Les caricatures de la ville

“le voilà !” la ceinture de prospérité par Gunduz

Cette palissade cache les quartiers défavorisés de l’ancienne zone industrielle au centre Nord. Ces quasi bindonvilles bordent en effet la voie rapide qui amène à l’aéroport et qui doit devenir l’avenue de prestige accueillant les grands sièges des ministères et des grandes conglomérats locaux.

L’hôtel de ville dévore les derniers espaces verts de Bakou pour “recracher” des immeubles multicolores

La constitution d’un paysage reconnaissable, d’un horizon associé à la ville, est  essentiel dans le domaine du marketing urbain. Mais celui de Bakou comporte un élément omniprésent qui pourrait devenir gênant…

Les éléments utilisés dans la diplomatie culturelle azerbaïdjanaise ne sont pas forcément très modernes ni des plus glamour…
culture az_n

On peut reconnaître le cheval du Karabakh, les contes, le drapeau national, le tapis, la grenade (le fruit), le tar (l’instrument en forme de huit) le saz (l’autre instrument) et d’autres…

 

 

  Les traditionnelles inaugurations présidentielles continuent, même pendant les inondations récurrentes de Bakou (ici de 2012)

 

 

 Le maire de Bakou : Notre grand chef est très heureux de voir ces gens si amicaux et sociablesLe problème de saturation des bus et de leur vétusté est un des grands motifs de mécontentement des Bakinois

 Sources :Sancaq Gunduz

Un marketing urbain et national

Le site des premiers “Jeux européens” a été lancé, 700 jours avant le début des compétitions. Une grosse partie du site est dévolue à la promotion de la capitale et de la culture azerbaïdjanaise. Nous sont donnés des informations sur l’histoire de la région, la géographie, la culture musicale, culinaire et sportive de la ville et du pays. Une des pages s’intitule même “explorez la république d’Azerbaïdjan” (en anglais). Le site semble donc insister sur l’aspect touristique de ces jeux.

Le site

histoires et détournements des enjeux autour de l’environnement dans la péninsule d’Abshéron (deuxième partie)

Qui sont les hérauts contemporains de l’écologie ?

Dans la société azerbaïdjanaise d’aujourd’hui, qui sont les acteurs du discours écologique ? Qui communique autour des questions de défense du patrimoine du pays et du développement des énergies renouvelables ? à première vue, principalement des acteurs étatiques :

Continue la lecture

histoires et détournements des enjeux autour de l’environnement dans la péninsule d’Abshéron (première partie)

Effendi1

La péninsule de l’Absheron est le poumon économique de l’Azerbaïdjan, mais c’est un poumon de gros fumeur. Depuis la fin du XIXe siècle, le territoire entourant Bakou, la capitale, accueille une activité industrielle réputée extrêmement polluante, l’extraction et le raffinage du pétrole. Les atteintes à l’équilibre écologique de la région ne sont pas nouvelles. Elles précèdent même l’arrivée des Bolcheviks et des industries lourdes emblématiques de l’économie soviétique. Je vais essayer de présenter les différentes problématiques qui se présentent aujourd’hui dans cette zone, qui concentre les activités, les richesses et la majorité de la population de l’Azerbaïdjan. Continue la lecture

Le retour du rempart laïc du Caucase

source : wikipedia, license CC by SADepuis quelques semaines nous assistons dans la presse internationale à une évolution des outils de langage de la diplomatie publique azerbaïdjanaise. Accent est mis sur l’occidentalisation avancée de la société azerbaïdjanaise, laïque, aux antipodes de son voisin iranien1. Les arguments proposés ne sont pas nouveau. Continue la lecture

  1. un exemple l’article du Washington Post du 15 octobre 2012, accédé le jour même « le petit Azerbaïdjan libère la « pop-puissance » contre l’Iran contre les Mollahs » url : http://www.washingtonpost.com/world/national-security/tiny-azerbaijan-unleashes-pop-power-against-irans-mullahs/2012/10/14/0a0819ec-14b3-11e2-bf18-a8a596df4bee_story.html []

Comme prévu, le peak oil arrive à Bakou

L’article du Chicago Tribune explique les efforts de BP pour enrayer la baisse de la production du gisement Azeri Chirag Guneshli. L’état azerbaïdjanais semble devoir mettre la main à la poche pour aider BP à augmenter le débit. Les implications politiques sont très importantes car l’économie mais aussi la stabilité du régime repose sur les dividendes de l’exploitation des hydrocarbures. L’extraction et le transport du gaz sont bien plus coûteux, c’est-à-dire rapportent un peu moins.

Du point de vue financier, boursier, le rétrécissement des bénéfices pourrait porter une ombre sur le partenariat jusqu’ici solide entre BP (le maître d’œuvre du consortium) et l’état azerbaïdjanais. Le moment du déclin de la production était pourtant connu de longue date, mais les considérations financières prendraient-elles le dessus ? La nécessité de sauver les apparences face au marché fait-elle loi ?

Mais pour l’Azerbaïdjan, cela signifie que la diplomatie publique et les stratégies d’influence en cours doivent être imaginées comme temporaires, à retour sur investissement rapide. L’échéance arrivera bien plus vite que dans d’autres économies de rente et le manque de confiance sera concomitant. Cela n’augure pas de bonnes choses quant à la sérénité des actions en cours. On peut même imaginer si l’on est pessimiste qu’une fois engagés dans le déclin de la rente du pétrole, certains seront tentés d’agir rapidement avant l’extinction complète du filon. Cette situation se concrétisera-t-elle parmi les concurrents intérieurs aux dirigeants actuels ou ces derniers seront-ils tentés de jouer la carte de l’action armée dans le conflit du Nagorny-Karabakh quand l’armée peut encore bénéficier de fonds considérables ?

Interview de Thomas De Waal du 5 septembre

Très intéressante, publiée sur le site Public Dialogues. Le point de vue exprimé est éclairant car M. De Waal est un chercheur américain qui est souvent cité dans les médias azerbaïdjanais. Son ouvrage majeur s’appelle Black Garden et retrace évidemment le conflit autour du “Nagorny Karabakh”. Il est reconnu et accepté par les deux camps de ce conflit, ce qui n’est pas un mince exploit.

Dès lors nous pouvons comprendre dans ses réponses le pessimisme des diplomaties même bienveillantes envers le pouvoir de Bakou suite à l’affaire Safarov. L’erreur d’appréciation fondamentale de la part du régime en place à Bakou quant à la réaction de l’Arménie et des médias internationaux est peut-être l’évènement de trop qui vient achever un processus de négociations de paix moribond depuis le dernier échec du sommet de Kazan en 2011.

Pour lui la reconnaissance de la république du Haut-Karabakh (NKR) par l’Arménie est devenue possible. Cela signifierait la fin du processus dit “du groupe de Minsk”. De plus il apparait à Thomas de Waal que la seule option permettant un règlement “juste” est celle d’un “policier international”, en clair pour lui seule une force d’interposition dans les territoires disputés permettra aux civils de retourner chez eux.

Cette analyse fine permet de comprendre au-delà des enjeux politiciens et des arguments juridiques et moraux, en quoi la libération de Safarov risque d’être la plus grande erreur politique en Azerbaïdjan depuis le “coup de Gandja” en 1993.

Les vendeurs en démocratie (8 et fin)

Conclusions:

Plusieurs éléments pour finir cette série sur les “démocratisateurs” (Désolé, je devais la faire).

L’inflation des coalitions

Le principe des regroupements d’ONG est encouragé par les donneurs, il fait partie dans la terminologie consacrée, c’est un acte de représentativité de la société civile. Ce sont des coalitions qui ont mené les différents mouvements d’opposition au pouvoir dans les pays où l’action des fondations américaines a été dénoncée pour ses interférences. Or la situation de faiblesse et d’éparpillement des ONG azerbaïdjanaises se retrouve dans la multiplication et la volatilité de ces coalitions. J’ai recensé la coalition des ONG non enregistrées1, des coalitions d’ONG lors des élections pour le monitoring des scrutins, le Groupe du Budget National qui essaye de contrôler ce même budget, le « club des droits de l’Homme »2, la « Coalition de surveillance des activités des donneurs et des fonds publics »3, à l’international il y a PASOS, CIVICUS, ENTO, European Youth Forum, Civil Society Forum, il y a enfin EITI, la coalition participant à l’initiative internationale de transparence des fonds du pétrole soutenue par le fond Soros. La situation de grande fragmentation illustre le manque de moyens, d’unité, les conflits de personnes qui minent et affaiblissent les ONG locales.

L’argent du pétrole

Il s’agit (encore) d’une coalition d’organisations dans le domaine économique, elle vise à intégrer un programme international de monitoring  des données disponibles entourant les flux d’argents générés par les dividendes du pétrole. Ce programme international est appelé Extractive Industry Transparency Initiative (EITI) et le pouvoir joue le jeu de la coopération pour l’instant. Cette nouvelle initiative semble créer beaucoup d’espoirs et d’agitations dans le milieu des ONG. Elle regroupe environ 130 ONG et individualités en 2010. Ses travaux de recherches sont cependant limités à la transmission des documents par les différents acteurs institutionnels et privés impliqués dans les activités d’extraction, qui ne sont pas réputés pour leur grande transparence. L’Azerbaïdjan fut le premier pays à présenter et passer la validation prévue dans ce projet.

Les principaux dirigeants d’ONG et personnalités présentes dans cette structure sont Sabit Bagirov du Far Center, Ingitab Ahmedov, Gubad Ibadoglu, Vugar Bayramov. Les objectifs sont de contrôler la transparence des opérations financières entourant la manne pétrolière et de conseiller les institutions concernées pour l’améliorer. De fait si la moitié des bénéfices liés aux hydrocarbures vont dans le budget national, l’autre moitié est censée alimenter le fond national pétrolier. Celui-ci a apparemment un fonctionnement relativement transparent si ce n’est que les décisions d’attributions de ses fonds sont à la discrétion du régime. Mais le pouvoir potentiel contenu dans les activités de l’EITI semble générer de vives tensions en son sein4. Les personnalités s’affrontent pour se faire une place dans cette organisation qui apporte sans nul doute une belle visibilité. Et il n’est pas étonnant que ces deux facteurs, pouvoir et publicité, aient une certaine résonnance dans la sphère des dirigeants d’ONG.

Finalement

Je pense avoir dressé un tableau assez juste de la situation actuelle des organisations visant à la promotion de la démocratie en Azerbaïdjan. Il ne semble pas que l’approche dictée par le paradigme de la transition démocratique soit efficace. Les éléments organisés de la société voient leurs capacités s’appauvrir. Les ONG, comme les partis ou les médias, ont toutes les peines du monde à combattre l’omniprésence et la puissance économique de l’État. La polarisation politique du monde des ONG rend obligatoire un discours ostensible d’allégeance aux orientations des institutions pour exister dans des conditions acceptables. Les critiques ouvertes du pouvoir, ou « mal formulées », sont synonymes d’ostracisme, par les officiels mais aussi par les organisations qui tentent de rester sur le fil du rasoir de la respectabilité.

L’action des fondations américaines apparaît en difficulté en Azerbaïdjan. D’une part, beaucoup d’institutions et d’ONG internationales sont absentes du pays, ou ne font que passer. D’autre part la concentration sur Bakou de celles présentes, si elle est compréhensible au vu de la configuration du pays, réduit  l’effectivité des actions envisagées dans le reste du pays. La volonté de démocratisation des institutions est aussi victime des incohérences de la diplomatie américaine, qui ne se décide pas entre deux tendances. Une attitude critique envers le pouvoir en place permettrait la défense de la « démocratie de marché », instrument de puissance de la diplomatie américaine (grâce à l’ingérence humanitaire). L’acceptation du régime tel qu’il est assurerait l’accès permanent des pays occidentaux au couloir du Sud-Caucase, c’est-à-dire l’Azerbaïdjan avec la Géorgie. La spécificité musulmane du pays dans le cadre « ex-soviétique » joue un rôle notable dans la frilosité des acteurs internationaux. Les financements officiels ont tendance à se réduire, confirmant un manque d’implication réelle des instances politiques.

Le système clientéliste mis en place est efficace pour contrôler la société civile. Celle-ci se retrouve dans l’incapacité de mobiliser ses différentes composantes, trop dispersées et cloisonnées. La corruption contribue à affaiblir les dynamiques sociales et civiques. Les GONGOs réussissent à capter une part de l’espace public et de la manne financière internationale.

L’originalité de la situation géopolitique de l’Azerbaïdjan est dans son orientation toujours vers plus de pratique autoritaire de la part des institutions mais en conservant son alliance avec les États-Unis au contraire des républiques d’Asie centrale, qui depuis 2005 ont largement réorienté leurs alliances vers la Russie et la Chine5. Mais quelle serait sa viabilité si le régime iranien, ou russe mais cela est moins probable, n’était plus opposé radicalement aux États-Unis d’Amérique ?

Dans quelle mesure les fonds européens pourraient remplacer les Américains, en cas de désengagement de ceux-ci ? Le manque d’expérience de travail avec l’UE des locaux et les lourdeurs administratives ne sont pas des avantages pour les bailleurs de fonds européens. Ils sont aussi jugés beaucoup plus frileux, voire même complaisants envers les « quasi-ONG », l’important étant d’avoir financé quelque chose et d’obtenir en retour un rapport d’activité à montrer à Strasbourg ou Bruxelles.

Les ONG locales sont installées dans une position de dépendance intellectuelle, d’attente, vis-à-vis des fondations américaines et de la diplomatie. Elles semblent suspendues à un mythique geste des États-Unis, qui déclencherait le changement de régime attendu et instaurerait la démocratie sans aucun doute. Cette position est, en partie, imputable à l’impossibilité pour ces organisations azerbaïdjanaises de mobiliser une opinion apathique et désorientée qui ne semble pas encore  assez exaspérée par la situation politique et économique. Elles savent pourtant que les organisations américaines ne sont pas des machines à fabriquer des révolutions, contrairement aux polémiques qui ont suivi les élections en Géorgie, Ukraine et  Kirghizstan. Malheureusement pour les opposants azerbaïdjanais, il n’entre absolument pas dans les projets ni les compétences des fondations américaines présentes dans le pays de financer quoi que ce soit qui puisse ressembler à une agitation politique.

 

épisodes précédents : (1) la théorie (2) de mauvais augures (3) les rapports avec l’État

(4) une géographie des organisations (5) l’opinion et ces organisations (6) les processus électoraux

(7) les médias

  1. Turan, 11 janvier 2011 []
  2. Turan, « Young Human rights defenders create Human rights club », 10 décembre 2010 []
  3. Turan, 29 octobre 2010 []
  4. Open society Azerbaijan, « SOROS Foundation’s (OSI-AF) Priorities for 2010: Utility Cost and Think-Tanks », interview du président d’Osi Azerbaïdjan M. Asadov, consulté le 07 décembre 2010, http://www.osi.az/index.php?option=com_wrapper&Itemid=465 []
  5. PEYROUSE, Sébastien, « L’Asie centrale quinze ans après l’indépendance : un bilan en demi-teinte » in : Politique étrangère, 2/2006, page 406 []

Comprendre un peuple qui se sent humilié

Le Monde a consacré dans son édition du 5 septembre 2012 un article à l’affaire Safarov en présentant essentiellement les arguments diplomatiques et stratégiques pouvant justifier la libération du meurtrier Ramil Safarov par le gouvernement azerbaïdjanais. Mais l’importance de cet événement est ailleurs. Pourquoi l’annonce de l’arrivée du lieutenant Safarov à Bakou a été accueillie avec satisfaction par la population ? Continue la lecture

Autopromotion, bilan d’étape et revue de presse

Voici un article rédigé par moi-même pour Regards sur l’Est, pour leur dossier sur l’urbanisme à l’Est de juillet, qui revient sur les mois qui viennent de s’écouler dans la ville qui m’intéresse. J’essaye de dresser un tableau simple et articulé des forces et des enjeux des transformations du paysage urbain de Bakou dans le contexte de l’Eurovision. Aujourd’hui je me demande quelles conclusions ont été tirées de l’organisation et des constructions pour l’Eurovision.

à lire aussi les deux très jolies chroniques d’un journaliste britannique relatant sa visite lors de l’Eurovision. Texte à la fois équilibré et précis, donnant une image qui correspond à certaines de mes observations personnelles. Dans tous les cas ces articles surnagent largement dans l’océan d’imprécisions et de préjugés des articles que les presses française et européenne nous ont infligé lors du mois de mai.

L’article du Financial Times du 19 août 2012 sur les possibilités d’investissements en Azerbaïdjan vaut le détour pour le ton tout équilibriste tenu jusqu’au bout par l’auteur mais aussi pour son illustration à la légende bien à côté de la plaque.

Les vendeurs en démocratie (7)

Les  médias pour accéder au territoire

Les médias étrangers sont des relais des idées défendues par les NPO. Radio Azadliq est la radio en Azéri du réseau Radio Free Europe/Radio Liberty. Elle est réputée pour la fiabilité de ses informations. Elle avait, avant son « éviction » des ondes, une part de marché estimée à environ 12% par sa directrice1. En décembre 2008, dans le cadre d’une politique de reprise en main des médias, elle a été transférée vers les ondes moyennes comme la BBC et Voice of America. Elle émet désormais sur internet et sur un réseau peu écouté, car les récepteurs MW sont plus rares que les radios FM2. L’objectif officieux semble avoir été atteint3.

Observation

La surveillance (monitoring) des médias est un des axes majeurs de l’action des ONG financées par les organisations internationales en Azerbaïdjan. L’objectif est de démontrer si les informations sont présentées de manière équilibrée et neutre, si l’impartialité est de mise dans la relation des questions de politique. La presse écrite, en dehors des journaux d’obédience gouvernementale auxquels l’abonnement est obligatoire pour les services et agences de l’État, souffre d’un manque de ressources publicitaires et de tirages modestes : Yeni Müsavat  avec 12 000 exemplaires par jour serait un des plus gros tirages de la presse d’opposition. Le média le plus populaire reste la télévision. Il y a 8 chaînes de télévision nationales, 14 à portée régionale and 13 sur le réseau câblé. Depuis Bakou émettent treize stations de radio. Or, qu’elles soient privées ou publiques, les directions des chaînes de télévision suivent une ligne éditoriale favorable au parti YAP au pouvoir. Il est peu probable d’avoir une situation analogue à l’interdiction de Rustavi 2 en Géorgie. Les bouquets satellites turcs occupent une part importante du paysage audiovisuel, les paraboles sont omniprésentes à Bakou, jusque sur les habitations les plus modestes, ainsi que dans les zones rurales. Avec les chaînes russes, elles dominent très largement le paysage audiovisuel. Les chaînes azerbaïdjanaises sont distancées4. Mais les journaux télévisés turcs et russes ne parlent pas de l’Azerbaïdjan. La tradition soviétique parmi les populations qui ont connu l’URSS est prégnante, les médias officiels ne sont pas jugés crédibles. Et la presse écrite est très peu lue en dehors des cercles déjà convaincus. C’est la même situation pour internet. Les seules informations qui ont une répercussion sont celles qui sont transmises par le bouche à oreille. D’ailleurs, les ONG concentrent leurs campagnes de communication sur la distribution de tracts, sur la rue, car leurs tentatives de passer par la télévision ou l’affichage public ont montré qu’elles avaient des résultats médiocres5. Depuis son entrée au Conseil de l’Europe, le pouvoir en place est bien conscient que la question liberté de la presse est un élément important dans ses relations avec les organisations internationales, il doit agir avec circonspection dans sa volonté de contrôle du travail des médias et tenir compte des discours et des représentations des diplomaties occidentales6.

Les chiens de garde

La situation des journalistes en Azerbaïdjan a fait l’objet d’un rapport de Human Rights Watch en octobre 2010 et d’une enquête à l’instigation de la fondation Soros en septembre. Si, à cette époque, il n’y a que trois journalistes emprisonnés dans le pays (à comparer avec la dizaine fin 2007), le climat général de travail des médias s’est détérioré. L’antagonisme entre presse d’État et presse privée papier acquise à l’opposition empêche l’expression sereine des différentes opinions. Les journalistes pratiquent le plus souvent l’autocensure pour échapper aux restrictions juridiques qui ont tendance à s’amplifier : par exemple, il est désormais interdit de publier l’image d’une personne sans son autorisation, même lors d’une réunion publique7. En plus d’une judiciarisation toujours plus grande des conflits entre presse privée et représentants du pouvoir (la diffamation est un crime et non un délit), les affaires de voie de fait et d’intimidations contre les journalistes semblent monnaie courante et restent très souvent impunies. L’absence de syndicats dans le pays fait que les ONG se retrouvent chargées de remplir leurs missions. Par exemple l’institut des droits des médias (Media Hüququ İnstitutu, MRI dans la littérature américaine) se charge de tous les aspects légaux en rapport avec les médias. Cette ONG reçoit la majorité de ses financements de NPO américaines, NED, USAID, IREX, ABA, ainsi que du département d’État américain8. Ses juristes conseillent les journalistes, leurs proposent des formations juridiques, fournissent une assistance légale devant les tribunaux, proposent des amendements au parlement sur ces questions. Mais la comparaison avec un syndicat a ses limites, car l’organisation n’a pas d’adhérents du métier. La plupart des journalistes des médias privés « patriotiques » (c’est-à-dire proches du pouvoir) ne veulent pas ou ne peuvent pas entrer en contact avec cette ONG.  MRI sert aussi de lien avec les ONG transnationales, et les réseaux qui s’y rattachent, qui se préoccupent de la liberté de la presse, pour essayer de trouver une caisse de résonance à l’étranger dans les cas d’atteintes à la liberté des journalistes.

Le programme de hotline financé par IREX est une des sources importante d’information sur les pressions judiciaires et extra judiciaires sur les journalistes. En permanence un agent répond aux appels qui signalent des incidents concernant des journalistes, arrestation, passage à tabac. Les responsables de IRFS m’ont expliqué que ce programme leur permet de se rendre immédiatement sur place pour constater les faits qui leurs sont signalés et que cette ressource est essentielle pour prouver les manquements à la liberté de la presse. C’est un moyen de pression essentiel pour infléchir la politique de l’État dans ce domaine car il est parfaitement conscient de la sensibilité des organisations internationales et des gouvernements occidentaux sur cette question. Cependant d’autres interlocuteurs doutent du succès des hotlines car comme dans d’autres pays comme l’Ouzbékistan9 cette approche américaine ne prend pas en compte les grandes réticences de la population vis-à-vis des dénonciations. Le souvenir de la période soviétique empêche encore beaucoup d’utiliser ce recours10. Mais ce système permet au moins de faire des statistiques anonymes, ce qui rentrerait dans le modèle de l’advocacy (témoignage) cher aux théoriciens de l’aide à la démocratisation. Si le rapport de HRW ne recense que les incidents sur Bakou, les auteurs du rapport estiment que la situation dans les régions hors capitale est sûrement plus difficile encore pour les journalistes et l’autocensure encore plus répandue.

