Article publié sur Urbanités, novembre 2013

Photo

Les villes en crise, le nouveau visage de Bakou : une cité malade de sa richesse

Aujourd’hui, grâce à l’argent du pétrole et du gaz extraits de la mer Caspienne, l’Azerbaïdjan peut rompre avec le contexte urbain post-soviétique, qui a pour constantes le vieillissement précoce du bâti et l’inadaptation de l’aménagement urbain soviétique aux contraintes modernes, comme l’individualisation des modes de consommation et des transports. Ainsi, les ressources tirées de l’extraction d’hydrocarbures ont permis de changer en à peine dix ans le paysage de la ville, sa skyline, par l’érection de plusieurs centaines d’immeubles. La capitale s’est vue dotée d’équipements modernes et de voies de transport adaptées à la massification du parc automobile. Mais les transformations de Bakou entraînent de nombreux questionnements, sur la justice spatiale, sur la préservation du paysage culturel et du patrimoine soviétique, sur l’absence des habitants dans l’élaboration des projets et enfin sur la crise même du modèle urbain promu par les décideurs.

Dans ce contexte économique favorable, nous assistons à une transformation de grande ampleur de la ville, ce qui n’est pas sans provoquer des troubles profonds parmi sa population. Depuis une dizaine d’années, Bakou est un vaste chantier bruyant et polluant. Alors que le gouvernement et les décideurs semblent poursuivre un projet commun de construction d’un nouveau patrimoine urbain national et d’un véritable paysage culturel qui assoirait la légitimité du régime, le sentiment d’appartenance à cette ville s’affaiblit chez une grande partie de ses habitants.

Lire la suite sur Urbanités


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *