliorer la notoriété du pays, par la nouvelle visibilité de sa capitale. Ainsi, cette notoriété sert aussi des objectifs de politique intérieure. Mais vis-à-vis de l’extérieur, si le projet cherche aussi à promouvoir le tourisme, l’essai est loin d’être transformé car la ville, comme le pays, ne dispose pas encore d’une offre étendue et surtout variée. Les hôtels de Bakou sonnent creux7.

over%20Behbudov%203

Résidences insérées dans l’ancien habitat de Kubinka. Avenue Behbudov

En tout cas, nous pouvons localiser les deux zones majeures qui concentrent ces « grands projets ». D’abord l’ensemble recouvert par le parc national dépendant directement de l’administration présidentielle. Il comprend surtout le front de mer, appelé Bulvar et les zones qui le jouxtent, Bailov où se trouve le drapeau national avec sa hampe de 160 mètres de haut, ensuite le cluster entre la place Azadliq et la « ville noire » qui va devenir bientôt White City. L’emplacement face à la mer a bien évidemment dicté le choix de créer cette structure administrative, ce qui retire cette zone lucrative à la mairie de Bakou. Ensuite le deuxième grand axe de construction est constitué par l’avenue Heydar Aliyev qui relie l’hyper-centre à l’aéroport Heydar Aliyev. La voie rapide sert d’avenue « d’accueil », urban gateway dans le jargon de l’aménagement urbain, une sorte de scène pour les nouveaux venus, qui met en avant le prestige des bâtiments conçus par les architectes de renommée internationale (Zaha Hadid), les grands acteurs (ministères, SOCAR) du régime. Elle sert également à cacher les zones dégradées qui entourent les usines abandonnées dans l’ancienne zone industrielle du centre-ville autour de la station de métro Bakmil.

 

La localisation d’une partie des grands projets immobiliers

localisation index 2013
Quels sont les modèles qui ont inspiré les « grands projets » actuels ?

Pour reprendre l’expression d’Yves Lacoste, le spectacle des images géographiques véhiculées8 fait partie de ces représentations qui constituent la stratégie de domination de la capitale, par l’emprise symbolique sur le paysage, par la prise de possession du territoire. D’où proviennent ces images, de quelles villes ? Quelles sont les représentations des acteurs azerbaïdjanais ? Pour essayer d’en esquisser les grands traits, il peut être utile de se référer à des modèles déjà analysés dans d’autres villes. Si chaque cité est particulière, il existe cependant des phénomènes qui sont modélisables pour permettre une analyse scientifique. Plusieurs exemples seront présentés ici, chacun possédant un point de rencontre avec la situation de Bakou.

Supposons que les pouvoirs publics azerbaïdjanais veulent représenter Bakou comme une métropole. Dans le cas des métropoles, la question des projets pour la ville semble devoir être appréhendée dans une compétition mondialisée. Pour l’emporter, il faut présenter la cité de manière valorisante, attractive, ce qui induit une dépréciation des questions purement internes : la ville vitrine est une ville « post-politique »9, au sein de laquelle les conflits sont précisément gommés, en particulier les enjeux sociaux. Au fond, les pouvoirs dans la ville apparaissent comme de moins en moins tournés vers la ville elle-même et les aspirations de ses citoyens, mais à l’inverse de plus en plus attirés, que ce soit de manière consciente ou non, contrainte ou désirée, vers des modèles désincarnés, mondialisés et stéréotypés de gestion de la ville10. Ces tendances peuvent être exacerbées par l’absence de contre-pouvoirs, qui peuvent atténuer des orientations politiques excessives. La situation à Bakou, qui s’apparente à un monopole politique et administratif, correspond à cette tendance. Sans le développer, on peut remarquer cependant que le manque d’intérêt des dirigeants pour la conservation du patrimoine architecturale local n’est pas une fatalité. Le contre-exemple ne se trouve pas loin, en Ouzbékistan les villes sont réhabilitées dans une recherche d’authenticité architecturale. Le choix ouzbèke est de rechercher l’authenticité pour attirer les touristes étrangers11.

Istanbul et Moscou, influences rêvées et grandes métropoles azéries

Il existe de nombreuses passerelles entre les milieux d’affaires des trois pays. Le modèle du secteur de la construction turc a une influence certaine. La Turquie est un lieu privilégié d’investissement pour de nombreux hommes d’affaires d’origine azérie. Les constructions de petite échelle dans l’immobilier azéri connaissent un pic en décembre, quand ces mêmes hommes d’affaires russo-azéris investissent dans leur patrie natale. L’influence se voie encore dans les modèles culturels. Le sport aussi permet de faire une analogie avec la Russie. Bakou est dotée progressivement d’infrastructures sportives modernes. Cela correspond à une stratégie que l’on peut retrouver dans d’autres villes. Les grandes compétitions sportives sont une opportunité pour des pays émergents d’affirmer leur nouvelle puissance. La Russie cumule ainsi les grands événements avec l’organisation des championnats du monde d’athlétisme en 2013, les JO d’hiver en 2014, les championnats du monde de natation en 2015, et la coupe du monde de football en 2018.

Londres, la ville de la finance mondialisée occidentale

Pour être prêt à temps pour l’accueil des Jeux Olympiques de 2012, les pouvoirs publics britanniques ont adopté une gestion centralisée de l’ensemble des missions à mener à bien en matière d’infrastructures d’accueil et de transport. La candidature de Londres s’était appuyée sur un discours mettant en avant la rénovation des quartiers où allait être construit le village olympique. Le choix s’était porté sur la localité de Stratford, dans l’est londonien, une zone marginalisée, à l’écart des voies de chemins de fer.

L’organisation administrative unique de l’Olympic Delivery Authority12 a été un gage de rapidité d’exécution des procédures d’urbanisme, des expropriations et des constructions. La peur de ne pas livrer à temps a facilité la création de cet état d’esprit, qui a levé bien des verrous et neutraliser d’éventuelles oppositions. Le nombre d’acteurs impliqués a été réduit par rapport aux habitudes dans le cadre de programmes de cette ampleur. L’administration du Grand Londres et les promoteurs ont pu ainsi imposer leurs choix aux populations locales et réinventer les territoires de Stratford.

Dubaï, sphère islamique de la mondialisation

La formule est martelée partout, Bakou sera la Dubaï du Caucase. La comparaison avec les villes arabes est tentante. Tout d’abord on assiste à un engouement pour les études urbaines sur ces villes. Elles connaissent effectivement des projets ambitieux de transformations, de réhabilitation. À cette occasion des conflits sont révélés à tous. En dehors de Dubaï, on peut citer des travaux sur Sanaa13, Amman14 ou encore Beyrouth. Mais dans ces trois capitales, la réflexion sur la modernisation du centre-ville a abouti au choix de créer un nouveau centre. Ce n’est pas le cas à Bakou, c’est l’ancien centre qui est le lieu de la régénération avec toutes les conséquences que cela implique.

Je veux donc comparer les situations de transformation radicale des villes de Bakou et de Dubaï sur d’autres critères que la nouvelle centralité. Il me semble que la popularité de la réussite actuelle de l’émirat arabe sert de référence dans les projets immobiliers en Azerbaïdjan. De plus, la popularité de Dubaï en Occident est enviée par un régime autoritaire en quête de respectabilité à l’étranger. Ainsi, il souhaite s’associer à une image géographique désormais évidente. Le terme Dubaï définit un développement urbain qui semble réussi, grâce aux pétrodollars. De plus ces succès ne sont pas amoindris par le caractère autoritaire de l’émirat. L’identité de Dubaï à l’étranger se résume dans un stéréotype double : le boom économique et une bonne image de marque d’un pouvoir autocratique. Ces deux représentations occidentales ont plu au régime qui veut les associer à Bakou, Les références à Dubaï sont innombrables dans les publications consacrées à Bakou. Or quels sont les traits essentiels de la situation de Dubaï ? Contrairement aux idées reçues, l’économie n’est pas uniquement tributaire du pétrole. La ville est avant tout un gigantesque marché15. Les flux importants de commerçants expliquent les infrastructures et le développement immobilier de la ville. Ce n’est pas du tout le cas en Azerbaïdjan. Comme je l’ai déjà dit l’exploitation des hydrocarbures a pris une place hégémonique dans l’activité économique du pays. Au moment de la fin de l’URSS, quand les différents secteurs d’activité auraient dû se transformer pour s’adapter à une économie de marché libérale, la concentration des efforts sur l’exportation des hydrocarbures n’a pas permis ces reconversions indispensables. L’agriculture et les différentes industries qui existaient avant 1989 sont aujourd’hui moribondes. Voilà pourquoi je pense que la volonté d’imiter la politique immobilière de l’émirat de Dubaï est une erreur, car si les projets émiratis ont indéniablement des retombées sur le prestige international du pays, ils sont avant tout là pour servir une activité économique réelle. À Bakou ce n’est pas le cas, il n’y a que le décor posé en attendant l’arrivée hypothétique des comédiens et du public.

L’État et sa capitale

La formation de l’État post-communiste dans le Caucase soulève des questions de souveraineté et de création d’une identité nationale. Chaque nouvelle république a dû s’imaginer en tant que nation. Quelle est la traduction dans le paysage de ce projet en Azerbaïdjan ? L’adhésion d’une partie de la population au régime se fait autour de thèmes exaltant la fierté nationale. Celle-ci a été souvent bafouée par les différents protagonistes historiques dans la région. Longtemps un peuple sans nom (« les musulmans du Caucase »), l’Azerbaïdjan fut soumis aux occupants impériaux, ses velléités d’indépendance conditionnées au bon vouloir des puissances dominantes de la région. Ne pouvant affronter de tels adversaires, le régime se devait de choisir un ennemi à sa taille. Il n’a pas eu à le faire, l’adversaire c’est imposé de lui-même lors du conflit du Haut-Karabakh. L’Arménie et ses habitants seront l’antithèse des valeurs promues dans le corpus idéologique dans lequel puisent les publications officielles.

Pour démontrer l’utilisation de la ville comme outil de propagande par les pouvoirs autoritaires, le cas le plus facile à utiliser est celui de la capitale du Turkménistan, Achgabat. Elle est une ville-spectacle, c’est-à-dire une ville qui se voit, dont l’urbanisme devient ostentatoire. La ville est faite pour être regardée. Dans le cas des capitales de régime fort, la ville-spectacle se lit dans les monuments et édifices qu’elle offre à la vue du citadin spectateur ou de toute personne s’y trouvant. Et la monumentalité qui s’y manifeste est pour une large part l’apanage du centre, lieu du pouvoir comme de la cristallisation du sentiment national, lieu de leur mise en scène. L’urbanisme se traduit par l’affirmation de l’identité nationale et la volonté de modernisation. Ces deux objectifs idéologiques s’incarnent concrètement dans les espaces publics des deux capitales et les monuments, nous rappelant ainsi que « la capitale, en tant que centralité, concrétise matériellement à bien des égards les grandes tendances de la stratégie nationale »16 La recherche d’un style national est associé aux constructions puissantes affirmant le renouveau du pays sous la conduite moderne du président dont les fonctions sont mises en avant à travers les bâtiments qui lui sont attachés17. Comme au Turkménistan l’avenue qui vous conduit à l’aéroport offre un spectacle destiné aux étrangers entrant dans le pays. Devant eux sont alignés des immeubles, des hôtels vides. À Bakou, ils sont illuminés la nuit. Les piétons traversent les grandes avenues automobiles héritées de la planification soviétique grâce à des passages souterrains. À l’entrée de chacun de ces tunnels, le citoyen azerbaïdjanais est gratifié d’une citation du « père de la nation » Heydar ou de son fils. Il faut remarquer cependant que le culte de la personnalité en Azerbaïdjan est discret, seul Heydar Aliyev en fait l’objet depuis son décès. C’est une preuve du caractère moderne du régime actuel. Évidemment la valorisation de l’action du précédent président a ses bénéfices politiques. Mais il n’y a pas de statues dorées tournant avec le soleil ou d’empreinte de la main au milieu d’une pièce faisant retentir l’hymne national comme à Astana au Kazakhstan. Autre différence, il n’y a pas d’affirmation d’un style architectural national. Nous verrons plus loin quand nous aborderons l’histoire de la ville, que la situation particulière de Bakou fait qu’il y a très peu de constructions qui pourraient revendiquer un style azéri. De ce fait c’est la modernité qui est mise en avant à Bakou au contraire de ce qui peut se faire à Achgabat.

Les plans d’aménagements de la capitale du Turkménistan sont directement nés de la volonté du président Niazov. Le poids institutionnel du pouvoir présidentiel écrase les autres entités politiques. L’omniprésence et le gigantisme des monuments de la ville représentent ce pouvoir sans partage dans le régime et aussi l’absence de liberté de la cité au sens de la communauté. Cette recherche effrénée de puissance est une caractéristique commune aux états autoritaires.

L’Azerbaïdjan échappera-t-il aux travers centro-asiatiques de la ville-spectacle ? Si la forme de culte de la personnalité, qui semble être plus « douce » que dans l’exemple développé, reste la norme, il est peu probable que des excès analogue à ceux de Turkmenbachy soient commis.

 

Les retombées des transformations de la ville de Bakou

Mais toutes ces projets, quelles que soient leur inspirations, ont bien évidemment des conséquences, qui ne sont pas toutes positives (il n’existe pas de mutation dans une société sans effets secondaires). La rapidité des changements, les pollutions, aussi bien atmosphérique, sonore et visuelle, occasionnées par tous les chantiers sont facteurs de stress et de mécontentement de la population. La perte de repère et le sentiment d’insécurité créés par la disparition du patrimoine de la ville sont reconnus depuis longtemps par de nombreux penseurs et défenseurs de la ville comme Rəhmən Bədəlov ou Fuad Axundov18. Des exemples très concrets l’illustrent comme l’impossibilité d’utilité les trottoirs lors de chantiers, la circulation difficile dans la ville. Les défenseurs autoproclamés de la mémoire de la ville reprochent au nouveau visage de la ville d’avoir perdu l’homogénéité du paysage de l’ancienne Bakou. Or cette affirmation était aussi une représentation, car l’agglomération de Bakou en 1988 est comme toute ville sortant du socialisme, une superposition de strates19. Pour faire vite, il y a eu la ville médiévale et moderne, İçəri Şəhər, puis après la conquête russe, la ville impériale, où les maisons et les palais mélangeaient plusieurs styles à la mode à la fin du XIXe siècle, enfin les constructions soviétiques, notamment les grands ensembles de logement collectif (qui ont aussi connus plusieurs styles et époques). Ces différentes strates avaient l’avantage de ne pas s’être trop mélangées, ce qui donnait une impression d’ordre. Aujourd’hui cette impression a disparu.
karabakh place 2

La mer a disparu pour la majorité des habitants.

De plus, nous pouvons craindre que le sentiment d’exclusion ne se développe. Que peuvent ressentir par exemple les habitants des zones populaires que l’on peut appeler des bidonvilles (comme la colonie 205 autour de la station de métro Ulduz ou ailleurs à Yasamal) lorsqu’ils voient depuis chez eux le projet géant de résidences de luxe « Royal Park » et les autres grands gratte-ciels bordant l’avenue Heydar Aliyev tels que les futurs sièges de la SOFAZ et de la SOCAR. De même les habitants de Kubinka, en plein centre de la ville, se sont retrouvés d’abord entourés d’immeubles et maintenant il a été construit des « cache-misères » qui empêchent d’apercevoir le quartier depuis les rues qui le surplombent. Mais il faut remarquer ici que la conscience d’appartenir à une communauté urbaine n’existe pratiquement pas dans ces populations sinistrées, déplacées, pour la plupart issues de l’exode rural. En plus des prémisses d’une ségrégation socio-spatiale, l’agglomération souffre de l’explosion du nombre des voitures particulières. L’engorgement automobile n’est pas une exclusivité de la ville de Bakou. Certes la ville n’a pas été conçue comme dans d’autres pays pour la voiture (urbanisme soviétique), les transports en commun ne sont peut être pas assez mis en avant, le ferroviaire devrait revenir après des années de négligence20, le métro ignore encore des pans entiers de la ville (tracé destiné à amener les ouvriers dans les anciennes zones industrielles) mais cela est appelé à changer. Surtout, l’automobile doit être « combattue » activement plutôt qu’être favorisée. Construire de nouvelles infrastructures pour décongestionner celles existantes ne marche jamais, les réseaux sont toujours utilisés selon les capacités disponibles. Pour avoir moins de voitures dans le centre, il faut moins de voies consacrées uniquement aux véhicules individuels, peu de place de stationnement or c’est le contraire qui est prévu21. La voiture n’est pas réductible à sa fonction, la voiture est un symbole et ce symbole est défendu par un fort lobby des importateurs et des concessionnaires.

La périphérie de l’agglomération, un rurbain local. DR

De manière peu surprenante se crée une césure entre le centre et la périphérie de l’agglomération, dans les bénéfices du développement économique, dans la répartition des infrastructures de transport et des réseaux. La question des réseaux est primordiale : dans des pays faisant face à une forte croissance de l’urbain et un manque de savoir-faire dû à la nouveauté des problèmes posés, tels que l’Inde, la coopération privé-public-résidents permet de gérer ce qui apparait impossible, tant la tâche apparaît colossale22.

Au-delà des écarts de richesse qui deviennent criant, mais que l’on retrouve dans beaucoup de pays, il y a un autre problème, peut être encore plus inquiétant. Il existe un véritable défaut d’application des plans et des règlements : plan d’urbanisation, règles parasismiques, qualité générale du bâti récent (rapide dégradation), cadastre, expropriations. Prenons l’exemple simple du type de construction majoritaire pour ces fameux immeubles d’habitation qui se voient dans toute la ville. Le choix technologique qui a été fait est en contradiction avec les recommandations les plus reconnues en matière de construction parasismique.
IMAG0237

Le mode de construction le plus meurtrier est la conjonction d’une armature de béton et d’un remplissage en maçonnerie, comme des briques. De plus, Le bétonnage des poteaux et poutres décoffrés avant la mise en place de la maçonnerie ne permet pas la cohésion des deux matériaux. L’ossature en béton armé se déforme à la faveur du jeu qui existe et fait éclater la maçonnerie, qui avant de rompre exerce une poussée sur la jonction poteau – poutre, ce qui amorce la rupture de la tête de poteau et prépare l’effondrement de l’ossature23.

Il faut ajouter des manquements aux règles de construction de la part d’entrepreneurs peu scrupuleux, qui ont été souvent dénoncés dans la presse24. Nous pouvons affirmer qu’il existe un problème d’application des réglementations et d’application des décisions de justice25 en ce qui concerne les questions d’immobilier, de foncier.

Un besoin vital de volontarisme public et d’implication citoyenne

Nous constatons donc que la manière de transformer la ville poursuit des objectifs surtout économiques et politiques, mais que les conséquences sociales et sécuritaires ne semblent pas être considérées à leur juste valeur.

Ainsi, l’extension toujours plus grande de l’agglomération rend nécessaire une prise en main des pouvoirs publics, car le risque d’étouffement s’accroit avec l’allongement des temps de transport à l’intérieur de l’ensemble formé par le « Grand Bakou » qui recouvre de plus en plus la péninsule de l’Absheron. Se pose à cette occasion la question de la concurrence pour l’occupation du sol, entre extraction pétrolière, autres activités économiques, habitation informelle, projets immobiliers institutionnels et infrastructures. Cela rend d’autant plus nécessaire la mise en place d’un plan clair, appliqué avec résolution et transparence, par les différentes institutions en charge de ces dossiers.

Petit à petit, nous assistons à la disparition d’un héritage de la période soviétique, c’est-à-dire la perte de la mixité sociale, au sein même des immeubles. Cette mixité était pourtant facteur de stabilité sociale et politique. Cependant, le logement « populaire » dans le centre est encore possible, par exemple sous la forme de la réhabilitation simple des immeubles existants (ici nous avons l’exemple des bâtiments autour de la statue de Tesla près de la gare centrale). Mais comme pour la réhabilitation des logements collectifs, il ne semble pas que les efforts de rénovation dirigés vers les classes populaires ne figurent parmi les priorités des décideurs politiques.

<nikola tesla

Une restauration, la place de la statue de Nikola Tesla, inaugurée en 2013

Enfin pour revenir aux troubles générés par les transformations urbaines parmi la population des résidents, il faut se demander s’il ne faut pas plus penser au « non-rentable », les espaces verts, les bancs, les lieux de sociabilité, là où l’urbanité, le fait de vivre la ville, se crée.

2013

vaqif pros

Rénovation des façades sur l’avenue Vaqif

Au-delà de la description, il nous faudra évaluer comment les discours mis en place autour de ces nouveaux « grands projets » influencent les actions des décideurs mais aussi de la population. Comme me l’ont fait remarquer des observateurs avisés de la ville, Bakou se retrouve encore une fois à devoir choisir entre regarder vers l’Orient ou vers l’Occident. Dans les années 50 a émergé l’idée d’un espace des pays non-alignés, hors du premier monde « capitaliste » et du deuxième « socialiste », c’était le « Tiers-monde ». Finalement, à la disparition du « deuxième monde », les dirigeants de l’Azerbaïdjan doivent choisir progressivement d’orienter le développement urbain de Bakou soit vers une évolution selon le modèle des villes du « Sud »comme Mumbai ou Shangai – c’est-à-dire avec une gestion souple de l’informel et la participation de tous les acteurs – ou vers les villes du « Nord », comme Berlin ou Prague pour l’espace post-soviétique, avec une application du droit forte et claire par les pouvoirs publics. Si la Turquie a toujours servi de modèle dans bien des domaines, il ne faut pas oublier que le choix de mettre l’économie en avant dans le projet urbain et politique n’a pas fait diminuer les tensions sociales ou ethniques chez le « grand frère »26. En fait, le choix se fera entre laisser une liberté totale aux acteurs économiques ou trouver un équilibre entre les affaires et le bien être général de la population, marqueur de développement entendu comme redistribution des bienfaits de la croissance à l’ensemble d’une communauté. Le dernier choix est celui qui toujours a permis à une société de se régler ses conflits dans la paix et la confiance dans le lendemain.

 

Ce texte est une version légèrement retouchée d’une présentation effectuée à l’Institut Français d’azerbaïdjan à l’invitation de l’Observatoire du Caucase de l’Institut Français des études anatoliennes (IFEA), Bakou, 14 mars 2013.

Toutes les photographies sont de moi sauf indication contraire

  1. Geybullayeva, Arzu, Azerbaijan construction boom: good or bad?, Observatorio Balcani e Caucaso, 7 mai 2010, URL : http://www.balcanicaucaso.org/eng/Regions-and-countries/Azerbaijan/Azerbaijan-construction-boom-good-or-bad, consulté le 2 mars 2012 []
  2. Radio Free Europe/Radio Liberté, SOCAR имет виды на 15000 “незаконных построек”, [La SOCAR a des vues sur 15000 « constructions illégales »], 11 avril 2012, URL : http://www.radioazadlyg.org/content/article/24544586.html, consulté le 14 avril 2012 []
  3. Turan, « Citizens rely on themselves in residential construction », dépêche du 9 août 2011, 93% des nouveaux logements sont construits par « la population » []
  4. Minassian, Gaïdz, sd, Eurasie, au cœur de la sécurité mondiale, Paris, Autrement, collection Frontières, 2011, 310 p. []
  5. Entretien avec le groupe de consultants auprès du Comité d’État pour l’aménagement et l’architecture du 13 mars 2013 []
  6. Financial Times, « Putting Azerbaijan on the investment map », 19 août 2012. “It’s a very secular, pro-business government” []
  7. New York Times, « Big in Baku », 15 août 2012, URL : http://www.nytimes.com/2012/08/15/t-magazine/big-in-baku.html, consulté le jour même. Le taux d’occupation des hôtels est tombé à 45% en 2010 par rapport aux 70% de 2005. []
  8. LACOSTE, Yves, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, 1976, 2ème édition, 1982, Paris, Maspero, 238 pages []
  9. Paddison, Ronan, « From unified local government to decentred local governance: The ‘institutional turn’ in Glasgow » in : Geojournal, n°58, 2002, pages 11-21 []
  10. Fournet-Guérin, Catherine et Vacchiani-Marcuzzo, Céline, « Les Pouvoirs dans la ville » in : L’Espace Politique [En ligne], 8 | 2009-2, mis en ligne le 15 novembre 2009, Consulté le 18 avril 2012. URL : http://espacepolitique.revues.org/index1418.html []
  11. PINCENT, Guillemette, « La réhabilitation fonctionnelle des villes pré-coloniales d’Ouzbékistan : un outil de domination politique ? » in : Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, article 339, mis en ligne le 19 juin 2006, consulté le 09 mai 2012. URL : http://cybergeo.revues.org/1750 []
  12. APPERT, Manuel, « Les JO 2012 à Londres : un grand événement alibi du renouvellement urbain à l’est de la capitale » in : Géoconfluences, mis en ligne le 06 janvier 2012, consulté le 12 février 2012, URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/urb1/MetropScient10.htm []
  13. STADNICKI, Roman, Nouvelles centralités et recomposition socio-spatiales dans le grand Sanaa (Yémen), thèse de doctorat en Géographie, Université de Tours, 2009 []
  14. Coignet, Gildas, « Régénération urbaine ou dégénérescence de l’urbanité ? » in : Annales de géographie 4/2008 (n° 662), pages 42-61. URL : www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2008-4-page-42.htm []
  15. LAVERGNE, Marc, « Dubaï ou la métropolisation incomplète d’un pôle en relais de l’économie monde » in : Les enjeux de la métropolisation en Méditerranée, les Cahiers de la Méditerranée, n°64 juin 2002, pages 278-319 []
  16. RAFFESTIN, Claude, Pour une géographie du pouvoir, Litec, Paris, 1980 []
  17. FAUVE, Adrien, GINTRAC, Cécile, « Production de l’espace urbain et mise en scène du pouvoir dans deux capitales « présidentielles » d’Asie Centrale », in : L’Espace Politique [En ligne], 8 | 2009-2, mis en ligne le 15 novembre 2009, Consulté le 10 mai 2012. URL : http://espacepolitique.revues.org/index1376.html []
  18. Conférence du 20 décembre 2010The Impact of Urban Infrastructure on the Lives of Residents of Baku, Heinrich Boell Stiftung, URL : http://georgien.boell-net.de/web/115-925.html, consulté le 14 octobre 2011. []
  19. HIRT, Sonia, STANILOV, Kiril, « The perils of post-socialist transformation: Residential development in Sofia » in : STANILOV, Kiril, sd., The Post-Socialist City, Urban Form and Space Transformations in Central and Eastern Europe after Socialism, Springer, Dordrecht, 2007, page 217 []
  20. Vesti.Az, « В Азербайджане появятся скоростные поезда », [En Azerbaïdjan, il y aura des TGV], 4 février 2013, URL : http://vesti.az/news/146522 []
  21. Contact.Az, « At 160 multi-storey garages will be built », 20 février 2013, URL : http://www.contact.az/docs/2013/Economics&Finance/022000029123en.htm#.UTyjzTfeHyo []
  22. LORRAIN, Dominique, Métropoles XXL en pays émergents, éd. Institut d’études politiques. Chaire Ville, Paris, France, Sciences Po, les Presses, 2011, 408 p. []
  23. Bachmann, Hugo, Principes de base pour la conception parasismique des bâtiments, Eidgenössische Technische Hochschule (ETH) Zürich, Schweiz []
  24. GOLTZ, Thomas, « The New Baku – A Disaster in the Making », Azerbaijan international, vol. 13 / 3, automne 2005, p. 28‑31. Consulté le6 mars 2013. []
  25. Turan, « Will They Undo Legal Decision by Illegal Means? », dépêche du 26 août 2011, « Administrative Courts Must Ensure the Rights of Property of Citizens, German Ambassador believes », dépêche du 27 septembre 2011 []
  26. Groc, Gérard, « Le ‘modèle turc’, un serpent de mer polymorphe », Carnets de l’IREMAM, 7 mars 2013. URL : http://iremam.hypotheses.org/2190, consulté le 9 mars 2013 []

histoires et détournements des enjeux autour de l’environnement dans la péninsule d’Abshéron (deuxième partie)

Qui sont les hérauts contemporains de l’écologie ?

Dans la société azerbaïdjanaise d’aujourd’hui, qui sont les acteurs du discours écologique ? Qui communique autour des questions de défense du patrimoine du pays et du développement des énergies renouvelables ? à première vue, principalement des acteurs étatiques :

Lire la suite histoires et détournements des enjeux autour de l’environnement dans la péninsule d’Abshéron (deuxième partie)

histoires et détournements des enjeux autour de l’environnement dans la péninsule d’Abshéron (première partie)

Effendi1

La péninsule de l’Absheron est le poumon économique de l’Azerbaïdjan, mais c’est un poumon de gros fumeur. Depuis la fin du XIXe siècle, le territoire entourant Bakou, la capitale, accueille une activité industrielle réputée extrêmement polluante, l’extraction et le raffinage du pétrole. Les atteintes à l’équilibre écologique de la région ne sont pas nouvelles. Elles précèdent même l’arrivée des Bolcheviks et des industries lourdes emblématiques de l’économie soviétique. Je vais essayer de présenter les différentes problématiques qui se présentent aujourd’hui dans cette zone, qui concentre les activités, les richesses et la majorité de la population de l’Azerbaïdjan. Lire la suite histoires et détournements des enjeux autour de l’environnement dans la péninsule d’Abshéron (première partie)

Le retour du rempart laïc du Caucase

source : wikipedia, license CC by SADepuis quelques semaines nous assistons dans la presse internationale à une évolution des outils de langage de la diplomatie publique azerbaïdjanaise. Accent est mis sur l’occidentalisation avancée de la société azerbaïdjanaise, laïque, aux antipodes de son voisin iranien1. Les arguments proposés ne sont pas nouveau. Lire la suite Le retour du rempart laïc du Caucase

  1. un exemple l’article du Washington Post du 15 octobre 2012, accédé le jour même « le petit Azerbaïdjan libère la « pop-puissance » contre l’Iran contre les Mollahs » url : http://www.washingtonpost.com/world/national-security/tiny-azerbaijan-unleashes-pop-power-against-irans-mullahs/2012/10/14/0a0819ec-14b3-11e2-bf18-a8a596df4bee_story.html []

Comme prévu, le peak oil arrive à Bakou

L’article du Chicago Tribune explique les efforts de BP pour enrayer la baisse de la production du gisement Azeri Chirag Guneshli. L’état azerbaïdjanais semble devoir mettre la main à la poche pour aider BP à augmenter le débit. Les implications politiques sont très importantes car l’économie mais aussi la stabilité du régime repose sur les dividendes de l’exploitation des hydrocarbures. L’extraction et le transport du gaz sont bien plus coûteux, c’est-à-dire rapportent un peu moins.

Du point de vue financier, boursier, le rétrécissement des bénéfices pourrait porter une ombre sur le partenariat jusqu’ici solide entre BP (le maître d’œuvre du consortium) et l’état azerbaïdjanais. Le moment du déclin de la production était pourtant connu de longue date, mais les considérations financières prendraient-elles le dessus ? La nécessité de sauver les apparences face au marché fait-elle loi ?

Mais pour l’Azerbaïdjan, cela signifie que la diplomatie publique et les stratégies d’influence en cours doivent être imaginées comme temporaires, à retour sur investissement rapide. L’échéance arrivera bien plus vite que dans d’autres économies de rente et le manque de confiance sera concomitant. Cela n’augure pas de bonnes choses quant à la sérénité des actions en cours. On peut même imaginer si l’on est pessimiste qu’une fois engagés dans le déclin de la rente du pétrole, certains seront tentés d’agir rapidement avant l’extinction complète du filon. Cette situation se concrétisera-t-elle parmi les concurrents intérieurs aux dirigeants actuels ou ces derniers seront-ils tentés de jouer la carte de l’action armée dans le conflit du Nagorny-Karabakh quand l’armée peut encore bénéficier de fonds considérables ?

Interview de Thomas De Waal du 5 septembre

Très intéressante, publiée sur le site Public Dialogues. Le point de vue exprimé est éclairant car M. De Waal est un chercheur américain qui est souvent cité dans les médias azerbaïdjanais. Son ouvrage majeur s’appelle Black Garden et retrace évidemment le conflit autour du “Nagorny Karabakh”. Il est reconnu et accepté par les deux camps de ce conflit, ce qui n’est pas un mince exploit.

Dès lors nous pouvons comprendre dans ses réponses le pessimisme des diplomaties même bienveillantes envers le pouvoir de Bakou suite à l’affaire Safarov. L’erreur d’appréciation fondamentale de la part du régime en place à Bakou quant à la réaction de l’Arménie et des médias internationaux est peut-être l’évènement de trop qui vient achever un processus de négociations de paix moribond depuis le dernier échec du sommet de Kazan en 2011.

Pour lui la reconnaissance de la république du Haut-Karabakh (NKR) par l’Arménie est devenue possible. Cela signifierait la fin du processus dit “du groupe de Minsk”. De plus il apparait à Thomas de Waal que la seule option permettant un règlement “juste” est celle d’un “policier international”, en clair pour lui seule une force d’interposition dans les territoires disputés permettra aux civils de retourner chez eux.

Cette analyse fine permet de comprendre au-delà des enjeux politiciens et des arguments juridiques et moraux, en quoi la libération de Safarov risque d’être la plus grande erreur politique en Azerbaïdjan depuis le “coup de Gandja” en 1993.

Les vendeurs en démocratie (8 et fin)

Conclusions:

Plusieurs éléments pour finir cette série sur les “démocratisateurs” (Désolé, je devais la faire).

L’inflation des coalitions

Le principe des regroupements d’ONG est encouragé par les donneurs, il fait partie dans la terminologie consacrée, c’est un acte de représentativité de la société civile. Ce sont des coalitions qui ont mené les différents mouvements d’opposition au pouvoir dans les pays où l’action des fondations américaines a été dénoncée pour ses interférences. Or la situation de faiblesse et d’éparpillement des ONG azerbaïdjanaises se retrouve dans la multiplication et la volatilité de ces coalitions. J’ai recensé la coalition des ONG non enregistrées1, des coalitions d’ONG lors des élections pour le monitoring des scrutins, le Groupe du Budget National qui essaye de contrôler ce même budget, le « club des droits de l’Homme »2, la « Coalition de surveillance des activités des donneurs et des fonds publics »3, à l’international il y a PASOS, CIVICUS, ENTO, European Youth Forum, Civil Society Forum, il y a enfin EITI, la coalition participant à l’initiative internationale de transparence des fonds du pétrole soutenue par le fond Soros. La situation de grande fragmentation illustre le manque de moyens, d’unité, les conflits de personnes qui minent et affaiblissent les ONG locales.

L’argent du pétrole

Il s’agit (encore) d’une coalition d’organisations dans le domaine économique, elle vise à intégrer un programme international de monitoring  des données disponibles entourant les flux d’argents générés par les dividendes du pétrole. Ce programme international est appelé Extractive Industry Transparency Initiative (EITI) et le pouvoir joue le jeu de la coopération pour l’instant. Cette nouvelle initiative semble créer beaucoup d’espoirs et d’agitations dans le milieu des ONG. Elle regroupe environ 130 ONG et individualités en 2010. Ses travaux de recherches sont cependant limités à la transmission des documents par les différents acteurs institutionnels et privés impliqués dans les activités d’extraction, qui ne sont pas réputés pour leur grande transparence. L’Azerbaïdjan fut le premier pays à présenter et passer la validation prévue dans ce projet.

Les principaux dirigeants d’ONG et personnalités présentes dans cette structure sont Sabit Bagirov du Far Center, Ingitab Ahmedov, Gubad Ibadoglu, Vugar Bayramov. Les objectifs sont de contrôler la transparence des opérations financières entourant la manne pétrolière et de conseiller les institutions concernées pour l’améliorer. De fait si la moitié des bénéfices liés aux hydrocarbures vont dans le budget national, l’autre moitié est censée alimenter le fond national pétrolier. Celui-ci a apparemment un fonctionnement relativement transparent si ce n’est que les décisions d’attributions de ses fonds sont à la discrétion du régime. Mais le pouvoir potentiel contenu dans les activités de l’EITI semble générer de vives tensions en son sein4. Les personnalités s’affrontent pour se faire une place dans cette organisation qui apporte sans nul doute une belle visibilité. Et il n’est pas étonnant que ces deux facteurs, pouvoir et publicité, aient une certaine résonnance dans la sphère des dirigeants d’ONG.

Finalement

Je pense avoir dressé un tableau assez juste de la situation actuelle des organisations visant à la promotion de la démocratie en Azerbaïdjan. Il ne semble pas que l’approche dictée par le paradigme de la transition démocratique soit efficace. Les éléments organisés de la société voient leurs capacités s’appauvrir. Les ONG, comme les partis ou les médias, ont toutes les peines du monde à combattre l’omniprésence et la puissance économique de l’État. La polarisation politique du monde des ONG rend obligatoire un discours ostensible d’allégeance aux orientations des institutions pour exister dans des conditions acceptables. Les critiques ouvertes du pouvoir, ou « mal formulées », sont synonymes d’ostracisme, par les officiels mais aussi par les organisations qui tentent de rester sur le fil du rasoir de la respectabilité.

L’action des fondations américaines apparaît en difficulté en Azerbaïdjan. D’une part, beaucoup d’institutions et d’ONG internationales sont absentes du pays, ou ne font que passer. D’autre part la concentration sur Bakou de celles présentes, si elle est compréhensible au vu de la configuration du pays, réduit  l’effectivité des actions envisagées dans le reste du pays. La volonté de démocratisation des institutions est aussi victime des incohérences de la diplomatie américaine, qui ne se décide pas entre deux tendances. Une attitude critique envers le pouvoir en place permettrait la défense de la « démocratie de marché », instrument de puissance de la diplomatie américaine (grâce à l’ingérence humanitaire). L’acceptation du régime tel qu’il est assurerait l’accès permanent des pays occidentaux au couloir du Sud-Caucase, c’est-à-dire l’Azerbaïdjan avec la Géorgie. La spécificité musulmane du pays dans le cadre « ex-soviétique » joue un rôle notable dans la frilosité des acteurs internationaux. Les financements officiels ont tendance à se réduire, confirmant un manque d’implication réelle des instances politiques.

Le système clientéliste mis en place est efficace pour contrôler la société civile. Celle-ci se retrouve dans l’incapacité de mobiliser ses différentes composantes, trop dispersées et cloisonnées. La corruption contribue à affaiblir les dynamiques sociales et civiques. Les GONGOs réussissent à capter une part de l’espace public et de la manne financière internationale.

L’originalité de la situation géopolitique de l’Azerbaïdjan est dans son orientation toujours vers plus de pratique autoritaire de la part des institutions mais en conservant son alliance avec les États-Unis au contraire des républiques d’Asie centrale, qui depuis 2005 ont largement réorienté leurs alliances vers la Russie et la Chine5. Mais quelle serait sa viabilité si le régime iranien, ou russe mais cela est moins probable, n’était plus opposé radicalement aux États-Unis d’Amérique ?

Dans quelle mesure les fonds européens pourraient remplacer les Américains, en cas de désengagement de ceux-ci ? Le manque d’expérience de travail avec l’UE des locaux et les lourdeurs administratives ne sont pas des avantages pour les bailleurs de fonds européens. Ils sont aussi jugés beaucoup plus frileux, voire même complaisants envers les « quasi-ONG », l’important étant d’avoir financé quelque chose et d’obtenir en retour un rapport d’activité à montrer à Strasbourg ou Bruxelles.

Les ONG locales sont installées dans une position de dépendance intellectuelle, d’attente, vis-à-vis des fondations américaines et de la diplomatie. Elles semblent suspendues à un mythique geste des États-Unis, qui déclencherait le changement de régime attendu et instaurerait la démocratie sans aucun doute. Cette position est, en partie, imputable à l’impossibilité pour ces organisations azerbaïdjanaises de mobiliser une opinion apathique et désorientée qui ne semble pas encore  assez exaspérée par la situation politique et économique. Elles savent pourtant que les organisations américaines ne sont pas des machines à fabriquer des révolutions, contrairement aux polémiques qui ont suivi les élections en Géorgie, Ukraine et  Kirghizstan. Malheureusement pour les opposants azerbaïdjanais, il n’entre absolument pas dans les projets ni les compétences des fondations américaines présentes dans le pays de financer quoi que ce soit qui puisse ressembler à une agitation politique.

 

épisodes précédents : (1) la théorie (2) de mauvais augures (3) les rapports avec l’État

(4) une géographie des organisations (5) l’opinion et ces organisations (6) les processus électoraux

(7) les médias

  1. Turan, 11 janvier 2011 []
  2. Turan, « Young Human rights defenders create Human rights club », 10 décembre 2010 []
  3. Turan, 29 octobre 2010 []
  4. Open society Azerbaijan, « SOROS Foundation’s (OSI-AF) Priorities for 2010: Utility Cost and Think-Tanks », interview du président d’Osi Azerbaïdjan M. Asadov, consulté le 07 décembre 2010, http://www.osi.az/index.php?option=com_wrapper&Itemid=465 []
  5. PEYROUSE, Sébastien, « L’Asie centrale quinze ans après l’indépendance : un bilan en demi-teinte » in : Politique étrangère, 2/2006, page 406 []

Comprendre un peuple qui se sent humilié

Le Monde a consacré dans son édition du 5 septembre 2012 un article à l’affaire Safarov en présentant essentiellement les arguments diplomatiques et stratégiques pouvant justifier la libération du meurtrier Ramil Safarov par le gouvernement azerbaïdjanais. Mais l’importance de cet événement est ailleurs. Pourquoi l’annonce de l’arrivée du lieutenant Safarov à Bakou a été accueillie avec satisfaction par la population ? Lire la suite Comprendre un peuple qui se sent humilié

Autopromotion, bilan d’étape et revue de presse

Voici un article rédigé par moi-même pour Regards sur l’Est, pour leur dossier sur l’urbanisme à l’Est de juillet, qui revient sur les mois qui viennent de s’écouler dans la ville qui m’intéresse. J’essaye de dresser un tableau simple et articulé des forces et des enjeux des transformations du paysage urbain de Bakou dans le contexte de l’Eurovision. Aujourd’hui je me demande quelles conclusions ont été tirées de l’organisation et des constructions pour l’Eurovision.

à lire aussi les deux très jolies chroniques d’un journaliste britannique relatant sa visite lors de l’Eurovision. Texte à la fois équilibré et précis, donnant une image qui correspond à certaines de mes observations personnelles. Dans tous les cas ces articles surnagent largement dans l’océan d’imprécisions et de préjugés des articles que les presses française et européenne nous ont infligé lors du mois de mai.

L’article du Financial Times du 19 août 2012 sur les possibilités d’investissements en Azerbaïdjan vaut le détour pour le ton tout équilibriste tenu jusqu’au bout par l’auteur mais aussi pour son illustration à la légende bien à côté de la plaque.

Les vendeurs en démocratie (7)

Les  médias pour accéder au territoire

Les médias étrangers sont des relais des idées défendues par les NPO. Radio Azadliq est la radio en Azéri du réseau Radio Free Europe/Radio Liberty. Elle est réputée pour la fiabilité de ses informations. Elle avait, avant son « éviction » des ondes, une part de marché estimée à environ 12% par sa directrice1. En décembre 2008, dans le cadre d’une politique de reprise en main des médias, elle a été transférée vers les ondes moyennes comme la BBC et Voice of America. Elle émet désormais sur internet et sur un réseau peu écouté, car les récepteurs MW sont plus rares que les radios FM2. L’objectif officieux semble avoir été atteint3.

Observation

La surveillance (monitoring) des médias est un des axes majeurs de l’action des ONG financées par les organisations internationales en Azerbaïdjan. L’objectif est de démontrer si les informations sont présentées de manière équilibrée et neutre, si l’impartialité est de mise dans la relation des questions de politique. La presse écrite, en dehors des journaux d’obédience gouvernementale auxquels l’abonnement est obligatoire pour les services et agences de l’État, souffre d’un manque de ressources publicitaires et de tirages modestes : Yeni Müsavat  avec 12 000 exemplaires par jour serait un des plus gros tirages de la presse d’opposition. Le média le plus populaire reste la télévision. Il y a 8 chaînes de télévision nationales, 14 à portée régionale and 13 sur le réseau câblé. Depuis Bakou émettent treize stations de radio. Or, qu’elles soient privées ou publiques, les directions des chaînes de télévision suivent une ligne éditoriale favorable au parti YAP au pouvoir. Il est peu probable d’avoir une situation analogue à l’interdiction de Rustavi 2 en Géorgie. Les bouquets satellites turcs occupent une part importante du paysage audiovisuel, les paraboles sont omniprésentes à Bakou, jusque sur les habitations les plus modestes, ainsi que dans les zones rurales. Avec les chaînes russes, elles dominent très largement le paysage audiovisuel. Les chaînes azerbaïdjanaises sont distancées4. Mais les journaux télévisés turcs et russes ne parlent pas de l’Azerbaïdjan. La tradition soviétique parmi les populations qui ont connu l’URSS est prégnante, les médias officiels ne sont pas jugés crédibles. Et la presse écrite est très peu lue en dehors des cercles déjà convaincus. C’est la même situation pour internet. Les seules informations qui ont une répercussion sont celles qui sont transmises par le bouche à oreille. D’ailleurs, les ONG concentrent leurs campagnes de communication sur la distribution de tracts, sur la rue, car leurs tentatives de passer par la télévision ou l’affichage public ont montré qu’elles avaient des résultats médiocres5. Depuis son entrée au Conseil de l’Europe, le pouvoir en place est bien conscient que la question liberté de la presse est un élément important dans ses relations avec les organisations internationales, il doit agir avec circonspection dans sa volonté de contrôle du travail des médias et tenir compte des discours et des représentations des diplomaties occidentales6.

Les chiens de garde

La situation des journalistes en Azerbaïdjan a fait l’objet d’un rapport de Human Rights Watch en octobre 2010 et d’une enquête à l’instigation de la fondation Soros en septembre. Si, à cette époque, il n’y a que trois journalistes emprisonnés dans le pays (à comparer avec la dizaine fin 2007), le climat général de travail des médias s’est détérioré. L’antagonisme entre presse d’État et presse privée papier acquise à l’opposition empêche l’expression sereine des différentes opinions. Les journalistes pratiquent le plus souvent l’autocensure pour échapper aux restrictions juridiques qui ont tendance à s’amplifier : par exemple, il est désormais interdit de publier l’image d’une personne sans son autorisation, même lors d’une réunion publique7. En plus d’une judiciarisation toujours plus grande des conflits entre presse privée et représentants du pouvoir (la diffamation est un crime et non un délit), les affaires de voie de fait et d’intimidations contre les journalistes semblent monnaie courante et restent très souvent impunies. L’absence de syndicats dans le pays fait que les ONG se retrouvent chargées de remplir leurs missions. Par exemple l’institut des droits des médias (Media Hüququ İnstitutu, MRI dans la littérature américaine) se charge de tous les aspects légaux en rapport avec les médias. Cette ONG reçoit la majorité de ses financements de NPO américaines, NED, USAID, IREX, ABA, ainsi que du département d’État américain8. Ses juristes conseillent les journalistes, leurs proposent des formations juridiques, fournissent une assistance légale devant les tribunaux, proposent des amendements au parlement sur ces questions. Mais la comparaison avec un syndicat a ses limites, car l’organisation n’a pas d’adhérents du métier. La plupart des journalistes des médias privés « patriotiques » (c’est-à-dire proches du pouvoir) ne veulent pas ou ne peuvent pas entrer en contact avec cette ONG.  MRI sert aussi de lien avec les ONG transnationales, et les réseaux qui s’y rattachent, qui se préoccupent de la liberté de la presse, pour essayer de trouver une caisse de résonance à l’étranger dans les cas d’atteintes à la liberté des journalistes.