Les coalitions

Le rapport publié en septembre 2010 et intitulé « Liberté d’expression attaquée : la situation des médias en Azerbaïdjan se détériore »11 a été réalisé sous l’égide de la fondation Soros par un groupe de représentants étrangers issus de neuf organisations occidentales. On trouve Freedom House (USA), RSF (France), Article XIX (RU), World Association of Newspapers and News Publishers WAN-IFRA (France et Allemagne), Open Society – Media Program, Press Now (NL), Media Diversity Institute (RU), Index on Censorship (RU) et enfin la fédération internationale des journalistes basée à Bruxelles et qui regroupe les syndicats de journalistes au niveau mondial. Ces neuf organisations sont regroupées dans un « International Partnership Group for Azerbaijan ». Cette coalition a choisi d’agir en Azerbaïdjan, considérant que la situation était problématique mais en même temps qu’il existait une marge d’action possible, au contraire du Belarus ou de la Russie. C’est encore une lecture à l’aune du modèle de « dictature souple ». En Azerbaïdjan n’existent que très peu de médias indépendants du pouvoir : deux voire trois journaux, une agence de presse, Turan, et aucune télévision. Par le jeu de financements occultes, les chaînes de télévision privées mais aussi les agences de presse, sont désormais sur une ligne favorable au pouvoir12. Le terme qu’elles emploient pour se définir est « patriotique ».

L’objectif principal de l’enquête de l’« International Partnership Group for Azerbaijan » était d’étayer le sentiment des organisations occidentales que les entraves à la liberté d’expression en Azerbaïdjan se multiplient depuis quelques années. En effet la date proche des élections législatives un mois après explique la détérioration nette des conditions de travail des journalistes dans le pays et le durcissement du contrôle des médias par les autorités. Ainsi, quelques semaines avant les élections de novembre 2010, toutes les salles pouvant accueillir une conférence de presse furent inaccessibles car « en travaux ». Seule subsistait la salle de l’IRFS mise à la disposition des partis d’opposition. Les autres dépendaient de près ou de loin des autorités. Ce rapport est aussi l’occasion pour ses auteurs d’afficher leur soutien au journaliste Eynulla Fatullayev emprisonné alors et aux deux bloggeurs Emin Milli et Adnan Hajizade. L’emprisonnement de ces trois personnes symbolisait alors les tentatives supposées du pouvoir de museler l’expression des oppositions. Le correspondant local de la mission fut Rovshan Bagirov, directeur de « Freedom of Expression/Media Program » et des relations publiques de l’institut Open Society-Assistance Foundation en Azerbaïdjan, quand il existait encore.

De manière simultanée l’enquête de septembre 2010 du « International Partnership Group for Azerbaijan »  et le rapport HRW d’octobre 2010 constatent le durcissement des pratiques du pouvoir contre les journalistes. Le dynamisme des acteurs des médias sur internet est mis en avant13. Les blogs et les forums sont le lieu où la parole et les opinons des Azerbaïdjanais se diffusent aujourd’hui. Mais combien sont-ils ? Officiellement, 2,5 millions d’entre eux ont accès au réseau et ils sont 150 000 sur Facebook.

Internet

La communication des réseaux d’opposition par internet semble poser un problème insoluble pour les autorités. Pourtant, le réseau ADSL fixe ne concerne que Bakou, voire son centre, le reste du pays n’est pas connecté à l’exception de l’accès par la téléphonie mobile, ce qui limite les possibilités. L’activité des blogueurs azerbaïdjanais semble bien supérieure à celle des Géorgiens et des Arméniens14. Ce n’est pas une question d’avancement technologique selon toute vraisemblance, c’est l’illustration de la nécessité de trouver des voies d’expression qui ne trouvent pas leur place parmi les autres vecteurs de diffusion des opinions. Mais qu’importe si les résultats sont difficilement quantifiables ou si une frange seulement de la population dispose d’un accès à internet, il faut avoir son programme tourné vers les « nouveaux médias » pour suivre la mode impulsée des États-Unis. Hillary Clinton elle-même veut en faire un cheval de bataille de la lutte pour la démocratie15. Elle assimile la liberté d’accès aux réseaux sociaux à la liberté de réunion et d’expression, elles font partie du package de libertés que seuls les dictateurs répriment. On peut remarquer que ce raisonnement est très contextualisé et paraît en fait difficile à généraliser aux variations des situations nationales. Ce contournement de la censure est aisé, mais il a un pouvoir de nuisance limité car il touche peu le grand nombre. C’est pourquoi la police pense pouvoir frapper les opposants qui tentent de s’exprimer trop ouvertement sur internet. Les internautes azerbaïdjanais se mobilisent ainsi pour soutenir les personnes emprisonnées, ainsi en 2009 Emin Milli et Adnan Hajizade16 sont condamnés à deux ans et demi de prison pour hooliganisme. Cette sentence a été jugée par les opposants comme une punition pour leurs actions politiques. Ils ont été libéré les 19 et 20 novembre 2010, après les interventions des autorités américaines en leur faveur.17. De même Bakhtiar Hajiyev a passé un an en prison. Le procédé est assez répétitif, les opposants trop remuants sont arrêtés et condamnées pour violence ou trafic de drogue. Ils sont libérés à chaque fois l’année suivante grâce à un pardon présidentiel.