Le programme de hotline financé par IREX est une des sources importante d’information sur les pressions judiciaires et extra judiciaires sur les journalistes. En permanence un agent répond aux appels qui signalent des incidents concernant des journalistes, arrestation, passage à tabac. Les responsables de IRFS m’ont expliqué que ce programme leur permet de se rendre immédiatement sur place pour constater les faits qui leurs sont signalés et que cette ressource est essentielle pour prouver les manquements à la liberté de la presse. C’est un moyen de pression essentiel pour infléchir la politique de l’État dans ce domaine car il est parfaitement conscient de la sensibilité des organisations internationales et des gouvernements occidentaux sur cette question. Cependant d’autres interlocuteurs doutent du succès des hotlines car comme dans d’autres pays comme l’Ouzbékistan9 cette approche américaine ne prend pas en compte les grandes réticences de la population vis-à-vis des dénonciations. Le souvenir de la période soviétique empêche encore beaucoup d’utiliser ce recours10. Mais ce système permet au moins de faire des statistiques anonymes, ce qui rentrerait dans le modèle de l’advocacy (témoignage) cher aux théoriciens de l’aide à la démocratisation. Si le rapport de HRW ne recense que les incidents sur Bakou, les auteurs du rapport estiment que la situation dans les régions hors capitale est sûrement plus difficile encore pour les journalistes et l’autocensure encore plus répandue.

Les coalitions

Le rapport publié en septembre 2010 et intitulé « Liberté d’expression attaquée : la situation des médias en Azerbaïdjan se détériore »11 a été réalisé sous l’égide de la fondation Soros par un groupe de représentants étrangers issus de neuf organisations occidentales. On trouve Freedom House (USA), RSF (France), Article XIX (RU), World Association of Newspapers and News Publishers WAN-IFRA (France et Allemagne), Open Society – Media Program, Press Now (NL), Media Diversity Institute (RU), Index on Censorship (RU) et enfin la fédération internationale des journalistes basée à Bruxelles et qui regroupe les syndicats de journalistes au niveau mondial. Ces neuf organisations sont regroupées dans un « International Partnership Group for Azerbaijan ». Cette coalition a choisi d’agir en Azerbaïdjan, considérant que la situation était problématique mais en même temps qu’il existait une marge d’action possible, au contraire du Belarus ou de la Russie. C’est encore une lecture à l’aune du modèle de « dictature souple ». En Azerbaïdjan n’existent que très peu de médias indépendants du pouvoir : deux voire trois journaux, une agence de presse, Turan, et aucune télévision. Par le jeu de financements occultes, les chaînes de télévision privées mais aussi les agences de presse, sont désormais sur une ligne favorable au pouvoir12. Le terme qu’elles emploient pour se définir est « patriotique ».

L’objectif principal de l’enquête de l’« International Partnership Group for Azerbaijan » était d’étayer le sentiment des organisations occidentales que les entraves à la liberté d’expression en Azerbaïdjan se multiplient depuis quelques années. En effet la date proche des élections législatives un mois après explique la détérioration nette des conditions de travail des journalistes dans le pays et le durcissement du contrôle des médias par les autorités. Ainsi, quelques semaines avant les élections de novembre 2010, toutes les salles pouvant accueillir une conférence de presse furent inaccessibles car « en travaux ». Seule subsistait la salle de l’IRFS mise à la disposition des partis d’opposition. Les autres dépendaient de près ou de loin des autorités. Ce rapport est aussi l’occasion pour ses auteurs d’afficher leur soutien au journaliste Eynulla Fatullayev emprisonné alors et aux deux bloggeurs Emin Milli et Adnan Hajizade. L’emprisonnement de ces trois personnes symbolisait alors les tentatives supposées du pouvoir de museler l’expression des oppositions. Le correspondant local de la mission fut Rovshan Bagirov, directeur de « Freedom of Expression/Media Program » et des relations publiques de l’institut Open SocietyAssistance Foundation en Azerbaïdjan, quand il existait encore.

De manière simultanée l’enquête de septembre 2010 du « International Partnership Group for Azerbaijan »  et le rapport HRW d’octobre 2010 constatent le durcissement des pratiques du pouvoir contre les journalistes. Le dynamisme des acteurs des médias sur internet est mis en avant13. Les blogs et les forums sont le lieu où la parole et les opinons des Azerbaïdjanais se diffusent aujourd’hui. Mais combien sont-ils ? Officiellement, 2,5 millions d’entre eux ont accès au réseau et ils sont 150 000 sur Facebook.

Internet

La communication des réseaux d’opposition par internet semble poser un problème insoluble pour les autorités. Pourtant, le réseau ADSL fixe ne concerne que Bakou, voire son centre, le reste du pays n’est pas connecté à l’exception de l’accès par la téléphonie mobile, ce qui limite les possibilités. L’activité des blogueurs azerbaïdjanais semble bien supérieure à celle des Géorgiens et des Arméniens14. Ce n’est pas une question d’avancement technologique selon toute vraisemblance, c’est l’illustration de la nécessité de trouver des voies d’expression qui ne trouvent pas leur place parmi les autres vecteurs de diffusion des opinions. Mais qu’importe si les résultats sont difficilement quantifiables ou si une frange seulement de la population dispose d’un accès à internet, il faut avoir son programme tourné vers les « nouveaux médias » pour suivre la mode impulsée des États-Unis. Hillary Clinton elle-même veut en faire un cheval de bataille de la lutte pour la démocratie15. Elle assimile la liberté d’accès aux réseaux sociaux à la liberté de réunion et d’expression, elles font partie du package de libertés que seuls les dictateurs répriment. On peut remarquer que ce raisonnement est très contextualisé et paraît en fait difficile à généraliser aux variations des situations nationales. Ce contournement de la censure est aisé, mais il a un pouvoir de nuisance limité car il touche peu le grand nombre. C’est pourquoi la police pense pouvoir frapper les opposants qui tentent de s’exprimer trop ouvertement sur internet. Les internautes azerbaïdjanais se mobilisent ainsi pour soutenir les personnes emprisonnées, ainsi en 2009 Emin Milli et Adnan Hajizade16 sont condamnés à deux ans et demi de prison pour hooliganisme. Cette sentence a été jugée par les opposants comme une punition pour leurs actions politiques. Ils ont été libéré les 19 et 20 novembre 2010, après les interventions des autorités américaines en leur faveur.17. De même Bakhtiar Hajiyev a passé un an en prison. Le procédé est assez répétitif, les opposants trop remuants sont arrêtés et condamnées pour violence ou trafic de drogue. Ils sont libérés à chaque fois l’année suivante grâce à un pardon présidentiel.

Lors d’une interview pour l’anniversaire de leur première année d’emprisonnement, la femme d’Emin Milli, qui vit aux États-Unis décrit son mari de manière intéressante pour comprendre ce qui peut limiter la popularité des militants en Azerbaïdjan :

« Emin est en fait un cas classique d’activiste des droits civiques – classique au sens littéraire – mais inhabituel en Azerbaïdjan. Je dirais même qu’il est vraiment un cas singulier en Azerbaïdjan car contrairement à beaucoup il n’a pas d’ambitions politiques. Il n’est membre d’aucun parti politique et il n’a pas le projet d’en rejoindre un prochainement. Sa conduite n’est dictée que par sa passion et sa conviction, qui le rendent extraordinairement fort et extrêmement attirant pour ceux qui le rencontrent. On peut dire qu’il est un homme de conviction. Il croit fermement qu’une transformation de la société est possible en Azerbaïdjan. […] Ce que ses amis et lui font s’appelle l’empowerment »18.