Lors d’une interview pour l’anniversaire de leur première année d’emprisonnement, la femme d’Emin Milli, qui vit aux États-Unis décrit son mari de manière intéressante pour comprendre ce qui peut limiter la popularité des militants en Azerbaïdjan :

« Emin est en fait un cas classique d’activiste des droits civiques – classique au sens littéraire – mais inhabituel en Azerbaïdjan. Je dirais même qu’il est vraiment un cas singulier en Azerbaïdjan car contrairement à beaucoup il n’a pas d’ambitions politiques. Il n’est membre d’aucun parti politique et il n’a pas le projet d’en rejoindre un prochainement. Sa conduite n’est dictée que par sa passion et sa conviction, qui le rendent extraordinairement fort et extrêmement attirant pour ceux qui le rencontrent. On peut dire qu’il est un homme de conviction. Il croit fermement qu’une transformation de la société est possible en Azerbaïdjan. […] Ce que ses amis et lui font s’appelle l’empowerment »18.

En filigrane on comprend qu’il est habituel pour un individu doté d’ambitions politiques d’utiliser la voie des organisations de défense des droits de l’Homme, ou d’autre ONG, pour commencer une carrière politique ; cela n’a rien d’original aux yeux des Européens mais nous avons la confirmation par cette interview que les représentations des Azerbaïdjanais sont similaires aux nôtres dans ce domaine.

Difficile confiance réciproque

Maintenant il faut se demander s’il existe un désenchantement des mouvements, des ONG contestataires, vis-à-vis des politiques des NPO, à cause de leur attitude changeante et du manque de continuité dans leur action. Ces opposants font-ils l’amalgame entre la politique étrangère des États-Unis et  celle des NPO américaines ? Cela pourrait être une limite à la pertinence des programmes mis en place qui se fondent foncièrement sur l’attrait du modèle américain. Comment les NPO surmontent, d’une part la perception, que leurs partenaires locaux sont des « chasseurs de subventions » et d’autre part, que les soutiens occidentaux à la démocratisation sont jugés « solubles » dans le pétrole ? De fait, parmi les acteurs des ONG azerbaïdjanaise que j’ai rencontrés la persistance de l’attrait du modèle américain est frappante. Il y a beaucoup de candidats pour rentrer dans une ONG comme Open society Institute. Chez les militants, il n’y a pas de prise en compte des aléas politiques ou des situations géopolitiques, ni même conscience du désengagement des fondations américaines. Parmi les directions, le constat est plus mitigé. Certains ne pensent pas que la situation va se détériorer outre mesure, le relatif recul actuel des aides actuelles est mis sur le dos de la crise économique ou expliqué par le fait que désormais l’Azerbaïdjan est riche de ses revenus pétroliers ou encore justifié par la nécessité de réorienter les moyens américains vers les priorités que sont l’Afghanistan et l’Irak19. D’autres sont beaucoup plus pessimistes et en même temps cyniques devant le fait qu’ils ne peuvent qu’assister au phénomène.

Les positions tenues par des organisations comme le Conseil de l’Europe et l’OSCE créent des tensions certaines avec les ONG azerbaïdjanaises militantes et les partis d’opposition20. Ces derniers ont publié une pétition dénonçant le manque de volonté, voire selon eux l’incompétence, des envoyés du Conseil de l’Europe, Paul Wille, et de l’OSCE, Wolfgang Grossruck. Mais leur constat finalement n’est pas dicté par la présence ou non des fondations et des institutions internationales en tant que telles. Elles font la différence entre les ambassades impliquées dans la défense des libertés et celles qui en sont absentes. Elles ont elles-mêmes évaluées les fondations qui ont une politique en adéquation avec leurs objectifs. De fait la seule chose venant de  l’extérieur dont elles ne peuvent se passer sont les financements, car il apparaît impossible pour une ONG de lever des fonds dans le pays si elle veut garder son autonomie. Cependant le double discours de ces institutions internationales risque de les couper des groupes qu’elles tentent d’atteindre. Aux ONG et aux partis politiques, elles continuent de servir un discours critiquant le déroulement des élections, notamment celles de 2010, mais leurs rapports officiels et les discussions informelles, comme celles rapportées dans l’article cité plus haut, révèlent une absence de volonté de transmettre, d’exporter ces remarques hors des frontières. Il n’y a pas que de la mauvaise foi, il y a également un manque d’implication, de compréhension de la situation du pays par les acteurs étrangers comme le Conseil de l’Europe. La possibilité de la corruption, directe en espèces sonnantes et trébuchantes ou en utilisant le désir d’obscurs politiciens de gagner une certaine importance grâce au soutien du gouvernement azerbaïdjanais, n’est pas exclue par des témoins des sessions au Conseil de l’Europe que j’ai rencontrés. Il apparaît que les diplomaties suivent le schéma, qui est logique et classique, de la stabilité dans un pays pétrolier, avec un régime qui serait menacé par une mouvance islamiste. Un des résultats est la défiance grandissante des mouvements d’opposition vis-à-vis des organisations internationales, synthétisée dans notre exemple par cette pétition.