En filigrane on comprend qu’il est habituel pour un individu doté d’ambitions politiques d’utiliser la voie des organisations de défense des droits de l’Homme, ou d’autre ONG, pour commencer une carrière politique ; cela n’a rien d’original aux yeux des Européens mais nous avons la confirmation par cette interview que les représentations des Azerbaïdjanais sont similaires aux nôtres dans ce domaine.

Difficile confiance réciproque

Maintenant il faut se demander s’il existe un désenchantement des mouvements, des ONG contestataires, vis-à-vis des politiques des NPO, à cause de leur attitude changeante et du manque de continuité dans leur action. Ces opposants font-ils l’amalgame entre la politique étrangère des États-Unis et  celle des NPO américaines ? Cela pourrait être une limite à la pertinence des programmes mis en place qui se fondent foncièrement sur l’attrait du modèle américain. Comment les NPO surmontent, d’une part la perception, que leurs partenaires locaux sont des « chasseurs de subventions » et d’autre part, que les soutiens occidentaux à la démocratisation sont jugés « solubles » dans le pétrole ? De fait, parmi les acteurs des ONG azerbaïdjanaise que j’ai rencontrés la persistance de l’attrait du modèle américain est frappante. Il y a beaucoup de candidats pour rentrer dans une ONG comme Open society Institute. Chez les militants, il n’y a pas de prise en compte des aléas politiques ou des situations géopolitiques, ni même conscience du désengagement des fondations américaines. Parmi les directions, le constat est plus mitigé. Certains ne pensent pas que la situation va se détériorer outre mesure, le relatif recul actuel des aides actuelles est mis sur le dos de la crise économique ou expliqué par le fait que désormais l’Azerbaïdjan est riche de ses revenus pétroliers ou encore justifié par la nécessité de réorienter les moyens américains vers les priorités que sont l’Afghanistan et l’Irak19. D’autres sont beaucoup plus pessimistes et en même temps cyniques devant le fait qu’ils ne peuvent qu’assister au phénomène.

Les positions tenues par des organisations comme le Conseil de l’Europe et l’OSCE créent des tensions certaines avec les ONG azerbaïdjanaises militantes et les partis d’opposition20. Ces derniers ont publié une pétition dénonçant le manque de volonté, voire selon eux l’incompétence, des envoyés du Conseil de l’Europe, Paul Wille, et de l’OSCE, Wolfgang Grossruck. Mais leur constat finalement n’est pas dicté par la présence ou non des fondations et des institutions internationales en tant que telles. Elles font la différence entre les ambassades impliquées dans la défense des libertés et celles qui en sont absentes. Elles ont elles-mêmes évaluées les fondations qui ont une politique en adéquation avec leurs objectifs. De fait la seule chose venant de  l’extérieur dont elles ne peuvent se passer sont les financements, car il apparaît impossible pour une ONG de lever des fonds dans le pays si elle veut garder son autonomie. Cependant le double discours de ces institutions internationales risque de les couper des groupes qu’elles tentent d’atteindre. Aux ONG et aux partis politiques, elles continuent de servir un discours critiquant le déroulement des élections, notamment celles de 2010, mais leurs rapports officiels et les discussions informelles, comme celles rapportées dans l’article cité plus haut, révèlent une absence de volonté de transmettre, d’exporter ces remarques hors des frontières. Il n’y a pas que de la mauvaise foi, il y a également un manque d’implication, de compréhension de la situation du pays par les acteurs étrangers comme le Conseil de l’Europe. La possibilité de la corruption, directe en espèces sonnantes et trébuchantes ou en utilisant le désir d’obscurs politiciens de gagner une certaine importance grâce au soutien du gouvernement azerbaïdjanais, n’est pas exclue par des témoins des sessions au Conseil de l’Europe que j’ai rencontrés. Il apparaît que les diplomaties suivent le schéma, qui est logique et classique, de la stabilité dans un pays pétrolier, avec un régime qui serait menacé par une mouvance islamiste. Un des résultats est la défiance grandissante des mouvements d’opposition vis-à-vis des organisations internationales, synthétisée dans notre exemple par cette pétition.

Quant à la réalité de la « menace islamiste », elle est impossible à  contredire ou confirmer. En effet l’interdiction formelle du parti islamiste d’Azerbaïdjan (PIA) le rend difficilement observable. Le voisinage géographique et idéologique de l’Iran sur ce parti, ce qui permet tous les fantasmes, brouille le regard des Occidentaux.

à suivre

épisodes précédents : (1) la théorie (2) de mauvais augures (3) les rapports avec l’État

(4) une géographie des organisations (5) l’opinion et ces organisations (6) les processus électoraux

 

  1. Human Rights Watch, Azerbaijan, Beaten, Blacklisted and Behind Bars. The Vanishing Space for Freedom of Expression in Azerbaijan, Rapport HRW octobre 2010, page 50 []
  2. Azeri Report, « Azeri Service of RFE/RL Launches TV Project », consulté le 15 décembre 2010 http://azerireport.com/index.php?option=com_content&task=view&id=2417&Itemid=43 []
  3. Entretien Transparency Azerbaijan []
  4. Entretien Media Rights Institute []
  5. Entretien TransparencyAz []
  6. Azeri Report, « Ilham Aliyev Spoke About Freedom of Speech At Celebration Event of Azeri Journalists », 23 juillet 2010, consulté le jour même. []
  7. Human Rights Watch, Azerbaijan, Beaten, Blacklisted and Behind Bars. The Vanishing Space for Freedom of Expression in Azerbaijan, Rapport HRW octobre 2010, page 48 []
  8. Entretien MRI []
  9. HOURS, Bernard, SELIM, Monique, « De l’apprentissage de la démocratie à son interdiction : les ONG en Ouzbékistan » in : Revue Tiers Monde, 2008/1 (n° 193) page 116 []
  10. Entretien TiAz []
  11. Reporters sans frontières, Free Expression under Attack: Azerbaijan’s Deteriorating Media Environment, consulté le 24 octobre 2010, http://en.rsf.org/IMG/pdf/azerbaijan_joint_mission_report_-_english_version.pdf []
  12. Entretien OSI []
  13. Global Voices, article du 22 octobre 2010 de Rebecca Vincent, représentante d’Article XIX dans le groupe auteur du rapport cité ci-dessus, consulté le 25 octobre 2010 http://advocacy.globalvoicesonline.org/2010/10/22/azerbaijan-free-expression-under-attack/ []
  14. Entretien EMDS []
  15. Discours de février 2011 accessible ici http://secretaryclinton.wordpress.com/2011/02/15/secretary-of-state-hillary-clintons-speech-on-internet-freedom/, consulté le 24 février 2011 []
  16. Ils sont membres de l’organisation de jeunesse OL ! Ils ont diffusé sur Youtube un film dénonçant l’état de corruption selon eux des instances politiques du pays. []
  17. Flying Carpets and Broken Pipelines, « Happy Birthday My Dear Friend ! », 14 octobre 2010, consulté le 25 octobre 2010, http://flyingcarpetsandbrokenpipelines.blogspot.com/2010/10/happy-birthday-my-dear-friend.html []
  18. Azeri Report, interview de Leyla Karimli épouse d’Emin Milli le 11 novembre 2010, consultée le 15 décembre 2010, http://azerireport.com/index.php?option=com_content&task=view&id=2472&Itemid=49 []
  19. Entretien TiAz []
  20. Azeri Report, « Azeri NGOs Accuse International Election Observers of Whitewashing Falsified Elections of 2010 », 22 janvier 2011, consulté le 06 février 2011, http://azerireport.com/index.php?option=com_content& task=view& id=2578& Itemid=53 []

Recherches sur la société azerbaïdjanaise d'aujourd'hui