Quant à la réalité de la « menace islamiste », elle est impossible à  contredire ou confirmer. En effet l’interdiction formelle du parti islamiste d’Azerbaïdjan (PIA) le rend difficilement observable. Le voisinage géographique et idéologique de l’Iran sur ce parti, ce qui permet tous les fantasmes, brouille le regard des Occidentaux.

à suivre

épisodes précédents : (1) la théorie (2) de mauvais augures (3) les rapports avec l’État

(4) une géographie des organisations (5) l’opinion et ces organisations (6) les processus électoraux

 

  1. Human Rights Watch, Azerbaijan, Beaten, Blacklisted and Behind Bars. The Vanishing Space for Freedom of Expression in Azerbaijan, Rapport HRW octobre 2010, page 50 []
  2. Azeri Report, « Azeri Service of RFE/RL Launches TV Project », consulté le 15 décembre 2010 http://azerireport.com/index.php?option=com_content&task=view&id=2417&Itemid=43 []
  3. Entretien Transparency Azerbaijan []
  4. Entretien Media Rights Institute []
  5. Entretien TransparencyAz []
  6. Azeri Report, « Ilham Aliyev Spoke About Freedom of Speech At Celebration Event of Azeri Journalists », 23 juillet 2010, consulté le jour même. []
  7. Human Rights Watch, Azerbaijan, Beaten, Blacklisted and Behind Bars. The Vanishing Space for Freedom of Expression in Azerbaijan, Rapport HRW octobre 2010, page 48 []
  8. Entretien MRI []
  9. HOURS, Bernard, SELIM, Monique, « De l’apprentissage de la démocratie à son interdiction : les ONG en Ouzbékistan » in : Revue Tiers Monde, 2008/1 (n° 193) page 116 []
  10. Entretien TiAz []
  11. Reporters sans frontières, Free Expression under Attack: Azerbaijan’s Deteriorating Media Environment, consulté le 24 octobre 2010, http://en.rsf.org/IMG/pdf/azerbaijan_joint_mission_report_-_english_version.pdf []
  12. Entretien OSI []
  13. Global Voices, article du 22 octobre 2010 de Rebecca Vincent, représentante d’Article XIX dans le groupe auteur du rapport cité ci-dessus, consulté le 25 octobre 2010 http://advocacy.globalvoicesonline.org/2010/10/22/azerbaijan-free-expression-under-attack/ []
  14. Entretien EMDS []
  15. Discours de février 2011 accessible ici http://secretaryclinton.wordpress.com/2011/02/15/secretary-of-state-hillary-clintons-speech-on-internet-freedom/, consulté le 24 février 2011 []
  16. Ils sont membres de l’organisation de jeunesse OL ! Ils ont diffusé sur Youtube un film dénonçant l’état de corruption selon eux des instances politiques du pays. []
  17. Flying Carpets and Broken Pipelines, « Happy Birthday My Dear Friend ! », 14 octobre 2010, consulté le 25 octobre 2010, http://flyingcarpetsandbrokenpipelines.blogspot.com/2010/10/happy-birthday-my-dear-friend.html []
  18. Azeri Report, interview de Leyla Karimli épouse d’Emin Milli le 11 novembre 2010, consultée le 15 décembre 2010, http://azerireport.com/index.php?option=com_content&task=view&id=2472&Itemid=49 []
  19. Entretien TiAz []
  20. Azeri Report, « Azeri NGOs Accuse International Election Observers of Whitewashing Falsified Elections of 2010 », 22 janvier 2011, consulté le 06 février 2011, http://azerireport.com/index.php?option=com_content& task=view& id=2578& Itemid=53 []

Les vendeurs en démocratie (6)

Les processus électoraux, enjeux internationaux et locaux

C’est un domaine bien connu d’intervention des NPO américaines. Quelle est la situation en Azerbaïdjan ? Il est intéressant de tenter une comparaison avec les organisations poursuivant les mêmes buts en Russie, où les autorités ont un point de vue vis-à-vis de ces ONG assez semblable à celui du régime azerbaïdjanais. Continue la lecture

Recherches sur la société azerbaïdjanaise d'aujourd'hui


Carnets de recherche